≡ Menu

Investir en fonction de son âge

{ 9 comments… add one }
  • gunday 1 janvier 2012, 14 02 47 01471

    D’après cette exemple, j’avoue avoir de la chance. J’ai très tôt compris qu’épargner était important.
    Ca plus cumulé au fait que je lisais beaucoup, j’ai rapidement été endurci face à la publicité, donc j’ai peu dépensé pour des bricoles.
    Cumulé à différents boulots saisonniers, stage, ça a fini par me donner un petit pécule.
    Ce qui m’a permis d’acheter relativement tôt ma RP avec un apport non négligeable.
    Donc effectivement plus on commence tôt, plus on avance vite.

    Par contre, je n’ai jamais spécialement eu de culture financière par les parents, mais étant un grand lecteur, très tôt j’ai lu également les news, et les magazines qui trainaient.
    Un exemple qui choque toujours ma compagne est qu’à 12 ans, j’ai demandé moi même à mes parents de m’emmener à la banque pour ouvrir un livret jeune.

    Après, je remarque qu’il est facile de « perdre du temps » avec les habitudes de consommation actuelles et la pression à la consommation, il est facile de se faire embarquer dans le système.
    Suffit de voir la vitesse où les smartphones arrivent sur le marchés, et maintenant la même chose avec les tablettes graphiques.

  • Julien Arcin from Webmaster toulouse 1 janvier 2012, 17 05 16 01161

    Je trouve que tu envisages seulement le parcours du salarié donc l’objectif est d’avoir une carrière et d’évoluer. Quand on est entrepreneur ou indépendant, les règles ne sont plus les mêmes. Il faut avoir une épargne de précaution presque deux fois plus importante, parce qu’on a aucune garantie de salaire. Et ce n’est plus « bâtir un CV » mais plutôt gagner en notoriété, etc.

    Mais ton l’article est très bon quand même 🙂 . Je suis jeune moi, c’est un bon rappel.

  • Rudolf Kiefer 1 janvier 2012, 18 06 29 01291

    Investir ne signifie pas nécessairement investir en bourse ou dans une maison. Il existe aujourd’hui de nombreuses possibilités pour investir dans des activités complémentaires qui vous permettent de créer des sources de revenus complémentaires. Mais là aussi l’âge est important. Je conseille à chacun, dès qu’il dispose de revenus, d’investir entre 3 et 5% de ses ressources dans son avenir. Un peu comme une entreprise qui investit dans la recherche et le développement. En investissant 1 heure par jour (4%) et 5% de ses revenus, il est possible de se créer, sans compétences particulières, une source de revenus durables à coté de son emploi. La prudence devrait inciter chacun à diversifier ses revenus.

  • Guillaume de komment devenir riche 1 janvier 2012, 19 07 17 01171

    Oui comme le dit Julien, il est très important aussi d’investir en soi!!
    Faire les formations nécessaires pour faire ce que l’on veut de sa vie, formations que l’on ne trouve pas forcément à l’école…
    Lire et « investir » dans son réseau aussi qui sera une grande aide pour quiconque voudra devenir entrepreneur 🙂

  • William 2 janvier 2012, 14 02 46 01461

    Bonjour Gilles,
    Je pars également avec un léger handicap puisque à 28 ans, je n’ai pas encore réussit à me construire un patrimoine dût essentiellement à mon goût prononcé des voyages il y a quelques années. Mon handicap reste cependant moindre car j’ai un bon salaire et je suis encore dans la phase investissement. Mais il ne me reste malheureusement plus beaucoup de temps.
    En tout cas, article très intéressant!

  • Gilles from Objectifs Liberté 21 février 2012, 23 11 11 02112

    @Gunday :

    Bravo pour ce talent de gestionnaire précoce que je n’ai pas eu. Je n’ai donc pas investi jeune et je suis aujourd’hui la somme de mes erreurs. Comme j’ai fais pas mal d’erreurs, je suis à présent plutôt bon ! Mais comprendre comme toi très jeune ce que j’ai compris bien plus tard est un avantage énorme dans le cadre de la démarche d’indépendance financière.

    Comme tu le soulignes, développer une certaine forme de non attirance pour le modèle de consommation dans lequel nous vivons est un autre avantage.

    @Julien :

    J’ai été en EURL pendant 4 ans et je confirme que les objectifs ne sont pas les mêmes que ceux d’un salarié. Un salarié va gérer une carrière, un indépendant va gérer des relations et améliorer ses connaissances professionnelles. Quand au fond de sécurité, oui il faut vraiment bien calculer son budget lorsque l’on se lance car le risque existe mais il doit être mesuré.

    @Rudolph :

    Je vois un peu les choses comme cela. On peut consacrer une partie de son budget à améliorer ses connaissances et compétences (en somme une sorte de budget formation). Sinon tu parles des revenus sur internet ou d’autres types de revenus alternatifs provenant d’autres activités ?

    @Guillaume :

    Investir sur soi, c’est acquérir de la connaissance pour mieux passer à l’action.

    @William :

    28 ans aujourd’hui c’est encore jeune. Moi j’ai commencé à comprendre tout ça bien plus tard … Tu peux encore profiter je pense si c’est ça te plait. Tu peux commencer en investissant plus raisonnablement de manière à ne pas te priver et/ou à utiliser l’effet de levier du crédit (vas voir les articles que j’ai publié sur les SCPI à ce sujet).

  • Rudolf Kiefer 22 février 2012, 11 11 34 02342

    @Gilles Pas nécessairement sur Internet, mais par exemple aussi ce qu’ en anglais on appelle le multi level marketing, c’est à dire la vente directe par marketing relationnel, sans que cela demande des investissements importants. Encore faut-il choisir un activité sérieuse, avec un fournisseur sérieux, et un très bon potentiel de croissance. Le marché du bien-être et de la santé peut offrir une telle opportunité. Si des lecteurs sont intéressé par une telle opportunité ils peuvent me contacter.

  • Pascal 31 janvier 2013, 21 09 01 01011

    Bonjour,
    je trouve très intelligent de ta part de scinder les investissements en tranche d’age, c’est vraiment bien vu!
    J’aimerais insister sur un type d’investissement que l’on laisse trop souvent de cote: l’investissement en soi! Les formations doivent continuer même après 20ans! Acquérir de nouvelles connaissances, de nouvelles aptitudes et de nouvelles compétences afin d’étendre notre spectre d’action, de saisir plus vite la complexité d’une situation et d’agir immédiatement en toute connaissance de cause grâce à l’esprit qui aura été affuté par nos formations en tout genre. Une formation rapporte bien plus que ce qu’elle ne coute. Une tranche bien supérieure à la fameuse règle des 20% investis 80% de gains! Avec des compétences solides, les gains sont valables ad vitaem etenaem!
    Merci pour cet article bien ficelé
    Pascal

  • philbich 4 février 2013, 14 02 15 02152

    @ Gunday: tu m’as battu ^^ je n’ai commencé qu’à 18 ans avec l’ouverture de mon premier PEL financé par mes jobs d’été d’étudiant !
    @Gilles: c’est une très bonne approche de spécifier des types de placement selon les tranches d’âge. Il faudrait y ajouter les types d’assurances aussi et prévoir dès le début de constitution de son patrimoine de bonnes assurances-décès. Néanmoins certains placement nécessitent un long plan de remboursement comme les SCPI à crédit, si l’on veut lisser au plus léger leur charge de financement.

    Pour ce qui me concerne, je suis en phase de transmission de nue-propriété via donation-partage et d’allégement de charges – baisse des frais et abo en tout genre, remboursement de prêts d’invest, conso, travaux, auto – afin d’augmenter mon niveau de vie (baisser ses charges est plus rentable qu’augmenter ses revenus) et de profiter au mieux de mes revenus passifs.
    Je suis en fait entrain d’investir dans le plus précieux des capitaux : le capital-temps.

    Du temps pour mes projets personnels tels que réapprendre les langues étrangères afin de voyager et profiter de la richesse des rencontres et du temps qui passe.

Laisser un commentaire