≡ Menu

Réduire en priorité ses dépenses de logement et de tranport

S’attaquer aux grosses dépenses en premier est une règle de bon sens qui n’est pas toujours suivie, tout simplement car les grosses dépenses paraissent incompressibles ! En effet les deux premiers postes de dépenses des ménages en France sont le logement et le transport (lorsque l’on possède un ou plusieurs véhicules), qui représentent environ 40% des dépenses à eux seuls. Pourtant, la plupart des gens cherchent à réduire la facture sur la partie alimentation en achetant des produits de qualité douteuse (alors que notre santé en dépend) ou à gratter quelques centimes d’euros par ci par là alors qu’il n’hésite pas à s’acheter une belle voiture. Certes les petits ruisseaux font les grandes rivières, mais il ne sert à rien de supprimer son café quotidien alors que l’on possède deux voitures. De plus en ce qui me concerne, au quotidien, j’aime bien certains petits plaisirs simples qui ont un coût : un petit café dans un bel endroit, un restaurant pas cher mais de qualité, etc.

Sur les blogs ou les sites spécialisés dans la réduction des dépenses, on trouve des tas de bonnes astuces pour dépenser moins (et aussi certains conseils assez restrictifs), mais à vrai dire il faut toujours commencer par s’attaquer aux grosses dépenses en priorité, c’est-à-dire le logement et le transport. Étudions quelques possibilités d’amélioration concernant ces deux postes de dépenses.

Logement et voiture

  • Logement
    • Vivre dans un logement plus petit : vivre dans un logement plus petit est toujours possible avec un peu d’organisation. Si demain tout le monde disposait de 10% de surface en moins, les gens s’obligeraient à faire un peu le « ménage » et à optimiser la surface de leur logement.
    • Se mettre en colocation : c’est plutôt un phénomène anglo-saxon, mais la colocation rencontre de plus en plus de succès en France et ce n’est pas prêt de s’arrêter pour des raisons économiques. En colocation non seulement le loyer est moins cher, mais tout est mutualisé (équipements, électricité, internet/téléphone, …), c’est donc une source d’économie très importante.
    • Demander un HLM : le mot fait peur mais il existe de nombreux petits HLM agréables à vivre, bien tenus et aux loyers raisonnables. Par le 1% logement, il est possible de faire une demande de HLM via son employeur qui a des chances d’aboutir. De plus, il existe plusieurs catégories de HLM et même avec des revenus moyens, on peut y accéder.
    • Si l’on possède sa résidence principale, louer une chambre : à titre d’exemple, j’ai connu il y a quelques années, un monsieur d’un certain age qui face à une situation difficile a loué trois chambres de sa grande maison à des jeunes salariés.
    • Si l’on possède une maison, jardiner : dans les maisons de ville, les gens ont souvent de belles pelouses, des fleurs mais pas de jardin. C’est dommage car c’est une source d’économie importante sans compter le bénéfice santé et gout ! Ma mère possède un jardin et des arbres fruitiers qui fournissent pas mal de légumes.
  • Transport
    • Utiliser les transports en communs : c’est une solution certes qui ne marchent qu’en Ile de France et dans les grandes viles de France mais la majorité de la population y vit déjà. Pour les transports en communs, une carte zone 1-5 Navigo coute environ 1100 euros, sans comparaison avec le cout d’une voiture.
    • Prendre un logement près de son lieu de travail : ce n’est pas une solution toujours facile à appliquer en fonction de son travail mais c’est une source d’économie de temps, d’argent et de fatigue importante. Les familles devront avoir une stratégie plus élaborée tenant compte des lieux de travail des deux conjoints et des structures éducatives pour les enfants (crèches, écoles, lieux d’activités).
    • Ne pas posséder sa propre voiture : sans voiture la vie est moins compliqué, moins cher et il est toujours possible d’en louer une pour les vacances ou les week-ends. Car posséder une voiture à un cout même s’il reste au garage (dépréciation, assurances).
    • Envisager le télétravail : certaines professions s’y prêtent bien. La France est nettement en retard dans ce domaine mais il existe des possibilités surtout en tant qu’indépendant.

Le choix du logement est donc fondamental dans l’application de ces conseils car du choix du logement va dépendre la stratégie concernant les transports et en particulier la voiture. Il ne faut pas se leurrer posséder une voiture devient presque un luxe avec la hausse du prix de l’essence, des assurances et de la distance au travail qui ne fait qu’augmenter. Si j’avais eu une voiture, je pense qu’aujourd’hui j’aurais vraiment peu d’économies …

Réduire ses dépenses de logement et de transport s’inscrit dans une stratégie de vie globale. Il est envisageable de changer de travail pour aller dans un lieu ou ces coûts sont moins importants. Il vaut mieux d’ailleurs être au SMIC dans une ville de province qu’à Paris. Il y a quelques années, j’avais réfléchi à acheter ma résidence principale en province et à venir travailler sur Paris en louant ou en achetant une chambre. Si l’on est en indépendant, on peut déduire les frais d’hôtel de ses charges par exemple. Bref réfléchir à ces deux postes de dépenses que sont le logement et le transport, c’est véritablement engager une réflexion sur son mode de vie et sur des dépenses qu’on croit incompressibles, mais qui ne le sont pas tant que ça pour la plupart des gens. Il suffit de modifier ses choix de vie. Pour ma part je continue cette réflexion, ma situation personnelle étant en standbye le temps de mon divorce.

Il est difficile de rentrer plus en détail dans un tel article car la réflexion concernant la réduction des dépenses de logement et de transport est complexe. Elle doit prendre en compte de nombreux paramètres du ménage. L’important est avant tout la prise de conscience pour envisager des solutions alternatives. Et vous, avez vous déjà entamé cette réflexion et trouvé des solutions performantes ?

{ 11 comments… add one }
  • gunday 2 novembre 2011, 13 01 38 113811

    Y a des points qui s’opposent dans le sujet :
    un logement pas cher, quand on travaille sur paris, c’est peu probable.

    Alors on s’éloigne, et donc on deviens dépendant des transports.

    Autre point, il y a des avantages non négligeable à la voiture, en particulier si vous n’êtes pas dans une grande ville!
    Par exemple, faire les courses pour 1 mois, ou simplement pouvoir aller voir des amis le soir, et rentrer à 3h du mat (quand y a plus de transports). Par contre il y a moyen de réduire les couts (comme avec ma nouvelle voiture de 10 ans avec 50.000km pour 2.500€ tout compris)

    Concernant la taille du logement, je suis pas d’accord non plus , vous parlez de plaisir avec le café de temps en temps. Avoir un logement suffisament grand n’est il pas un plaisir non plus?
    (Pourtant après avoir vécu 7ans à 2 dans 9m², je vous garanti qu’avoir un logement de bonne taille est un plaisir permanent!)

  • Tommy 2 novembre 2011, 18 06 42 114211

    @gunday,

    je ne vois pas l’opposition: si vous faites le choix d’avoir un boulot a paris, alors il vous faut accepter que les loyers seront eleves. Par contre, il y a toujours moyen de reduire ces frais, avec les points que Gilles a evoque.

    Les frais de logement et de transport ont tendance a avoir une relation inverse: plus les frais de logement sont eleves, moins les frais de transports le sont et vice versa.

    Il coute certes moins cher d’habiter a la campagne que d’habiter a la ville, mais quand on prend en compte les frais d’achat d’une voiture, l’essence, les assurances, plus le temps perdu dans les transports, ce n’est pas toujours avantageux economiquement. Ce qui importe c’est de comprendre cette relation pour pouvoir exercer un choix rationnel du point de vue economique (apres il y a les points de vue social, culturel, ecologique etc mais mettons cela de cote pour le moment). Est-il plus interessant pour votre situation d’habiter a la ville ou a la campagne? A vous de faire le calcul.

    Concernant la taille du logement, il y a des limites je pense, et a 2 dans un appartement de 9m2, je pense qu’elles sont clairement franchies 🙂 Gilles parlait plutot de faire un petit sacrifice en renoncant a une piece de plus et n’a pas ecrit qu’il fallait vivre dans un placard 🙂

  • Cécile 2 novembre 2011, 19 07 47 114711

    Bien vu ! Le logement et les transports ce sont les deux postes les plus importants dans la plupart des budgets. Quand j’ai commencé à prendre mes finances en main, la première étape à été de réduire mon poste logement (je n’ai pas de voiture et je vais au travail en vélo, donc mon poste transport est presque nul). Pour ça je me suis mise en colocation.
    Finalement j’habite dans une maison, plutôt que seule dans un apart, et je paie moins cher qu’avant pour une qualité de vie meilleure.
    Par contre, je ne pense pas que ce soit possible dans toutes les situations : en région parisienne par exemple, tout est plus compliqué. Par ailleurs la coloc, ça va bien quand on est jeune, j’imagine que pour une mère célibataire avec deux enfants ça doit être plus compliqué…

  • Gilles from Objectifs Liberté 2 novembre 2011, 20 08 44 114411

    @Gunday :

    Je dis la même chose que toi en fait ! @Tommy a compris mon raisonnement et je ferais donc un commentaire un peu similaire au sien. Ce qui compte c’est la somme des dépenses logement + transport. Si je vis à Paris le logement est cher, mais je n’ai pas besoin de voiture donc le transport est bon marché. Si je suis dans une petite ville de province, le logement est bon marché mais le transport couteux car la voiture est indispensable. Tout cela se calcule, c’est la que je parlais de stratégie globale.

    Avoir un logement de taille adapté c’est agréable, un grand logement c’est plus discutable car il faut l’entretenir et le chauffer. 7 ans dans un 9m2 à 2, je te tire mon chapeau, cela montre que tu sais t’adapter. Bien sur c’est un cas extrême. Pour moi une bonne surface pour deux personnes c’est entre 40 et 50m2. Je ne vois pas l’intérêt d’avoir un appartement plus grand. Pour la maison, ce qui est intéressant c’est surtout le jardin.

    Mon propos se résume dans la phrase de Tommy sur le « petit sacrifice » de la pièce en plus. Si à deux je prends un 70m2 au lieu d’un 50m2, je dois mettre environ 350 euros de plus en location (sur la région parisienne). Pour moi ce n’est pas justifié, sauf si tu comptes avoir un enfant dans les années qui viennent. Ces 350 euros je peux les mettre ailleurs : économies, petits restaurants, voyages, loisirs et ils m’apporteront une satisfaction supérieure à ce supplément de surface.

  • gunday 2 novembre 2011, 21 09 47 114711

    Justement l’argument de l’enfant, je n’ai pas voulu l’aborder parce que tout le monde n’est pas en age d’en avoir.
    Mais dans le cas d’un achat, il est préférable de penser à la possibilité des enfants, plutôt que de devoir vendre et déménager ensuite.

    Ensuite avoir une pièce de plus permet également quelques économies : correctement aménagé, elle permet d’entreposer des courses, et donc d’y aller moins souvent, et de faire des achats en plus grosses quantités. Donc de payer moins cher à l’unité! (l’exemple idiot des pommes de terre, que j’achète par 25kg maintenant que j’ai de la place)

    Pour la voiture, même avec l’ancienne voiture où les frais était pas nulle, je pense que j’était toujours plus rentable d’avoir la voiture à l’année que de la louer 3 semaines par an. (assurance + frais d’entretien compris, et je faisait pas grand chose moi même en plus)

  • gunday 3 novembre 2011, 9 09 25 112511

    En fait je me suis peut être mal exprimé :
    c’est pas mal à la mode de s’attaquer au dépense de logement et de transports.
    Mais pour moi c’est pas vraiment là qu’il faut faire des économies.
    Pour les transports, oui dans certains cas : habitant en grande ville ou en très proche banlieue. Ou alors proche de son lieu de travail.

    Pour le logement, je pense qu’il faut faire la différenciation entre location et achat.
    Dans la location, il s’agit d’un cout brut qu’il convient de minimiser. Surtout sachant que dés que nos besoins change, il est relativement aisé de changer de logement.
    Dans le cas d’un achat, il faut au moins penser sur un minimum de 5 ans. Dans ce cas, prévoir un excédent de surface est loin de me paraitre déraisonnable

  • Gilles from Objectifs Liberté 4 novembre 2011, 8 08 00 110011

    @Gunday :

    Pour la résidence principale tout dépend en effet si tu la loues ou si tu l’achètes. Si tu l’achètes c’est un projet de vie donc il faut se projeter sur cet achat dans les 10 ans qui viennent (enfants à venir). Pour la location tu dois par contre adapter la taille de ton logement à ta situation actuelle.

    La mode n’est pas du tout à réduire ses dépenses sur le logement et le transport ! C’est de rogner sur l’alimentation et les voyages. Je vois ça partout autour de moi. S’attaquer à ces deux dépenses (logement, transport) que l’on juge incompressible car elles dépendent de nos choix de vie d’où le message de cet article qui incite à réfléchir globalement et modifier ses choix de vie.

    Après le divorce, je me verrais bien dans plusieurs cas de figure possibles :

    1) Colocation en ville (pour diminuer mes frais fixes).
    2) Propriétaire dans une grande ville de province avec des colocataires (pour payer mon prêt).
    3) Propriétaire en province (ville taille moyenne) et petite surface en location en Ile de France pour le boulot.

    Je cherche une alternative à l’immobilier cher, je refuse de passer 20 à 30 ans de ma vie (déjà bien entamé) à payer un logement à un prix délirant ! Et je prendrais les mesures pour. C’est d’autant plus important que le travail devient moins abondant et moins bien payé (en euros constants).

  • Vincent 4 novembre 2011, 15 03 36 113611

    Je suis d’accord avec toi Gilles concernant le logement et le transport. Ce sont en effet les deux plus grosses dépenses et il peut être utile de s’interroger sur les moyens de dépenser moins sur ces postes plutôt que d’aller à l’hyper en voiture à 20km pour économiser quelques euros sur ces courses.

    Moi qui est une famille, je ne m’imagine pas en colocation mais je comprends ton raisonnement et avec un peu d’imagination on peut faire des miracles !

  • FredericB 5 novembre 2011, 9 09 27 112711

    Personnellement, j’ai toujours véçu dans de grandes surfaces. J’avais pu négocier lorsque j’étais célibataire un 50m² que je louais seul. J’avais de la place, je pouvais respirer.
    J’ai travaillé (petits jobs) à la SONACOTRA, société qui loue des chambres meublées pour les travailleurs. Je puis assurer que <15m² c'est difficile à vivre (4 à 7m² pour certaines chambres honteux !). L'âge venant on a besoin d'air.

    Ce qui me gêne c'est que nos conditions de vie se dégradent de plus en plus. Pour ma part, vivre dans petit ne sera jamais un choix mais une contrainte forte. Il y a de la place pour tout le monde dans ce pays. Je ne dis pas qu'il faut vivre dans 200m² mais 100m² pour une famille me semble malgré tout raisonnable. Ce qui est le cas de quelques HLM d'ailleurs.

  • Delphine 17 novembre 2011, 10 10 59 115911

    Hello Gilles ,
    Je me reconnais assez dans ton article. J’ai fait le choix d’habiter tout prêt de mon travail (et à proximité des écoles et crèche pour mes enfants) donc je n’ai pas besoin de voiture.
    La surface de mon logement est modeste (70 m2 pour une famille de 5 personnes) mais amplement suffisante (mes 3 enfants dorment dans le même chambre et s’en satisfont).
    Je ne suis pas une maniaque du ménage mais je suis suffisament ordonnée (et pas dépensière compulsive :-)) pour ne pas accumuler et entasser d’objets inutiles…vivre dans une petite surface oblige à éviter l’encombrement 🙂

    Bonne journée.

  • nathalie 16 janvier 2012, 15 03 29 01291

    Bonjour à tous !

    Je travaille en télétravail pour ma société et c’est vrai que ce procédé à de nombreux avantages !
    Il permet de faire de nombreuses économie, mais pas que : pour commencer pas besoin de se lever à 7h !!! Je commence mon travail à 9h et me lève ainsi à 8h30. Cela fait quelques heures en plus de sommeil dans la semaine qui ne sont pas négligeables !!! Pas besoin d’affronter le froid et la pluie pendant l’hiver, pas de bouchons sur les routes, pas de mode boite de sardines dans les transports, je peux surveiller mon rôti où lancer une machine (à laver) tout en continuant à travailler etc etc…

    Mais un des gros inconvénients ce que l’on se désocialise complètement… Pour ma part, heureusement que j’ai un mari aimant qui comprend ma solitude et qui me propose tout le temps des sorties. Mais je pense que c’est à éviter lorsque l’on vit seul.

Leave a Comment

This site uses KeywordLuv. Enter YourName@YourKeywords in the Name field to take advantage.

*