≡ Menu

Le gaspillage alimentaire

{ 11 comments… add one }
  • Tan 13 décembre 2012, 12 12 52 125212

    C’est vrai que rien qu’à la cantine le midi, quand je vois ce qu’il reste sur les plateaux y a de quoi être surpris par le gâchis. C’est encore pire quand on va dans le chinois du coin où il y a un buffet à12 euros. Certains collègues chargent le plateau et n’en mangent pas la moitié, moi ça me fait mal pour le restaurateur qui perd de l’argent !

    Il faut un réel changement d’habitude pour que l’on respecte un peu plus la nourriture.

  • FredericB 13 décembre 2012, 18 06 23 122312

    @tan
    Ce qui fera changer les gens c’est le prix.
    Je me souviens qu’il y a 35 ans de cela petit garçon, j’avais été chez un ami qui avait acheté un fruit inconnu à l’époque : le Kiwi. Nous l’avions partagé à 4 !!!
    Nous avions dégusté ce met inconnu et pas jeté une miette.
    Le jour où la nourriture représente 40 % de revenu disponible, on fait attention.

  • Quentin 18 décembre 2012, 12 12 51 125112

    Le pire, c’est que nous n’avons plus la valeur et le sens des choses : Certains bouffent de la merde à pas cher pour pouvoir se payer leur forfait de portable.

    On a complètement oublié le caractère essentiel de la nourriture, c’est devenu un produit jetable…

  • Gilles from Objectifs Liberté 18 décembre 2012, 20 08 17 121712

    Lorsque l’on manque de ressources, on ne gâche pas. Donc le gaspillage alimentaire et le gaspillage en général se régleront avec la pauvreté, c’est triste mais c’est comme ça. Dans un continent comme l’Afrique on ne gâche pas grand chose et on recycle tout.

    Au quotidien, je fais attention à ne pas gâcher, c’est psychologique. Acheter pour jeter c’est comme si on prenait un billet de 10 euros par exemple et qu’on le déchirait. Personne ne va faire ça directement bien sur mais gâcher c’est exactement ça !

    Pour finir, pour ne pas gâcher il faut planifier et calculer (ses besoins).

  • Zakari 19 décembre 2012, 7 07 17 121712

    @Tan
    Pour compenser cette perte, c’est souvent au détriment de la qualité.

    @Quentin
    J’ajouterai que la nourriture c’est comme un carburant, dans tout les cas de figure, le type de nourriture que l’on consomme se reflète sur l’état de santé général. La pensée à très court terme est répandue, ce qui a pour effet de se tourner vers le produit le moins cher possible. Même s’il faut payer un peu plus cher un produit de meilleur qualité, ce sera toujours bénéfique sur le long terme.

    @Gilles
    J’aime bien l’exemple du billet et sans un électrochoc, les mauvaises habitudes alimentaires progresserons toujours plus. Effet, notamment accentuer par le confort de la vie moderne.

    Et encore merci pour la publication de mes idées sur le blog!

  • Etienne (Developpement Physique) 5 janvier 2013, 15 03 30 01301

    Bonjour à tous,

    C’est une question d’éducation je pense. J’applique chacun des points recommandé depuis bien longtemps, c’est du bon sens paysan 🙂
    Pour continuer le débat je vous invite à regarder une émission sur le sujet:
    http://www.developpement-physique.com/arretons-gaspillage/

    Bien cordialement,

    Etienne

  • InvestMan 13 janvier 2013, 4 04 50 01501

    Il est vrai que le gaspillage est énorme dans de nombreux pays du monde. J’ai même vu dans certaines régions du monde peu favorisées des subventions du gouvernement pour financer le pain qui sera revendu à un prix inférieur à son coût de production. Résultat, le pain est vendu pour presque rien, la population achète bien plus que nécessaire et il suffit de se promener dans les rues et de voir du pain partout déborder des poubelles, par terre, etc.

  • Nadia 29 janvier 2013, 15 03 56 01561

    Le pain est la denrée que j’ai vu le plus être gaspillée autour de moi (famille, amis). Mes parents avant donnaient leur pain dur au vendeur d’oeufs du marché populaire qui le prenait pour ses poules. Et il y avait un gros sac ! Quand à d’autres, ils s’embarassent moins et jettent leur pain aux ordures. Pour ma part, pour éviter de gaspiller, je fais mon pain moi même que je coupes en parts individuelles et que je congèle, pour ne sortir que ce qui est nécessaire chaque jour. Ainsi on n’a jamais gaspillé, au contraire on trouve cela tellement précieux ! Le fait de le pétrir soi même et de le faire cuire donne de l’importance à la denrée, selon moi. « Acheter ce dont on a besoin » c’est pour moi le truc imparable. Pour ma part, comme je sors chaque jour prendre l’air avec ma fille, je passes au hard discount du coin pour faire « mes courses ». Je divises mon bugdet nourriture (avec produits d’hygiène et d’entretien) par 30 jours, et chaque jour je ne dépenses que la somme prévu. Le fait de faire de grosses courses me perturbait car je me disais souvent « oui un petit chocolat en plus ne fera pas grand choses à la note finale ». Et finalement c’était devenu comme un « piège ». Maintenant je gère davantage, et je fais plus attention aux prix. Il m’arrive parfois d’avoir un ingrédient manquant alors que mon budget quotidien est atteint, alors je ne l’achète pas, car je réfléchis et me dis que si j’ai besoin de sauce tomate pour ma pizza au thon, je peux tout aussi bien m’accomoder d’une tartine grillée au thon. Ca sera quand même bon, simplement, faut pas être difficile ! Et si j’ai besoin d’aller dans la grande surface qui se trouve plus loin, je divises ma facture en nombre de jour pendant lesquels je ne ferais pas mes petites courses quotidiennes.

  • Laura A 19 novembre 2014, 17 05 59 115911

    Bonjour,

    Le gaspillage est un sujet sans fin. Personnellement, je n’en fais jamais. Ce qui est dépassé est quand même mangé (mais cuit), sinon au chien. J’ai bien peur et je suis peu-être pessimiste que ça n’aille pas en s’améliorant.Tu en expliques d’ailleurs les raisons. Mais mon côté optimiste me fait chercher les solutions. Tu n’en parles pas, mais aurais-tu des ressources à partager ?

    Merci

  • Anna 5 mars 2017, 18 06 34 03343

    Quand on se retrouve à fréquenter des gens qui sont obligés de se débrouiller sans travail et sans aides sociales, comme des réfugiés, de jeunes étudiants étrangers, des artistes européens de passage, on apprends ce qu’est La Récup’. En gros: on va chercher à manger dans les poubelles des supermarchés! et là on tombe des nues! de la viande, des légumes, des plats cuisinés, en grosses quantités, la plupart des produits sont encore tout à fait comestibles, quand on est un peu peureux on se rabat uniquement sur les légumes frais, c’est facile de ne pas se tromper. Il n’est arrivé très souvent d’acheter dans un supermarché des produits qui avaient franchement moins bonne mine que ces légumes et articles une fois triés. C’est tout simplement consternant, entre ce que nous jetons régulièrement à la maison, parce que finalement on n’en a plus envie, où on a pas pris le temps de la préparer, et ce qui est jeté aussi quotidiennement par les grands magasins eux-même, la quantité est forcément astronomique. Je rencontre un autre problème depuis un moment, et tout le monde s’en fiche, mais dans mon supermarché la baguette de 100 grammes coûte 15 centimes de plus (+) que la baguette de 200 grammes… alors ça paraît anodin comme ça, mais moi je vie seule actuellement et je mange peu de pain, mais j’en mange quand même, donc en fait : soit j’ai 15 centimes de plus (+) à mettre dans mon pain et je ne vais pas en jeter, ou alors, je veux faire un maximum d’économies, donc j’achète celle qui fait 200 grammes et tous les jours je jette la moitié du pain… c’est quand même extra-ordinaire, ce pain c’est du blé qui a été cultivé, transformé, transporté, mis en rayon, tout cela coûte énormément d’argent, d’énergie, mais les choses sont ainsi faite : la moitié sera jeté si je ne veux pas me ruiner… Tout cela manque d’organisation, il faut absolument nous réapproprier notre façon de consommer.

Laisser un commentaire

Next post:

Previous post: