≡ Menu

Riche ou financièrement indépendant ?

Richesse et indépendance financière sont deux choses très différentes. La richesse est une notion très floue. Tout le monde se rappelle la fameuse phrase de François Hollande qui disait que l’on est riche à partir de 4000 euros par mois. Je me souviens aussi d’avoir entendu que l’on est riche quand on peut vivre des intérêts produits par les intérêts de son capital (plus proche de la notion de richesse que je choisirais). Bref, la richesse est difficile à définir. Par contre, l’indépendance financière dispose d’une définition très précise :

  • Est financièrement indépendant quelqu’un qui peut vivre du revenu de ses biens (biens mobiliers, biens immobiliers, entreprise en mode automatique).

Pour atteindre son objectif, il faut le connaitre ! Vous avez compris que sur ce blog, le thème principal c’est bien l’indépendance financière et non la richesse. Et c’est très différent. L »indépendance financière est bien plus facilement atteignable que ce que l’on nomme la richesse. Car l’indépendance financière dépend de nos besoins et pour la plupart des gens qui aspirent à la liberté, les relations sociales et le temps importent plus que les possessions. Donc pour moi-même et je pense certains d’entre vous, la somme d’argent mensuel nécessaire à produire pour acquérir l’indépendance financière n’est peut être pas si élevée avec de l’organisation, des objectifs et un bon plan.

Si on reprend la définition de François Hollande, il ne fait pas la différence entre les revenus produits par un capital et les revenus du salaire. C’est bien dommage, car comment dire que quelqu’un qui est salarié avec encore 15 ans de traites à payer sur sa résidence principale est riche, même à 4000 euros par mois. Il est surtout riche de dettes avec un actif qui ne produit aucune entrée d’argent. Il est à la merci d’une dégradation du marché du travail, et croyez moi, j’en ai vu des licenciements de tout poil durant ma carrière professionnelle, sans parler des conséquences financières catastrophiques d’un divorce pour un ménage …

  • On peut être « riche » en étant financièrement dépendant (de son travail).

Bien sûr la notion de richesse dépend de sa définition, mais on peut quand même admettre qu’il n’y a pas beaucoup de gens riches. La vision politique de la richesse dépend de son orientation politique et la tendance est quand même de se baser sur le revenu mensuel indépendamment de sa provenance (revenu plutôt bas d’ailleurs). Mais avec la crise et le nivellement des salaires vers le bas, il est de bon ton de présenter tous ceux qui gagnent plus de 3000 euros par mois comme des privilégiés … alors que ceux-ci ne représentent que le bas de la classe moyenne de mon point de vue. En tout cas, il vaut mieux ne pas parler de richesse si l’on veut être précis, mais connaitre ses objectifs de vie et en déduire un niveau de revenu satisfaisant pour les atteindre.

Richesse

Mais revenons à l’indépendance financière : elle est bien plus facile à atteindre que l’on ne le pense si l’on est capable de réduire ce que l’on pensait faire partie de nos besoins et qui n’en sont pas. A partir du moment où nous sommes plus centrés sur la liberté et nos interactions avec les autres, il n’est point besoin de disposer de sommes colossales.  Si l’on est un adepte du minimaliste et qu’une vie frugale nous apporte le bonheur, les revenus nécessaires pour vivre peuvent être inférieur à un SMIC.

  • On peut être financièrement indépendant avec un niveau de revenus plutôt faibles.

J’ai écris cet article pour que vous voyez bien la différence entre ces deux notions et que vous choisissiez votre camp. Devenir riche est quelque chose de difficile si l’on a pas quantifier le prix de ses rêves (et même après les avoir quantifier !), alors que devenir financièrement indépendant est bien plus facile à atteindre au prix d’un grand travail sur soi et l’établissement d’un plan.

{ 15 comments… add one }
  • Fabien from Argent-Pour-La-Vie.com 2 avril 2012, 10 10 18 04184

    Bonjour,

    Je te rejoins complètement dans tes réflexions.
    Être « riche » est une notion que je pense être totalement subjective. D’ailleurs, nul n’a le même avis sur la question.
    Cependant la confusion est omniprésente dans l’esprit des gens. Il rêvent d’être riche alors qu’en vérité ils rêvent surtout d’indépendance financière.
    A la fameuse question « que feriez-vous si vous gagniez au loto ? » seule une minorité répondra rêver d’une villa absolument grandioses, d’une collection de voitures sports élitistes etc. Non la majorité, répondra qu’elle souhaite quitter son travail qui l’ennuie, voyager pour découvrir d’autres pays et d’autres cultures, avoir du temps pour soi et pour ses proches…

  • NBS 2 avril 2012, 11 11 06 04064

    Bonjour,

    J’étais d’accord avec vous jusqu’au moment de lire que les gens qui gagnent 3000€ par mois ne représentent que le bas de la classe moyenne.

    Il ne faut quand même exagérer : même à Paris ou le coût de la vie est l’un des plus élevé en France, cette somme est confortable pour vivre, 85% de la population Française gagne moins que ça, je dirais plutôt que c’est la moyenne haute de la middle class.

    Après évidemment tout dépend des charges, entre le revenu et ce qui reste pour vivre il y a une énorme différence mais après ça dépend de la politique de chacun : on peut être très limite avec 3000€ par mois et très à l’aise avec 2000, mais le revenu en lui même est confortable selon moi.

    Merci,

  • Gilles from Objectifs Liberté 2 avril 2012, 11 11 37 04374

    @Fabien :

    Oui les gens ne savent pas vraiment ce que veut dire riche, et ils confondent richesse et indépendance financière. Le coup du loto est flagrant car en fait la plupart pourrait réaliser une partie de leurs rêves sans même jouer au loto … Ils feraient mieux de sortir la calculette et d’agir au lieu de jouer en pure perte.

    @NBS :

    Je maintiens pour le bas de la classe moyenne. A 3000 euros par mois de revenus, tu ne peux pas louer un 50m2 sur Paris vu les garanties exigées (à moins d’avoir de bonnes cautions) et à 2000 euros le revenu moyen en France c’est dur de louer tout simplement. Paris n’est pas la France mais c’est quand même un bon indicateur.

    Pourquoi je parle de bas de la classe moyenne ? Faire partie de la classe moyenne selon mes critères, c’est pouvoir se payer un appartement ou une maison sur 15 ans, disposer d’une voiture, se payer des vacances une ou deux fois par an et ne pas compter pour les « petites dépenses ». Après on peut discuter ma vision statistique. Ce que les hommes politiques ont fait de très fort c’est d’abaisser dans l’esprit des gens le seuil de confort niveau financier. Dire que 3000 euros par mois c’est le Pérou c’est admettre que l’on est un pays en déclin. Dans ce blog je parle de simplicité et d’indépendance financière, donc l’objectif est de produire un revenu suffisant pour vivre (point n’est besoin de 3000 euros, un SMIC peut suffire), mais j’ai aussi une vision économique qui m’amène à dire qu’en France on s’appauvrit à tous les niveaux ! Bientôt on aura en France des pauvres et des riches et plus rien au milieu …

    Autre critère, beaucoup de couples travaillent et gagnent à deux bien plus que 3000 euros par mois, c’est pour cela que le système tient : le couple est devenu une union économique et sociale.

    J’avais fais la démonstration mathématique à un ami qu’une couple avec 2000 euros par mois pouvait vivre aussi bien qu’un couple à 2000 euros en tenant compte des impôts et du HLM dont pouvait bénéficier le premier donc c’est un tout.

    Le problème est complexe, après c’est une question de vocabulaire. Si pour ma part je peux me contenter de petits plaisirs et pourrait vivre avec peu hors de l’Ile de France, il n’empêche que je reste sur mon raisonnement (avec la définition de la classe moyenne qui est la mienne). J’essaierais de faire un article en prenant des exemples de budgets.

    Je pourrais te rejoindre sur le niveau de confort que l’on atteint avec un revenu de 3000 euros mais l’immobilier a faussé la donne et appauvrit tout le monde, particulièrement la tranche du milieu qui ne peut accéder au logement social et paie son immobilier au prix très (trop) fort. Si on était en Allemagne, je mettrais un tel niveau de revenu dans la moyenne des classes moyennes.

  • NBS 2 avril 2012, 14 02 26 04264

    @ Gilles

    Je suis d’accord avec toi quand tu dis que l’immobilier fausse un peu la donne en France, surtout à Paris.

    Sur les 3000€ mensuels, si tu es à Paris et que tu veux un appartement un minimum plus grand qu’un studio d’étudiant, tu peux vite voir partir la moitié de tes revenus dans le seul poste de dépense que représente le logement.

    Le débat sur qu’est ce que la classe moyenne est un débat sans fin, je pointais simplement dans mon commentaire le fait que faire partie des 15% de français qui ont les plus hauts revenus était à mon sens suffisant pour parler du haut de cette classe et non du bas. Ou alors la classe moyenne c’est entre 15 et 5% des français les plus riches, le reste étant soit des pauvres (de 0 à 85) soit des riches (entre 95 et 100%) ce qui ne me semble pas juste.

    Malheureusement, la classe moyenne c’est un peu la majorité silencieuse dans notre société : pas assez pauvres pour avoir des aides, pas assez riche pour être indépendant. J’attends toujours qu’un candidat à la présidentielle s’adresse à cette tranche, mais je crois que je peux attendre encore longtemps.

  • gunday 2 avril 2012, 15 03 13 04134

    @NBS,
    vous savez j’ai déjà entendu dire qu’un ménage gagnant 2.000€ était riche (ce qui représente moins de 2 smics).
    Certains vont même jusqu’à dire, qu’avec rien qu’un CDI, il faudrait arrêter de se plaindre, car on a déjà un job fixe.

    Donc tout cela est relatif.

    Dans mon cas, 3.000€ me parait peu, surtout pour un couple. Avec un Smic, à 1100€, cela représente 800€ mensuel de plus que le smic, ce qui reste vraiment peu significatifs.
    Après, le problème reste le même : je suis en région parisienne, donc j’ai déjà 100€ de transports par moi minimum.
    Et là je parle des transports en communs, ce qui me permettent, dans mon cas, de faire en 1h15 minimum (quand les bisounours sont dans le train) ce qu’en voiture je fais en 40 minutes.
    Avec un revenu de 2000€, ça représente déjà 5% des revenus.
    Et je ne parle pas du logement dans mon secteur.
    En clair, 3.000€/mois, sera plus que suffisant, en campagne où les frais de logement, et de nourriture sont faibles, et si on travaille à 5 minutes de chez soi.
    Par contre, dans les zones où le logement est tendus, la nourriture cher, et les transports catastrophiques, 3.000€ risque d’être un peu limité.

    Pour revenir à l’article, effectivement, la culture des français en général et financière en particulier m’apparait de plus en plus catastrophique (je suis optimiste, et j’essaye de continuer à croire en l’espèce humaine). Et la confusion entre richesse, épargne, indépendance financière est totale. Mais il faut dire que ce n’est pas expliqué dans loft story (j’ai un quota de remarque méchante contre la télévision à placer :D).
    Pour améliorer son indépendance financière rapidement, rien ne vaut le minimalisme.
    A ce sujet, il serai intéressant de voir le témoignage sur le forum esprit-riche : http://esprit-riche.com/forum/strategie-epargne-et-gestion/combien-vous-faut-il-chaque-mois-pour-vivre/page-2/#p4895

    Le monsieur décrit dans le témoignage doit vivre avec entre 100€ et 200€/mois.
    Avec des revenus de 800€, il est donc particulièrement indépendant financièrement.
    Est il riche pour autant?

  • FredericB 2 avril 2012, 16 04 15 04154

    @Gilles, NBS
    Les économistes ont tenté d’estimer à partir de quand (combien) on est pauvre, riche ou appartenant à cette classe dite moyenne.
    D’après eux et selon les critères retenus, à partir de la classe des 80 % (20 % plus riches) vous n’appartenez plus dans cette classe, en dessous de 30 % vous êtes pauvres. Le problème est plus complexe que cela
    Cela dépend :
    – où vous habitez (Paris, Ville de province, Campagne)
    – taux d’endettement / loyer (il y a des gens chanceux qui possèdent leur logement (pas de traites ni de loyer)
    – taux d’imposition
    etc

    Il faut savoir que la salaire médian s’établit à 1600€ net/mois en France.
    Pour ma part, je pense que la classe moyenne est la masse de gens s’établissant autour de ces 50 %.
    Grosso modo [20 – 80]%. Mais comme le dit fort justement Gilles, cette notion d’économiste est pour ma part réductrice mais pas inintéressante. La situation de ceux dont le salaire est de 3000 €/mois est assez éloquente : certains y voient une masse de « bobos » friqués qui habitent tous à Paris etc. Alors que la réalité est tout autre. Même avec 6000 €/mois pour un couple avec enfant, la situation est précaire à cause des emprunts d’assez longue durée et des risques de précarisation du salarié français. Qui ne connait pas dans son entourage ou pour lui-même des pertes de revenus importantes.
    Cela m’est arrivé récemment. Je me suis retrouvé au chomage pendant quelques temps (2 mois). Il faut savoir que la perte en salaire est importante (40% du brut + un complément forfaitaire). Les impôts se rappellent à votre bon souvenir, les traites idem, etc. Heureusement j’avais du cash.
    J’ajoute que selon les critères purement économiques, mon foyer n’appartient pas à la classe moyenne. Néanmoins, je n’ai absolument pas les moyens d’habiter dans les beaux quartiers de la région parisienne. Juste pour rire : http://www.immoneuf.com/appartement-neuf-92-suresnes-1.htm
    800 000€ l’appartement de … 95m². Non vous ne rêvez pas. Il se trouve que je travaille à coté. Rien de folichon. Du béton. Pas très bien situé en plus.
    La réalité est qu’il y a un appauvrissement général de la population française et un déclassement social inéluctable. Je me souviens qu’un couple de lyonnais interviewé à la TV donnait une définition des gens aisés : « ceux qui peuvent changer les quatre roues de leur véhicule sans crontracter un crédit ». C’est à dire 10 à 20 % des gens. Mais pour ces chanceux rien n’est sûr. Notamment lorsqu’arrive la barrière des cinquante printemps (l’activité de la classe 55-65 ans est de 38 % en France).
    Seuls les 1% plus riches sont réellement à l’abri. Eux ont un réseau et des revenus que les 99% autres n’ont pas, ce qui les met à l’abri.

  • Fabien from argent-pour-la-vie.com 2 avril 2012, 17 05 05 04054

    Bonjour,

    il y a quelques jours j’ai rédigé un article sur le niveau des salaires en France. Avec l’autorisation de l’auteur de ce blog, je peux positionner le lien.

  • gunday 2 avril 2012, 23 11 46 04464

    @FredericB :
    « Je me souviens qu’un couple de lyonnais interviewé à la TV donnait une définition des gens aisés : « ceux qui peuvent changer les quatre roues de leur véhicule sans crontracter un crédit ». C’est à dire 10 à 20 % des gens. »
    Je ne suis pas d’accord, la plupart des gens n’ayant pas de grosses voitures peuvent se permettre de changer les 4 pneus sans trop se priver. Je viens de regarder pour ma voiture chez speedy, cela me couterai 300€. Vous suggérez que seul 10 à 20% de la population peux sortir 300€?

    Pour l’appauvrissement de la population, je suis aussi en désaccord, car la nourriture ne coute plus très cher (et représente plus grand chose en % du salaire relatif). Par contre au niveau des dépenses des ménages il y a une grosse augmentation des dépenses récurrente, de type abonnement téléphonique.
    Mais souvent, dire qu’il faut couper le téléphone, c’est simplement honteux.
    Pour l’exemple, je me souviens d’une étudiante qui témoignais qu’une fois le loyer payé, il lui restait 176€/mois pour vivre. Ce qui était pas suffisant pour se nourrir. Dans les 176€ il y avait environ 32€/mois, car elle allait 2 fois/semaines chez ses parents soit un reste de144€. Mais surtout 35€ d’abonnement internet, et 35€ de téléphone portable. Ce qui au final lui laissait plus que 74€ pour se nourrir.
    Je me suis fait huer pour avoir simplement fait remarquer qu’elle dépensait beaucoup trop en télécommunication (50% de son revenu mensuel après transport) car le téléphone et internet c’est dorénavant vitale pour un étudiant, selon beaucoup de gens. (Pour comparatif j’avais 10€ de télécommunication par mois et pas internet maison en tant qu’étudiant et environ 20€ d’épargne mensuelle).
    Ce que je remarque n’est pas un appauvrissement, mais une mauvaise priorisation des dépenses qui fait que le gadget passe de plus en plus avant l’essentiel. Et donc au final des difficultés pour l’essentiel ensuite.

    Sinon je suis assez d’accord avec la méthode des 20/80 en fonction du salaire médian, à condition que le salaire médian soit déterminé par zone, et classe d’age.

  • FredericB 4 avril 2012, 16 04 29 04294

    @Gunday

    Toujours un reportage assez intéressant sur « ceux qui touchent 1500€ ». Effectivement les situations changent. Retraités, avec ou sans enfants, province ou Paris.
    Quant aux Lyonnais, il faut lire entre les lignes : « pouvoir couvrir des dépendes imprévues ».
    Je partage votre point de vue sur un point « La priorité des dépenses ».
    On peut toujours considérer qu’après tout une bagnole, internet, la TV, le téléphone portable, rien n’est nécessaire. Et qu’après tout, la nourriture n’est pas si chère.
    J’ai fonctionné comme cela quand j’étais étudiant. Pas de véhicule, pas de portable, pas de TV, pas d’internet. Mais c’était une autre époque où le portable et Internet n’avaient pas le poids actuel.
    De plus quand on vieillit viennent d’autres coûts : les enfants, la médecine, l’habitation (plus difficile d’habiter dans 15m² quand on est quatre sous un même toit .

    Je maintiens que beaucoup de familles n’ont plus la possibilité d’épargner ou que leur capacité d’épargne est de plus en plus faible. L’immobilier est une des causes mais elle n’est pas la seule (à Paris c’est une évidence). Il y a un renchérissement du coût de la vie (hors téléphone et Internet), les salaires n’ayant pas suivi.

  • Tan 5 avril 2012, 10 10 35 04354

    Oui tu as raison concernant la distinction. Moi j’ai des amis qui n’ont pas travaillé trop dur à l’école et qui ont de petits salaires et qui me traitent de gros riches en plaisantant alors que je gagne 2500 euros net en étant célibataire. Je n’ai pas l’impression de vivre comme un milliardaire mais juste de vivre bien en me faisant plaisir. J’ai la capacité d’épargner une partie de mon salaire mais franchement je n’estime pas rouler sur l’or. De toute façon on est toujours le riche d’un autre. La notion de richesse est difficile à quantifier.

  • Maria 5 avril 2012, 15 03 46 04464

    Perso je sais tenir un budget avec rigueur, donc je connais précisément ce qu’il nous faut pour vivre. Connaissant nos besoins, je peux calculer ce qu’il faudrait que j’ai pour vivre correctement chaque mois (c’est moi qui gère, pas mon mari). Nous n’aspirons pas à la richesse au sens très matérialiste du terme ! Ce qui nous fait plaisir c’est de passer du temps avec nos enfants et nos parents.Et pour cela il ne faut pas une fortune. Donc financièrement indépendant oui je le voudrais, riche pas besoin. Aucun de nos rêves n’exige de grosses sommes d’argent.

    Il faut aussi noter que les soins sont peu chers en France (sécurité sociale + mutuelle) et avec de bonnes assurances on couvre tous nos risques. Ce n’est pas le cas dans d’autres pays ou j’ai voyagé ou le moindre accident peut ruiner une famille même aisée …

  • FredericB 6 avril 2012, 10 10 45 04454

    @Maria
    Certains soins deviennent chers en France, comme les soins dentaires (voir l’article sur le tourisme médical sur ce blog). Effectivement les maladies graves sont couvertes en France mais pour combien de temps ?
    Pour le reste je suis en accord. Cependant où vivez vous ? En RP l’immobilier plombe gravement le budget.

  • philbich 10 avril 2012, 15 03 28 04284

    Les statisticiens qui ont découpé les ménages français par tranche, donnent 1500€ mensuel INDIVIDUEL pour le bas de la tranche des revenus moyens et 5000€ pour la partie supérieure ; 3000€ de salaire mensuel individuel étant la moyenne de cette tranche. A partir de 5000€ individuel ce sont les hauts revenus.

    Cela ne prend pas du tout compte le fait que les personnes vivent seules avec un seul revenu ou à deux avec deux revenus. Ainsi, un foyer ayant deux revenus de 2600€ est un foyer de revenus moyens alors qu’un foyer n’ayant qu’un revenu de 5000€ est foyer à haut revenu. Ce découpage, issu de montants nationaux est valable pour la France entière sans distinction pour Paris.

    Ce ne sont que des statistiques qui ont le mérite d’être critiquées par tous depuis que l’on sait qu’un statisticien est quelqu’un qui va vous dire que vous êtes à température ambiante lorsqu’il vous trouve avec la tête dans le four et les pied dans le congélateur !

  • Bruno 15 avril 2012, 8 08 08 04084

    Bonjour,

    Sujet intéressant !

    Je crois que je vais développer le sujet de mon point de vue :
    – la richesse est pour moi un état d’esprit
    – l’indépendance financière est peut-être plus facilement quantifiable effectivement

    Merci pour cette reflexion
    Bruno

  • Gilles from Objectifs Liberté 17 avril 2012, 10 10 25 04254

    @Fabien :

    Je parle d’indépendance financière car elle est mesurable et atteignable. Mais les gens pensent en terme de richesse ce qui n’a aucun sens. En raisonnant ainsi, ils ne quantifient leurs objectifs et l’argent dont ils ont besoin pour les atteindre. Et donc, ils disent « Quand je serais riche, … » en suçant leur crayon ou en fumant leur clope !

    Il est sympa ton blog et c’était une bonne idée de vendre ta voiture pour réduire ton endettement. Oui poste ton lien s’il est pertinent et n’hésites pas cependant à participer au débat ici !

    @NBS :

    Je vois que finalement on est assez d’accord ! La classe moyenne c’est toujours celles qui paient le plus d’impôts : pas assez pauvre pour bénéficier des aides ou des déductions, pas assez riche pour utiliser les trucs légaux de déductions d’impôts. Et puis il faut le dire la classe moyenne c’est aussi les gens éduqués qui de toute façon n’iront pas manifester dans la rue comme les ouvriers ou les étudiants (et qui bien souvent soutiennent le système envers et contre tout). Donc pas dangereux …

    @Gunday :

    Je maintiens que la France s’appauvrit (enfin la majorité des français). Dans un tel contexte il ferait mieux de mettre les bonnes priorités sur leurs dépenses mais cela ne change rien au fait que la vie est de plus en plus cher. L’inflation réelle fait son effet.

    Sinon à moitié d’accord pour les télécommunications et la nourriture. Les frais de télécommunications ont beaucoup baissé. Le prix minimum serait de moins de 50 euros pour une boite internet et deux portables (Offre Free). Par contre la nourriture de qualité n’est pas si bon marché malheureusement à moins d’habiter à la campagne et se fournir chez le producteur.

    @FredericB :

    Le mode de vie est important dans les dépenses et on ne peut pas imposer un mode de vie dépouillé à une famille entière. L’immobilier comme tu le soulignes a plombé les finances de nombreux ménages et c’est pour moi un véritable scandale qui montre que l’état a abandonné sa mission de services publics en ne libérant pas du foncier pour construire suffisamment. A quoi sert le recensement que fait l’état sinon à anticiper les problèmes de transports, de services publics et de logement ? Mais quand on est logé dans un logement de fonction, on ne voit que de très loin les problèmes immobiliers des français.

    @Maria :

    Les gens rêvent de richesse alors que leurs rêves sont modestes. Combien de gagnants du loto disent qu’il voudrait faire un beau voyage. A t-on besoin d’être millionnaire pour se payer un voyage ? Ils feraient mieux de trouver des solutions pour économiser ou faire quelques heures sup et partir. Mais bon prendre un ticket de loto et rêver c’est facile ! Agir par contre c’est difficile.

    Je suis comme toi. Aucun de mes rêves n’exige des millions.

    @Tan :

    Je partage ton point de vue et j’estime que même quelqu’un qui gagne entre 2000 et 3000 euros en Ile de France n’est pas un privilégié surtout s’il a fait de longues études couteuses et sachant que la retraite pour lui est inatteignable car il a commencé à travailler à au moins 23 ans (si BAC+5). L’état n’a jamais voulu intégrer les années d’études après le BAC dans le calcul de la retraite comme le demandait la CFE-CGC (syndicat de cadre). Pourtant ce ne serait pas illogique.

    @philbich :

    Tu as bien compris qu’on faire dire ce que l’on veut aux statistiques en fonction de la manière dont on les présente. J’aime bien parler du salaire médian car comme la moitié des français gagnent moins de 1600 euros par mois, tu te dis que ceux qui vivent en Ile de France seuls n’ont pas un train de vie de ministre …

    @Bruno :

    C’est pour cela que je préfère le vocabulaire financièrement indépendant qui a l’avantage d’avoir une définition très claire. « Je veux devenir riche » ne veut rien dire alors que « Je veux disposer de 2000 euros par mois de revenus de mon capital » a un sens !

Leave a Comment

*

This site uses KeywordLuv. Enter YourName@YourKeywords in the Name field to take advantage.