≡ Menu

Se gérer comme une entreprise

J’ai connu deux statuts au cours de ma carrière : salarié et travailleur indépendant (en EURL). Ces deux statuts sont très différents, en tout cas je l’ai ressenti comme tel. En tant qu’indépendant on se gère comme une petite entreprise, et cette approche a de nombreux avantages que l’on peut (et devrait !) appliquer même si l’on est simple salarié.

L’idée que je recommande, c’est de se gérer comme une entreprise en utilisant les indicateurs (financiers entre autres) qui caractérisent les entreprises. Ces principaux indicateurs (quantitatifs et qualitatifs) sont le chiffre d’affaires, les charges, le résultat net, la marge net, les réserves, le marché, la croissance, les réseaux de partenaires, les produits, le marketing.

Prenons les un par un pour les transposer dans le monde du salariat :

  • Chiffres d’affaires : Le chiffre d’affaire c’est votre salaire brut annuel. Et comme toute bonne entreprise qui se respecte, votre objectif est de le développer soit en évoluant au sein de la société qui vous emploie, soit en changeant de société. De mon expérience personnelle, les évolutions de salaire se font surtout au changement de société.
  • Charges : Vos charges, ce sont vos dépenses (taxes diverses, logement, alimentation, voiture, vêtements, transports). A moins d’avoir une forte croissance de votre chiffre d’affaires il est de bon ton de contrôler vos charges, voir de les réduire.

Entreprises La Defense

  • Résultat net : C’est ce qu’il vous reste dans la poche après charges et impôts sur le revenu. Votre véritable but est la : augmentez votre résultat net.
  • Réserves : Les réserves c’est votre épargne et vos investissements. Elles sont le fruit de l’affectation de votre résultat net.
  • Dettes : Une entreprise a des dettes court, moyen et long terme tout comme vous. Les dettes les plus intéressantes sont les dettes long terme quand elles servent au développement de votre capital. Vous avez des dettes long termes en tant qu’investisseur immobilier si vous faites un crédit pour votre résidence principal ou pour un investissement locatif par exemple, mais vous savez que vous devez éviter les dettes courts termes qui sont faites pour compenser un manque de trésorerie.
  • Marché : Une entreprise connait son marché et vous devez pouvoir connaitre votre marché (de l’emploi) en fonction de vos compétences.
  • Croissance : La croissance du chiffres d’affaires (salaire en hausse) et la croissance du résultat net (salaire – charges -impôts en hausse) sont deux indicateurs précieux que vous devez surveiller. La croissance doit être supérieure à l’inflation sinon vous perdez de l’argent.
  • Réseaux de partenaires : Tout comme une entreprise, vous avez un ensemble de partenaires (relations de travail, amis) qui constituent votre réseau et qui peuvent vous apporter des opportunités de collaboration ou vous cooptez dans les entreprises auxquels ils appartiennent.
  • Marketing : Vous ne vendez pas des produits en général mais vous vous vendez vous-même et il faut faire votre marketing : le produit c’est vous !

Pour l’anecdote, je me souviens d’un entretien pour trouver un poste ou mon recruteur m’expliqua à la fin de celui-ci que le salaire n’était pas la chose la plus importante dans le job proposé (ne vous inquiétez pas, ils sont souvent comme cela dans le recrutement informatique). D’autres aspects rentrent en ligne de compte comme les responsabilités, la diversité des missions, l’évolution de carrière, etc me disait-il le bougre. Pour me proposer un salaire plus bas que le marché, il me culpabilisait en fait, en m’indiquant de manière déguisée : « Mais vous ne travaillez pas que pour l’argent ».

La conclusion de ce grand baratin arriva bientôt en fin d’entretien avec une proposition salariale ridicule. Comme je venais de perdre pas mal de temps dans les transports et avait pris une demi-journée de congés pour me rendre à cette entretien en pur perte, je n’ai pu m’empêcher de lui retourner ses arguments. Je lui ai expliqué que sa société ne travaillait sans doute pas pour l’argent, mais plutôt pour le challenge technologique et que finalement le but d’une société n’était pas de faire du bénéfice (et surtout pas de le développer) mais de trouver des nouveaux challenges, voire de se transformer au final en association loi 1901. Le fait que cette société soit cotée en bourse était sans doute un hasard ai-je ajouté … Long silence et désarroi dans le regard de mon interlocuteur qui lança quelques derniers arguments plus ridicule que les suivants. Pour l’achever un peu plus, je lui ai dis que je me gérais comme un entreprise et que mon but tout comme sa société était de développer mes compétences et mon chiffre d’affaires avec des sociétés partenaires dans un esprit de collaboration équilibré et juste. Il conclut en m’indiquant que la proposition tenait toujours et que je devais y réfléchir bla bla bla (tenace le gars quand même, respect) …

{ 7 comments… add one }
  • Christophe 4 avril 2011, 13 01 37 04374

    Le fait de se gérer comme une entreprise est normalement ce que chacun fait afin de dégager des bénéfices qui serviront à acquérir un logement principal par exemple. Seul l’Etat s’autorise de fonctionner avec de très lourdes pertes. Il prevoit un fonctionnement avec du déficit. Cela n’est pas possible pour le gens en principe ou alors votre banquier est sympa ou il vous fait payer les intérêts du trou.

  • Tan 4 avril 2011, 23 11 05 04054

    C’est vrai qu’on est notre mini entreprise même si on n’a pas le cash d’une grande société. J’aime bien le parallèle avec les principaux indicateurs des sociétés. Le mieux pour apprendre serait sans doute d’être salarié et créer son entreprise en auto-entrepreneur pour mieux maitriser les rouages de ce mode de pensée.

  • Christian 5 avril 2011, 22 10 17 04174

    j’ai toujours pensé comme cela ; un chômeur par exemple est aussi obligé de se vendre, ne serait-ce qu’une première fois pour obtenir son job comme un commercial;et se doit de gérer son budget, parfois il doit faire des investissements souvent aléatoires, pour essayer des pistes nouvelles, cela génère des frais imprévus ; tout comme une entreprise.

  • Lucie Montpetit 11 avril 2011, 11 11 00 04004

    Je crois réellement à ce principe, car à ce moment là, les gens deviennent responsable de leur situation financière et non victime. De plus, il y aurait moins de faillite personnelle, car en entreprise, vous devez vous formez ou engager quelqu’un de compétent pour gérer votre budget. Tandis que ce qui se passe les gens ne savent pas comment gérer un budget et se retrouve sans le sou et dépourvu, en blâmant les autres et le système.

    D’où vient l’importance d’éducation financière et de responsabilisation financière.

  • Gilles (Objectifs Liberté) 12 avril 2011, 1 01 30 04304

    @Lucie : en effet il faut maitriser sa situation financière, et le faire comme un entrepreneur c’est responsabilisant. Gérer un budget entre autre chose est primordial dans un environnement ou les dépenses vont très vite. Sachant que les salaires stagnent, le paramètre dépenses devient essentiel. Mais je crois qu’on a le droit de blâmer le système cependant car ce sont nos impôts qui le financent et quelquefois l’argent n’est pas dépenser efficacement. Par contre il y a dans nos pays industrialisés trop de prêts à la consommation qui incitent aux dépenses (souvent idiotes style nouveau canapé en cuir …).

    Je suis d’accord Lucie que l’éducation financière est primordiale mais dans un système économique basé sur la consommation c’est pas à l’école qu’on va nous apprendre à modérer nos achats. Quelqu’un qui consomme peu c’est un mauvais citoyen dans le système économique actuel !

  • Lucie Montpetit 12 avril 2011, 12 12 43 04434

    C’est vrai Gilles, que notre système qui est basé sur la consommation, et qu’il est difficile d’éduquer nos enfants autrement. Mais seulement, leur montrer la valeur de l’argent et les valeurs que la société y associe. Leur montrer la relation entre justement notre société de consommation et le nombre de faillite grandissante. D’où viendra la responsabilisation financière.

  • Burningsteve 10 mai 2011, 22 10 19 05195

    Ma petite entreprise est vouée a la crise. Engraisser les plus grosses.
    Rien ne se perds, rien ne crée.

Leave a Comment

This site uses KeywordLuv. Enter YourName@YourKeywords in the Name field to take advantage.

*