« Stratégies pour devenir rentier en 10 ans » (Critique Livre)

par GillesF

"Stratégies pour devenir rentier en 10 ans" de Philippe Proudhon est un des meilleurs livres sur l'investissement que j'ai lu. Pour une fois qu'un auteur nous propose une approche méthodique et réaliste ! Mais il ne fera pas plaisir à tout le monde car pour devenir rentier il vous faudra en fait 20 ans.

En effet, l'auteur suppose que l'on dispose déjà d'une mise de départ de 150000 euros (acquise durant les 10 années précédentes) et qui servent de base de départ pour nos investissement. Pour devenir rentier, il faut que le capital génère deux fois le SMIC en supposant que l'inflation augmente de 2% par an. Ce qui nous amène à un capital de 600000 euros, dur, dur. Partant de nos 150000 euros et en épargnant 2000 euros pas mois pendant 10 ans avec un rendement annuel de 6% l'an le tour est dans la poche.

Je sens déjà les objections au vu des sommes annoncées, mais au moins Philippe donne des chiffres réalistes, il ne vous propose pas de devenir rentier en montant votre blog avec quelques publicités adsense et de la vente de produits en affiliation comme certains. La il va falloir travailler, se former et économiser. Par contre il faut bien admettre que tout le monde n'est pas capable d'économiser 150000 euros en 10 ans de travail. C'est un peu le point faible du livre. Pour ma part je pense que c'est possible  à condition de ne pas faire comme tout le monde pour économiser plus au démarrage (vivre ses parents, vivre en colocation, s'expatrier, avoir un second job, ...).

Devenir rentier en 10 ans

Il n'y pas de mystère, une seule solution fonctionne : gagner plus en réduisant ses dépenses. L'approche de Philippe c'est de se former pour accéder à un bon emploi salarié puis de passer indépendant. Il l'a lui même fait en travaillant à BAC+2 avant de reprendre les études en parallèle de son emploi pour obtenir un BAC+5 et de passer indépendant (pour mieux se facturer). D'entrée l'approche est claire : se former et obtenir un travail bien rémunéré. Ce n'est pas facile mais il existe en France des possibilités de se former tout frais payé (CIF). Coté dépenses, elles doivent être raisonnées tout en continuant à se faire plaisir bien entendu. Tout cela c'est exactement ma philosophie.

Ceci étant fait, l'auteur nous propose d'investir de manière presque scientifique et automatique mais en se diversifiant pour réduire le risque et la volatilité du capital. La liste des investissements les plus classiques sur lesquels il faut investir sont :

  • Les actions.
  • Les obligations.
  • L'immobilier.
  • Le marché monétaire.

L'auteur pratique l'allocation d'actifs c'est-à-dire qu'il constitue un patrimoine en respectant un pourcentage d'allocation de son capital sur chacun des quatre supports précédents avec un allocation possible (quand on prend de l'immobilier) :

  • 40% actions.
  • 20% obligations.
  • 30% immobilier.
  • 10% marché monétaire.

Ce portefeuille varie et il faut en permanence le rééquilibrer soit en vendant une partie des actifs qui ont fortement progressé et qui le déséquilibre (rééquilibrage par arbitrage) ou en investissant l'épargne mensuel sur les actifs en retard (rééquilibrage progressif). Le rééquilibrage progressif semble mieux adapté car il n'engendre aucun frais et aucune taxe supplémentaires.

Au sein de la composante actions, on pratique à la fois la diversification géographique et sectorielle. L'auteur a l'air de préférer la répartition sectorielle sur de grosses sociétés solides qui versent des dividendes. L'auteur parie sur les secteurs de l’énergie, de la santé, des télécommunications, des services aux collectivités et des biens de consommation de bases en proposer des listes de valeurs à choisir. Mis à part les trackers sur indice (sur le CAC40 ou l'ESTX50 par exemple), les fonds ne sont pas recommandés à cause de leur frais trop élevés (entrée et de gestion).

Concernant la partie immobilier, il est difficile dans une répartition ou le capital ne comporte que 30% d'immobilier et au vu des sommes engagées comparées au prix de l'immobilier d'habitation de miser sur de l'immobilier physique. Reste donc l'immobilier coté et les SCPI (mon placement favori surtout quand les parts de SCPI sont achetées à crédit). Les SCPI se rapprochent complétement de l'immobilier physique de par leur nature et par leur fiscalité identique et sont donc recommandés par l'auteur.

Vous le voyez on est la dans une approche méthodique qui m'a énormément plu et je vous conseille donc de lire le livre pour avoir une chance de devenir rentier. A noter que Philippe possède également un blog sur le sujet devenir rentier.

Cet article a été écrit par ...

– qui a écrit 183 articles sur Le blog de la liberté.

Informations concernant l'auteur sur sa page Google Plus

Contacter l'auteur

{ 2 commentaires… les lire ci-dessous ouen ajouter un }

FredericB juillet 20, 2011 à 10 h 56 min

Tout le monde ne peut pas faire ainsi car cela suppose de dégager beaucoup de cash pendant pas mal de temps. D’autre part, est-on sûr que dans 20 ans ce monde sera identique ?

Pour ma part, je pense que cette approche me semble extrême néanmoins j’en applique déjà quelques principes : dégager du cash (tapis pour les coups durs), rembourser mon prêt au plus vite puis disposer de bonnes liquidités que je placerai dans des SCPI, actions, etc.

Mon idée n’est pas de devenir rentier mais de disposer d’un complément qui me sera utile pendant mes vieux jours (je n’ose pas dire retraite).

Répondre

Gilles from Objectifs Liberté août 11, 2013 à 19 h 42 min

@FredericB :

C’est justement ce que je souligne dans cette critique : c’est un bon ouvrage avec une stratégie pour devenir rentier cohérente sous réserve de dégager suffisamment de cash via son travail. L’auteur prend en compte le changement possible du monde dans 20 ans via l’inflation qui n’est pas sous-estimée !

On peut essayer de devenir rentier ou de créer un capital qui permet de créer un complément de revenu permettant de compenser une éventuelle baisse de salaire ou une montée de l’inflation. L’important c’est avant tout de mettre en place un système pour avoir un revenu complémentaire permettant d’atteindre une indépendance financière partielle ou totale.

Répondre

Laisser un commentaire

This site uses KeywordLuv. Enter YourName@YourKeywords in the Name field to take advantage.

Article précédent :

Article suivant :