≡ Menu

Sixième objectif : Ouvres-toi aux autres

De part notre éducation qui nous enseigne à ne pas parler aux inconnus, à nous taire et à écouter à l’école, nous ne sommes pas des grands communicants. C’est d’ailleurs assez frappant quand on part dans certains pays étrangers, car on s’aperçoit que les gens se parlent facilement dans la rue, dans le train, etc. Ce repli sur soi est handicapant dans de nombreuses situations. C’est le plus grand mystère qui soi d’ailleurs : on pianote sur son portable, on échange des SMS, on a plein d’amis sur les réseaux sociaux et on ne parle pas à grand monde, ou alors juste à un cercle restreint dument « validé ». La communication est devenue virtuelle, une forme de « Second Life » pour ceux qui connaissent.

S’ouvrir aux autres ne veut pas dire, parler à tout le monde et se forcer. Mais c’est d’abord ne pas avoir peur de parler avec les autres, de les découvrir et de se faire des amis intéressants quand l’occasion se présente. Le fait d’avoir une éducation où l’on ne parle pas aux inconnus et où l’on est toujours sur ses gardes nous privent d’expériences et de rencontres. C’est d’autant plus dommage que comme l’on évolue avec le temps, il est important de rencontrer des personnes ayant les mêmes centres d’intérêts. Je pense cependant qu’une partie de notre timidité disparait progressivement avec l’age. Dans un objectif de liberté, il faut pouvoir se sentir libre de parler aux autres sans contrainte et d’apprendre à faire confiance par défaut, dans la limite du raisonnable bien sûr. De toute façon, il est facile de repérer les gens intéressants autour de soi !

Mains ouvertes

Je ne dis pas qu’il faut s’ouvrir à tout le monde. Je vous dirais franchement que je suis sélectif aussi. En effet, s’ouvrir aux autres, ne veut pas dire sympathiser avec tout le monde et comme je l’ai déjà évoqué, il existe des relations toxiques qu’il vaut mieux éviter. Mais s’autoriser à échanger des points de vues et rencontrer de nouveaux futurs amis est une expérience tellement positive.

S’ouvrir aux autres, c’est non seulement leur parler, les écouter et s’intéresser à eux, mais c’est aussi s’offrir la possibilité de demander. Combien d’entre nous n’osons plus demander ne serait ce que des informations ou des petits services ! Car nous sommes rentrés dans un monde tellement individualiste que nous pensons qu’il faut nous en sortir tout seul, qu’avoir besoin des autres est un signe de faiblesse ou bien tout simplement sommes nous trop introvertis pour faire le premier pas.

Ce blog dès sa création s’est voulu un espace de discussion et de réflexion, et j’ai eu l’occasion de rencontrer des blogueurs et des lecteurs. Nous avons ainsi pu échanger nos points de vue et nos expériences de manière enrichissante en face en face (le virtuel c’est bien mais le réel c’est mieux). Le blog en lui-même m’a donc permis de fréquenter des personnes très différentes de celles que je connais mais à la vision du monde pas si éloignée de la mienne, ce qui en soi est déjà formidable. En à force d’écrire, de réfléchir et d’agir sur ce blog, je crois que j’ai évolué dans le bon sens et que je suis plus ouvert qu’avant.

{ 5 comments… add one }
  • Tommy 16 octobre 2012, 22 10 44 104410

    Ah, super Gilles, je suis a 110% d’accord (pour changer…)

    Sans compter que s’ouvrir aux autres, c’est aussi s’ouvrir aux possibilites, aux rencontres, a l’inconnu. Le gars a cote de vous dans un magasin qui a ce t-shirt que vous avez vu qu’en Bolivie? Si ca se trouve, vous aurez 1000 histoires de voyages a vous raconter ! La fille assise dans le metro qui lit votre livre prefere? La meme chose! J’ai rencontre plusieurs amis comme ca.

    Il faut souvent faire le premier pas car en effet, la plupart des gens n’osent pas parler a des etrangers, mais tres souvent, les gens repondent tres chaleureusement car enfin c’est naturel, rien ne nous fait sentir plus humain que de partager des experiences avec les autres! On a tous ces interdits debiles et peurs de deranger les autres dans la tete. Et puis, si la personne n’est pas receptive, tant pis ! Les autres le seront 🙂

    Il y a d’ailleurs une citation que j’aime beaucoup: « un etranger est un ami que je n’ai pas encore rencontre ».

    Alors, pensez-y cette semaine et si vous remarquez quelque chose que vous appreciez, ou qui vous surprend chez quelqu’un a cote de vous, engagez la conversation !

  • Julien from L'investissement dans un parking 17 octobre 2012, 16 04 35 103510

    Bonjour Gilles,

    J’ai participé à un repas de 150 personnes le week end dernier. La classe est le rassemblement des habitants d’un village qui fêtent leur dizaine (10 ans, 20 ans, 30 ans, etc)

    Le soucis ? C’était le village où a grandi mon amie. Je ne connaissais personne. J’ai pris plaisir à discuter avec plein de gens et je me suis même surpris à ne pas voir les heures défiler.

    On a même pris rendez-vous avec des personnes rencontrées là bas ! Tu as bien raison de faire la promotion des rencontres nouvelles

    julien

  • M-C from se muscler rapidement 18 octobre 2012, 9 09 03 100310

    Bonjour,

    J’adhère tout à fait, il est difficile de nos jours de créer le moindre liens sans que l’on se pose des questions sur votre personne. Et même présenté, pour juste une soirée, le résultat n’est pas garantie. Ou sont passés les moments où lorsque l’on sortais seul, en était sûre de trouver de la compagnie. En tout cas, une chose et sur, l’internet les mobiles nous permettent de mieux communiquer et plus facilement, pour finalement se retrouver dans un mur.

  • Alexandra de Sphère Humaine 25 octobre 2012, 9 09 49 104910

    Bonjour Gilles,

    Je réagis sur la partie où tu parles de la difficulté à demander. C’est vrai que nous avons pris l’habitude de nous débrouiller seul(e)s, mais c’est peut-être plus accentué dans les grandes villes où on peut plus facilement faire semblant de n’avoir besoin de personne puisque tous les services sont à disposition.
    Il y a un article dans le dernier Psychologie Magazine sur « Oser demander de l’aide » avec un témoignage touchant d’une personne qui s’est retrouvée dans de grandes difficultés financières et qui raconte le moment où elle a dépassé sa honte pour oser demander à ses amis si ils pouvaient l’aider d’une manière ou d’une autre. Elle a eu beaucoup de retours soutenants et a pu conserver son appartement grâce aux soutiens de ses amis.

  • Martin from Blog Chine 6 novembre 2012, 7 07 12 111211

    L’entraide, la solidarité, il n’y a que ça de vrai 🙂

Leave a Comment

This site uses KeywordLuv. Enter YourName@YourKeywords in the Name field to take advantage.

*