≡ Menu

Récit d’un changement de vie (Entretien avec Angélique)

Ce samedi matin, rendez-vous est pris avec Angélique dans la rue Montorgueil. J’arrive un peu avant elle et et je rentre dans le premier café qui me semble sympathique, le café du Centre. C’est vraiment très curieux, le café me fait penser à un décor de cinéma et les gens aux tables à des acteurs car ils sont tous assez stylés (quartier branché oblige ?). J’y retournerais par curiosité dans ce café qui m’a fait une étrange impression. Angélique arrive (suite à mon coup de fil lui indiquant ma position !) et me cherche du regard, mais comme elle ne m’a jamais vu elle ne me repère pas tout de suite. C’est moi qui lui fait signe, car j’ai déjà vu sa photo sur son blog. On se prend un petit café et on fait connaissance.

Gilles : Peux-tu te présenter Angélique ? Age, profession, situation familiale, marque de ta voiture, je veux tout savoir mais tu n’es pas obligée de tout me dire !

Angélique : J’ai 35 ans, je suis coach de vie (enfin entre autres choses). Je suis en couple. J’habite Paris, donc pas de voiture. Voici pour la présentation formelle. En moins formel, ma vie quotidienne ressemble à ça : je reçois mes clients en séance, je mets en place des projets avec des collaborateurs (via internet principalement). J’écris un roman (ce sera mon 3ème). Je fais de longues pauses dans Paris (en balade, en terrasse de café ou en sorties culturelles). J’écris des articles pour mon blog, je rencontre des gens qui évoluent des sphères qui m’intéressent. Je bouquine énormément (actuellement sur des portraits de serial killer pour l’écriture d’un roman policier mais aussi sur l’argent, sur l’état d’esprit, sur le coaching, sur entrepreneuriat). Le choc ! Je viens de réaliser que je passais mes journées à écrire et à boire des cafés dans les bars.

L'inévitable rendez-vous avec Angélique

Gilles : Peux-tu me décrire ton parcours professionnel et la rupture qui t’a amenée à créer ton blog « L’inévitable rendez-vous » ? Au fait c’est quoi « L’inévitable rendez-vous » ?

Angélique : J’ai passé près de 10 ans en entreprise (comprenant quelques pauses nomades) dans lesquelles j’ai exercé la profession de directrice de communication. Mais un jour, le trop plein : de responsabilités, de dossiers à traiter, d’injonctions contradictoires, de recherche de perfection, d’envie de répondre à tout prix aux exigences. A tout prix car je suis tombée malade. J’ai fait une dépression. Une fois guérie, j’ai repris goût à la vie et je me suis demandé si je voulais vivre comme ça (salariée, insatisfaite, sous pression) toute ma vie. Je me suis dit que non, que je voulais être heureuse dans la vie. Sérieusement hein. Ca a été une découverte pour moi. C’était un mot lointain, un peu mystérieux. Et en fait, il a pris tout le devant de ma vie. Je me suis alors demandée ce que je voulais faire dans la vie pour être heureuse. Voyager ? Vivre dans la simplicité ? D’amour et d’eau fraiche ? C’était tentant mais ça ne me correspondait pas vraiment. C’est à ce moment-là que j’ai découvert… les projets de vie. Qu’est-ce que c’est que ça ? C’est faire le point sur ce que l’on aime, les rêves que l’on a, les choses que l’on sait faire et les qualités que l’on possède. On mélange tout ça et on obtient des projets de vie. C’est évidemment très simplifié. Mais c’est vraiment l’idée : définir les grands projets (professionnels, personnels, humains…) que l’on veut accomplir.

C’est là que j’ai créé mon blog « L’inévitable rendez-vous ». J’avais lu la semaine de 4 heures de Tim Ferris et j’ai découvert le blog d’Olivier Roland, des livres pour changer de vie. C’est ainsi que je suis entrée dans l’univers du blogging orienté « développement personnel ». C’est un monde qui me passionne. L’inévitable rendez-vous (L’IRDV pour les intimes) est le blog sur lequel je présente les outils (méthodes, livres, blogs…) qui me permettent de me réaliser professionnellement et personnellement. J’y parle de liberté financière et d’état d’esprit principalement. C’est aussi sur ce blog que je rends compte de ma transition d’allocataire de minima sociaux à celle d’entrepreneur riche.  Une transition que j’opère grâce à des outils et à des personnes. Et en ce moment, je teste les exercices du livre de Nathalie Cariou, ma mentor. Comme je fais partie des 1% de personnes qui lisent une méthode et qui l’appliquent, j’ai décidé de rendre compte sur L’IRDV des avancées que je fais grâce à ce livre. Mon objectif est d’offrir une vision différente de l’argent et de la façon de mener sa vie ainsi qu’un espace d’expression et de participation. D’ailleurs bientôt, je vais ouvrir une rubrique aux lecteurs afin qu’ils racontent leur inévitable rendez-vous.

Gilles : Sur ton blog tu parles pas mal de la liberté financière, peux tu nous en dire plus ? Quels sont tes rapports à l’argent ?

Angélique : Oui, je parle beaucoup de liberté financière et d’argent sur mon blog. C’est devenu un projet de vie depuis ce début d’année. Mes rapports à l’argent ont toujours été compliqués. J’alternais des phases de confort et d’inconfort financier. J’étais ce qu’on appelle un panier percé. Je ne faisais pas mes comptes, laissais les factures (et les rappels de facture) s’accumuler. Je croyais que c’était cela être libre. J’étais surtout conditionnée et dans la fuite. Je me suis retrouvée en situation financière déplorable au moment où j’étais malade. Une amie m’a concoctée un plan de survie. Une fois sortie de la panade, le pli étant pris, j’ai décidé de ne plus continuer à vivre dans le stress de l’argent. Ne plus le laisser fuir comme ça.

J’ai lu « Soignez vos problèmes d’argent » de Philippe Geffroy et le livre de Nathalie Cariou « Prenez la responsabilité de vos finances ». J’ai appris entre autre à faire mes comptes (non sans mal). Puis je suis allée à une conférence gratuite qu’organise Nathalie Cariou une fois par mois. Ca m’a inscrit dans la réalité. Et depuis, j’ai appris à aimer l’argent. Pas comme un but en soi mais comme un moyen de réaliser mes projets. Ca apaise, je peux te le dire. Le plus gros du travail que j’ai fait sur l’argent cette année, je l’ai fait sur mes croyances (familiales, sociétales). Ce n’était pas rien. Ca m’a beaucoup remué. Mais je sais que mon bien-être passe par là.

Gilles : Justement, tu parles aussi du bonheur sur ton blog, quelle en est ta définition ?

Angélique : Le bonheur a longtemps été pour moi comme un graal, l’état de grâce après lequel on doit courir toute sa vie. Et auquel on accède une fois que l’on a « compris ». Puis en fait, tout ça est absurde. Ce côté romantique, passionné et voué à l’échec commence à passer. J’ai connu le véritable bonheur à plusieurs reprises : lors d’un voyage au Pérou, sur le site Machu Picchu, par exemple. Je ressentais un bien-être absolu. Pas de pensées en tête, juste l’harmonie avec moi et avec ce qui m’entourait. Et à nouveau, cette sensation il y a 2 ans au Maroc, dans la montagne. Le simple fait d’être en vie suffisait à me donner le sourire. Et ça a duré un moment. Aujourd’hui, je suis persuadée que le bonheur est là, en nous. Que les croyances, les peurs, les « obligations » ne lui laissent pas la place. Un ami m’a fait connaître un poème du lama Guendune Rinpoché. Tout y est dit…

Gilles : Peux-tu nous présenter ton activité de coach ?

Angélique : J’accompagne mes clients et mes clientes dans le passage à l’action. Je les aide à passer du désir de faire au plaisir de faire, à trouver leurs ressources personnelles pour concrétiser des rêves, des projets qu’ils ont peur de mettre en place, qu’ils remettent au lendemain, parce qu’ils n’ont pas tout à fait compris que c’était eux qui comptaient et non ce qu’on attendait d’eux. En ayant ses propres projets, on s’approprie son histoire, ses valeurs. On apprécie mieux qui on est parce qu’on fait ce qui est bon pour soi.

Gilles : Si je comprends bien, tu es contre la procrastination ?

Angélique : Je ne suis pas contre la procrastination, bien au contraire. J’aime la procrastination. Celle qui aide à prendre du recul, à paresser, à prendre le temps de ne rien faire. Je l’aime aujourd’hui, parce que je sais ce que je veux et ce que je ne veux pas pour moi. J’ai des projets en cours et à long terme et la procrastination n’est plus une excuse pour ne pas faire, c’est un élément comme l’action ou la réflexion. Enfin, en tout cas, c’est ainsi que je le perçois.

Gilles : J’ai vu que tu avais un mentor (une en l’occurrence), est-ce nécessaire ?

Angélique : J’ai fait des pas de géant depuis que je la connais. Nathalie Cariou est un guide et une partenaire aussi. Pour répondre à ta question, oui, un mentor est nécessaire si l’envie est de croître humainement. Un mentor est la personne qui a déjà parcouru une partie du chemin que l’on veut parcourir. C’est une personne qui a franchi les étapes, les barrières qui se présentent à nous. Enfin c’est l’idée que je m’en fais. Nathalie m’inspire. Je n’ai pas le désir de suivre ses pas à proprement parler. Ce n’est pas l’idée. L’idée, c’est d’être en relation avec une personne qui a les valeurs que l’on souhaite développer ou que l’on a déjà en soi, une personne qui permet de s’élever, de croître. Je suis heureuse de la connaître et reconnaissante qu’elle m’ait acceptée comme mentorée. D’autres mentors m’inspirent que ce soit pour leur état d’esprit ou pour une énergie particulière : Théodore André Monod, Alexandra David-Néel, Donald Trump, Michael Ferrari, Christian Godefroy, Olivier Roland…

Gilles : Que penses-tu du phénomène du blogging autour de l’argent et du développement personnel car tu es toi-même une lectrice d’autres blogs je suppose ?

Angélique : J’aime ce phénomène et je remercie les bloggeurs de partager leurs connaissances. Ils m’ont apporté toute l’information dont j’avais besoin pour me lancer dans le blogging ainsi qu’une ouverture sur des façons de faire que je ne connaissais pas. J’ai eu un réel coup de foudre pour cet univers. Et j’ai justement intégré ce phénomène parce que c’en est un (en tout cas pour une certaine catégorie de population) : la recherche de sens, l’envie d’avoir une vie qui sorte des schémas traditionnels que connaissent une majorité de gens et un regard plus frais sur les choses. Ces blogueurs veulent s’extraire et s’approprier leur propre façon de faire tout en montrant aux autres qu’il est possible de le faire.

Gilles : Es-tu comme moi une adepte de la simplicité et comment l’appliques-tu dans ta vie quotidienne?

Angélique : Oui, je suis une adepte. Je le suis devenue par… obligation ! J’habite un petit logement. J’ai donc appris à avoir l’essentiel à portée de main. Et c’est un vrai luxe. Le fait de me retrouver dans ce logement m’a obligé à revoir mon rapport aux choses. A leur place dans ma vie. Je n’ai plus le goût de l’accumulation. Je pratique le désencombrement de mon bureau tous les jours. Je me débarrasse de ce que je n’utilise pas (magazine, vêtements…). Je tente de garder l’essentiel tout en respectant mes envies de posséder des choses. Assez logiquement, c’est au même moment que j’ai revu mon rapport à l’argent. Forcément, tout est lié. J’ai supprimé beaucoup de dépenses inutiles (par obligation au début aussi puisque j’étais endettée et que je voulais m’en sortir). Puis maintenant, c’est juste que j’achète ce dont j’ai besoin et ce qui me fait  vraiment plaisir. Mais on en reparlera quand j’aurai un logement plus grand.

Gilles : Quel est ton plus grand rêve ?

Angélique : Mon plus grand rêve est celui d’être libre financièrement. Je préfère parler de liberté que d’autonomie ou d’indépendance parce que je suis persuadée que l’on est dépendant les uns des autres et heureusement. La liberté est pour moi un sentiment plus vaste. Libre en étant dépendant des autres. Alors peut-être que mon plus grand rêve est celui de me sentir libre. Et je crois que je me sentirais libre quand j’aurais atteint certains de mes objectifs dont celui de l’indépendance financière. Je rêve aussi d’une maison en Provence. En fait, je rêve d’avoir la vie que j’ai actuellement mais avec des rentrées d’argent conséquentes pour pouvoir acheter une maison, avoir l’alimentation qui me convient, me former plus souvent et voyager plus et mieux.

Gilles : Quelles sont tes principales qualités ?

Angélique : Je suis déterminée et persévérante. Naturelle. A l’écoute et impliquée dans ce que je fais, dans mes relations avec les autres. Souriante à ce qu’on dit 😉 et souvent joyeuse. J’entre facilement en communication avec les autres. Méthodique aussi. Quoi d’autres ?

Gilles : L’indépendance financière fait-elle partie de tes objectifs à moyen terme ?

Angélique : Oh que oui, comme je te le dis plus haut, c’est un chemin que je construis pas à pas. Avec l’aide de ma mentor, de coachs (je fais appel à des consœurs et des confrères pour mes propres projets), grâce à la lecture de blogs (dont le tien et celui de Michael Ferrari Esprit riche), de livres indispensables : « Les secrets d’un esprit millionnaire » de T.Harv Eker, « Prenez la responsabilité de vos finances » de Nathalie Cariou… Pour réaliser mon objectif d’être libre financièrement, j’ai choisi de créer mes activités. L’activité de coach ne sera pas celle qui m’enrichira financièrement. C’est l’activité qui me permet d’être en lien direct avec les autres. Pour m’enrichir, je mise sur la création de produits de développement personnel que je vendrai ensuite sur internet. Cependant,  je suis ouverte à toutes les opportunités tant qu’elles rentrent en cohérence avec mes valeurs.

Gilles : Enfin, quels sont les conseils, fruits de ton expérience de vie, que tu pourrais donner à mes lecteurs concernant la simplicité et l’argent ?

Angélique : Des conseils, voyons… Concernant la simplicité, peut-être de ne pas attendre d’y être forcée pour intégrer un peu de légèreté dans son univers. S’alléger, c’est aller vers la simplicité. Pour s’alléger, comment fait-on ? Chacun sa méthode. La mienne est de me concentrer sur ce qui est important pour moi (sans nuire aux autres). Concernant l’argent : vive la thune, le flouze, l’argent ! Je connais les aigreurs voire la haine que ce mot peut provoquer. Je vous renvoie aux blogs cités ainsi qu’aux livres ci-dessus. Ils amènent une autre façon de penser qui fait vraiment du bien.

J’aimerais donner un conseil plus global si je peux me permettre : Il y a un sens à vivre. Un sens au réveil le matin. C’est celui de savoir qui on est et ce qu’on veut pour soi. C’est construire. S’impliquer. S’approprier sa vie. Ça fait image d’Epinal dit comme ça. Mais c’est vrai. Et pour s’approprier sa vie, je ne connais que chercher ses valeurs, creuser ses désirs et les réaliser. Encore un truc (j’aime bien les bonus dans les cd et dans les conseils aussi J très, très important et qui pourrait presque se suffire à lui-même. L’amour… (Là pour le coup, on n’est pas loin d’« Amour, gloire et beauté »). Il faut aimer. Ce qu’on fait, qui on est, et les gens qui nous sont proches. Et un peu les autres aussi.

{ 8 comments… add one }
  • Nathalie Cariou from clefsdelareussite.fr 11 novembre 2011, 16 04 41 114111

    Merci à Gilles pour cette très belle interview d’Angélique.

    Je confirme … elle est super et j’adore être sa mentor.
    Ce que j’aime le plus chez Angélique : son envie d’apprendre. Son courage pour regarder en face ses croyances limitantes (lucidité indispensable pour construire sa liberté financière) et pour faire le ménage dans celles qui ne lui conviennent plus.
    Sa capacité à voir grand. Son envie d’aller de l’avant tout en restant elle-même.

    Nathalie Cariou

  • Gwen 12 novembre 2011, 10 10 18 111811

    Étant salariée, je suis toujours admiratrice des personnes qui font le saut de passer à leurs propres activités. Cela me semble toujours relever d’un courage épatant : ne plus avoir peur, passer par des sacrifices certes mais toujours garder son propre objectif !
    Merci pour ces beaux exemples.

  • Sophie 12 novembre 2011, 18 06 45 114511

    Merci pour cette très bonne interview d’Angélique.
    Angélique que je connais bien puisque je suis une des personnes qui a eu la chance de la trouver sur le chemin – parfois difficile – du changement de vie, de cap, de façon de voir la vie et de voir les projets que je veux mettre en place.
    Je continue mon travail avec elle et j’en apprend encore et encore !
    Souriante et souvent joyeuse, ça c’est vrai 🙂

  • Alexis 15 novembre 2011, 10 10 04 110411

    En quoi Donald Trump est un exemple ? (à part le fait qu’il soit millardaire !)

  • Angélique 15 novembre 2011, 15 03 37 113711

    Merci Alexis pour ton commentaire

    De ce que j’ai lu sur lui et de lui, Donald Trump semble être sans complexe, ne pas s’alourdir des critiques négatives ni des événements difficiles qu’il a rencontrés. J’aime bien l’idée qu’il renvoie : que l’on décide pour soi de ce qu’on a envie et des moyens pour y parvenir.
    D’une certaine façon, il représente la liberté à mes yeux.
    Comme Théodore André Monod ou Alexandra David-Néel dans un autre genre :-). Des personnes qui vivent selon ce qu’elles ont décidé pour elles. Dont la vie et le rêve semblent être la même chose.

  • Angélique 15 novembre 2011, 16 04 07 110711

    Merci Gwen !

    Le courage… que dire ? En fait, j’ai franchi ce pas parce qu’il m’était devenu impossible de faire autrement. Quant à la peur, elle est toujours présente. Aller vers ce qu’on aime inclut aussi des doutes, des craintes, des remises en question. Mais je dois t’avouer que je préfère 1000 fois mes peurs liées à ce que je fais aujourd’hui que celles liées aux enjeux que je rencontrais en tant que salariée.

  • Cécile 17 novembre 2011, 11 11 15 111511

    Je confirme que c’est beaucoup plus facile de vivre avec des peurs liées à l’action plutôt qu’à la passivité ou à la frustration ! C’est ce que m’a appris d’essentiel le travail que j’ai fait avec Angélique. Elle m’a offert écoute, bienveillance et lucidité, ce qui m’a permis de voir quelles actions positives je mettais en place, petit à petit, sur la base de choses simples mais réelles. Et je confirme, tout ça dans la joie et la simplicité !

  • Cyrille 21 novembre 2011, 20 08 47 114711

    Merci à Angélique de partager son chemin par cet article et par son blog, à la fois pragmatique, drôle et inspirant. J’y prends des leçons de simplicité, de la distance par rapport à mon quotidien et faut avouer que ça fait du bien!!!!!!

Leave a Comment

This site uses KeywordLuv. Enter YourName@YourKeywords in the Name field to take advantage.

*