≡ Menu

Septième objectif : Sélectionne les bons médias

Trop d’informations tue l’information. Je crois qu’à notre époque, nous sommes submergés d’informations de toute nature : chaines de télévisions par centaines, magazines par milliers, sites internet par millions. Pourtant, notre temps est limité et la quantité d’informations que nous pouvons absorber également. Il est donc important de sélectionner les bons médias pour apprendre et s’informer.

La télévision est un média trop passif et souvent trop généraliste. Suivre l’actualité en continue n’apporte absolument rien, à part une perte de temps pure et dure. De plus, la télévision est un média où l’image (donc le spectaculaire) à la part la plus importante, avec des informations peu fouillées. On passe d’un sujet d’actualité à un autre sans bien comprendre le pourquoi. Du moment qu’on a des images, on peut passer une information : « un accident de bus a fait 16 morts en Inde ». C’est bien triste, mais ce type d’information ne nous apporte rien. Je ne parle même pas des jeux télévisuelles ou des reportages d’information racoleurs. Éteindre son téléviseur semble une bonne solution bien que certaines chaines thématiques proposent des contenus de valeurs et puissent fournir une ouverture sur le monde pour celui qui voyage peu.

Journal

Internet est une mine d’information formidable mais aussi par sa liberté totale une vraie poubelle. Certains forums d’actualités et leurs discussions anonymes sont parmi ce que l’on fait de pire en terme de bêtise humaine. Les réactions des différents internautes me font douter au sujet de l’évolution de l’espèce. Mais en même temps, internet est un contrepouvoir et des informations « censurés » par d’autres médias s’y retrouvent. Internet c’est la télévision puissance 10 et il faut vraiment faire attention car on peut passer tout son temps libre à surfer sur les sites ou les blogs. Mais j’aime le média internet qui offre un choix et une variété d’informations sans pareil. Certains blogs où les internautes partagent leurs expériences ont la valeur d’un bon livre. Le gros avantage d’internet face à la télévision c’est que l’on choisit exactement le sujet sur lequel on veut s’informer (Google est mon ami).

Les magazines et les livres (si l’on exclut les quotidiens) constituent une forme de média que j’aime bien également car ce sont des médias lents. Il y a de part l’aspect différé de l’information une meilleure analyse et plus de recul. Je suis abonné en ce moment même à des magazines économiques et de santé très formateurs. J’ai aussi beaucoup appris dans les livres. Un livre peut être le résumé d’une expérience de vie, c’est tout simplement passionnant et il se transporte n’importe où (je sais maintenant il y a l’Ipad mais j’aime le contact avec le papier). Je ne lis pas de roman mais uniquement des livres pratiques et des biographies. Pour ma sélection je fais confiance aux gens et je regarde les avis sur internet. J’ai ainsi lu d’excellents livres grâces aux avis des lecteurs.

Les gens peuvent aussi constituer un média mais à vrai dire si c’est pour parler du dernier modèle de voiture ou du match du foot de la veille pour les hommes et des dernières tendances de la mode pour les femmes (non ce n’est pas qu’un cliché malheureusement), il vaut mieux éviter sauf pour l’aspect sociabilisation. Dans mon cas personnel, les livres m’ont plus appris que les gens que j’ai rencontré, mais j’espère que cela va changer. A vrai dire c’est aussi sans doute normal car j’ai pris les meilleurs auteurs !

Aujourd’hui donc il y a donc une abondance d’information incroyable, mais il faut être sélectif. Pour cela, je recommande les médias lents et internet en étant très sélectif. L’important c’est de ne pas se laisser submerger mais de ses concentrer sur ces centres d’intérêts et d’utiliser ces médias pour apprendre et « se développer ».

{ 9 comments… add one }
  • Cécile 21 septembre 2011, 7 07 49 09499

    Merci pour cet article ! Je partage votre avis sur bien des points.

    Je n’ai pas de télé, il n’y en avait pas chez mes parents, et je m’en porte très bien. Si vraiment je veux regarder une émission, je peux toujours la rattraper sur Internet.
    Par contre je lis beaucoup beaucoup (trop), de presse et de blogs sur Internet. Finalement en ayant pris conscience du problème, voici la solution que j’ai appliquée :
    – pas de redondance : on lit la même chose sur Le Figaro, l’Express, le Nouvel Obs, le Monde, donc un seul suffit
    – puisqu’on en lit qu’un seul, il faut lire le meilleur (dans mon cas, aucun des quatre cité au-dessus…)
    – je ne vais presque jamais sur le site du journal en question, mais je lis les flux rss, ça me permet de lire le titre et un bout de l’article, si l’article a l’air prometteur et qu’il s’agit d’un sujet qui m’intéresse (en général économique), je clique et je le lis en entier, sinon je laisse passer.
    Pour l’information lente, j’aime beaucoup Courrier International car il permet de diversifier son point de vue, plutôt que d’avoir une presse trop centrée sur la France. Je lis beaucoup de livres.

    Je pense que vous avez raison sur ce point : il faut vraiment écrémer et ne garder que le meilleur. C’est trop facile de se laisser submerger ! Et bien sur garder un œil critique.

  • Rudolf Kiefer 21 septembre 2011, 7 07 57 09579

    Tout en étant d’accord avec votre idée sur les médias, je souhaite cependant ajouter que ce n’est pas le média qui rend passif, c’est notre manière de consommer les médias et notre manière de les vivre. Si le média nous sert à remplir le temps mort, tout média, même les plus actifs comme les jeux qui demandent notre intervention à tout instant nous rendent passifs. D’ailleurs l’industrie du divertissement l’a très bien compris et elle sait utiliser les différents médias à merveille. S’occuper pour tuer le temps, s’occuper pour oublier les soucis, s’occuper pour ne pas devoir prendre des décisions, s’occuper pour ne pas devoir communiquer avec les autres. Le journal 20 minutes, les ipad et consorts l’ont bien compris également et chaque trajet entre le travail et le domicile doit être occupé, agrémenté par le divertissement. Regardez autour de vous.

  • Fix 28 septembre 2011, 17 05 55 09559

    « je recommande les médias lents et internet en étant très sélectif »
    Est-ce à dire qu’internet est uniquement un média de l’instant ? On peut regretter par contre que certaines archives et dossiers d’information soient d’un accès à mon goût onéreux.

  • FredericB 18 octobre 2011, 13 01 55 105510

    Il y a une époque pas si lointaine où les quotidiens comme le monde étaient une référence à la fois rédactionnelle (qualité de l’écrit) et également journalistique (qualité du contenu).
    Aujourd’hui qu’en est-il ? Beaucoup d’indigence, peu d’articles de fond, du journalisme spectacle, « people » comme on le dit parfois (l’exemple le plus parlant est celui de Marianne).
    Qui aujourd’hui est capable de lire un ouvrage de 500 pages autre qu’un roman ? 1 à 5 % des gens.
    Nous vivons dans une ère du « fast-reading » . Sur internet, les articles se doivent d’être simples, racoleurs, spéctaculaires. Pas ou très peu d’articles (ou de sites) de fond. Nous sommes devenus paresseux. Aussi je ne pense pas qu’internet soit la panacée, ce média suit le mouvement, initié il y a bien des années dans la presse écrite. Après on se demande pourquoi, celle-ci est moribonde…

    Aujourd’hui je ne perds plus mon temps à lire des magazines comme Marianne. J’ai considérablement diminué leur nombre. Je ne n’achète plus que deux magazines régulièrement :

    – Canard PC : actualité du matériel PC. Un des rares bien écrit et surtout UTILE.
    – Alternatives économiques : magazine économique.

    Concernant le coût, peu importe. Travail mérite salaire. Je préfère acheter peu et cher, et surtout UTILE.

  • gunday 19 octobre 2011, 9 09 23 102310

    Assez d’accord avec FredericB.
    Bien qu’il me semble difficile de livre un ouvrage de 500 page sur internet, beaucoup de gens ont encore du mal avec un écran.
    Quand à lire des livres autre que romans, je vois de nombreuses personnes lire des ouvrages techniques, donc 1 à 5% me semble un peu négatif.

    Pour les références, canardpc est sympa, je suis un peu le site, et j’aime bien ce qu’il font.
    En original, il y a aussi courrier international, il permet de sortir un peu des médias français et du sujet à la mode (Par exemple il y a peu le PS)

  • sarah 10 février 2012, 19 07 48 02482

    Éteindre le téléviseur je dis 100% oui, cependant vous oubliez la radio.
    Vous voulez être libre très bien: réconcilier la droite et la gauche: écoutez BFM pour votre pouvoir d’achat, investissement, fiscalité, santé des entreprises,… et France Culture pour l’érudition et l’évasion intellectuelle, vous apprendrez énormément seul objectif: focaliser votre attention sur le sujet traiter et apporter une critique constructive pour vous même ou à partager+ RFI pour une vision extérieure à l’hexagone.
    Il faut aller à la source de la connaissance:
    Lecture de journaux: les Échos, le Monde, Le Canard
    Livre: les essais des universitaires, et là vous ne perdrez pas votre temps!

  • dilo 5 mars 2012, 14 02 31 03313

    je suis globalement pour tout ce que vous avez dit sur les médias ( le fait que les médias lents soient plus intéressants en terme d’information, le piège de l’image à la télé, etc.)
    Mais quelque chose m’a fait réagir, c’est lorsque vous préférez un bon livre aux « gens » (je raccourcis).

    En effet, personnellement j’ai lu de très bonne biographies ou livres pratiques écrit par des gens inspirants, mais aujourd’hui, les meilleurs leçons que j’ai tiré des autres, celles que j’ai retenu, proviennent de gens que j’ai rencontré en vrai. Cela ne tient sûrement pas du contenu ( comme vous dites, il suffit d’avoir lu les bons auteurs ou de ne pas encore avoir rencontré les « bonnes » personnes ), mais plutôt du côté impregniant et inspirant d’avoir en face de soi quelqu’un qui témoigne d’une pratique, d’une façon de faire, d’une théorie qu’il met en pratique DANS SA VIE, cela marque davantage, on associe les infos et contenus purs au timbre de la voix, à l’endroit et les circonstances où on a rencontré telle personne, etc…

    Parce qu’au delà du côté sympathique, social, authentique, du média « gens qu’on rencontre », un bon contenu d’info est également un contenu qu’on retient, qui nous reste, qui nous marque, c’est cette info qui nous fait avancer.

    je suis aussi d’accord avec Sarah sur le média « radio » qui n’est pas à négliger !

  • Gilles from Objectifs Liberté 6 mars 2012, 18 06 19 03193

    @Cécile :

    J’ai une télévision mais je la regarde très peu, de temps en temps un bon film pour un pur moment de loisir. Par contre comme toi je lis beaucoup et il faut éviter la redondance. Particulièrement pour moi les revues économiques et boursières car je suis un passionné d’économie.

    @Rudolf :

    Ta remarque sur la notion de bon média est finalement plutôt juste : c’est notre manière d’utiliser certains médias qui est mauvaise. Mais tout de même si on prend la télévision, il est tellement facile de rester accroché devant des émissions cons et de zapper en permanence : je le sais car je le faisais de temps en temps il y a quelques années ! Il y a donc des médias qui favorisent des comportements d’addiction à des futilités.

    @Fix :

    Internet est un bon et un mauvais média à la fois car on peut être très sélectif ou surfer de liens en liens (zapping internet !).

    @FredericB :
    @Gunday :

    On ne lit plus de long ouvrages comme avant j’en suis certain, bien qu’il faudrait faire des sondages pour en avoir la certitude. Mais je pense que cela va avec le mode de vie d’aujourd’hui ou tout va vite, dans un monde stressant. Pourtant quand je me déplaçais dans des banlieues lointaines en train pour mon travail, je lisais pas mal !

    Je vais révéler mes magazines (abonnement) : Le revenu, 60 millions de consommateurs, Plantes et santé, Le particulier, La lettre de la bourse. Je lisais pas mal le canard enchainé avant mais moins maintenant car ça m’a trop dégouté de la politique. .Je ne suis plus abonné à aucun magazine d’informatique (mon métier).

    @sarah :

    La radio c’est pas mal car la télévision ne donne des informations que si elle a des images à associer (quelquefois elle les fabrique). Je classerais la radio comme un bon média si elle est bien utilisée.

    @dilo :

    Ta remarque est tout à fait justifiée et j’assume mon propos malheureusement : j’ai appris plus dans les livres qu’avec mon entourage immédiat mais crois moi je fais tout pour que ça change … C’est ainsi, je n’ai pas rencontré les bonnes personnes qui auraient pu me conseiller ou me former (ou trop peu). Pourquoi ? Tout simplement car si tu vis dans un certain milieu et que tu y restes ta vision est limitée. Via ce blog j’ai rencontré quelques personnes avec qui j’ai vraiment eu (et ait) plaisir à échanger et c’était aussi un objectif que je m’étais fixé.

    100% d’accord avec toi, on apprend plus en face des bonnes personnes que dans les livres mais encore faut-il les trouver … De plus il y a quelques années, je n’avais pas forcement cette démarche d’aller naturellement vers les autres (pour plein de raisons d’ailleurs).

  • David Latapie 20 février 2013, 15 03 52 02522

    J’aime beaucoup le concept de « média lent ». En géographie (ma formation initiale), on parle de « temps long », est c’est dans la même veine de relativiser l’information. Relativiser l’information est même pour moi une forme de maturité – je relativisais beaucoup moins quand j’avais 18 ans).

Leave a Comment

This site uses KeywordLuv. Enter YourName@YourKeywords in the Name field to take advantage.

*