≡ Menu

Ou placer son argent en 2013 ?

L’année 2012 se termine et certains redoutent le 21 Décembre qui arrive. Si cette date est un gros canular, les années qui viennent vont s’avérer surement très difficiles pour bien des français, car ne nous y trompons pas, les ménages s’appauvrissent. Mes prévisions pour l’année 2012 se sont avérés plutôt justes et je vais donc à nouveau vous donner mon sentiment pour l’année 2013.

La réélection de Barack Obama ne changera rien car il est dans la lignée des derniers présidents américains qui utilisent la puissance militaire pour asseoir leur puissance économique. Ma plus grande surprise vient de Français Hollande qui une fois élu est prêt à aller faire la guerre en Syrie (pour aider le peuple, quel bel humaniste). D’ailleurs si toute la région s’enflamme (c’est presque le cas), le prix du pétrole va monter en flèche avec les conséquences économiques associées.

Comme je le pensais, la Grèce sombre et la crise s’est étendue à l’Espagne avec des taux de chômage jamais vu. Quel pays sera le prochain sur la liste ? L’Espagne fut d’ailleurs souvent montré par certains hommes politiques français comme un modèle à suivre il y a de ça quelques années, c’est dire la grande clairvoyance de nos hommes politiques. Mais revenons a la France, dont nos hommes politiques nous vantent la solidité.

L’état français très endetté a supprimé presque toutes les niches fiscales en 2012. La CSG est à 15,5% (énorme) et montera sans doute encore cette année car il faut bien aller prendre l’argent dans la poche des français pendant que l’on sauve les banques à coup de milliards qui ne profitent en rien à l’économie réelle. C’est scandaleux et ceux qui comprennent l’économie et la loi de 1973 savent que les politiques voyous nous ont menti depuis 40 ans et nous font supporter le poids d’une dette que nous n’aurions jamais du payer. Mais comme disait mon grand-père « Le peuple est con », en tout cas il préfère regarder des idiots à la télé réalité plutôt que de s’informer. On a donc des français pour la plupart incultes en économie qui disent amen quand les politiques détruisent les systèmes sociaux (pour les donner au privé un jour – à des potes quoi).

2013 sera selon moi un vrai tournant dans la crise avec une hausse sans précédent du chômage dans tous les pays d’Europe et je pense que la contestation gagnera en intensité devant les injustices sociales. En 2013, il faut fuir comme de la peste la monnaie papier et les dettes des pays du bloc Europe et US. La BCE a baissé ses taux à 0,75%, mais en voyez vous l’impact dans votre vie courante : prix de l’immobilier, de l’alimentation, du chauffage … L’inflation (la vraie, pas celle officielle) est déjà reparti depuis longtemps ! Nous sommes pris en tenaille avec des revenus qui stagnent et une inflation réelle qui augmente.

Le chômage est en hausse constante depuis 2 ans et le travail se fait plus rare, donc on attendra un peu avant de changer de travail ou on prendra quelques garanties. Je le note dans mon secteur, l’informatique, où l’emploi diminue.

Comme prévu les « vieux » ont été taxé puisque désormais ils paient un peu plus d’impôts sur leur retraite. En même temps ils ont tout eu : l’amour sans capote, la retraite à taux plein, le plein emploi et l’immobilier pas cher. Mais bon le plus dur c’est pour les jeunes qui n’ont pas de travail et peu d’espoir. Car le désespoir a toujours été la source de révolutions ou de prise de pouvoir pas toujours démocratique.

Mon scénario pour l’année 2013 est bien plus pessimiste (réaliste en fait) : c’est toujours une récession majeure sur fond d’inflation sur les produits de base.

Année 2013

A partir de ce scénario économique plutôt noir, je vous propose une allocation d’actifs. Pour ma part cette répartition ne correspond pas à ma situation actuelle, car j’ai déjà des actifs engagés que je suis obligé de répartir en fonction de la fiscalité et de la disponibilité de ceux-ci mais cette allocation est pour moi un guide. De plus quelles que soient ses économies, de 10000 euros (il y a quand même un montant minimum à avoir quand on veut répartir) à 1 millions d’euros il est possible de suivre cette répartition.

  • Liquidités (20%) : Ces sommes destinées à la fois à l’épargne de précaution et à l’investissement en cas d’opportunités peuvent être avantageusement placées dans un Livret A (2,25% annuel de rendement, plafond de versement 19125 euros) et/ou un LDD – Livret de Développement Durable (2,25% annuel de rendement, plafond de versement 12000 euros). Très clairement dans un environnement totalement mouvant, les liquidités passent de 10 à 20% par rapport à 2011. Donc pour ceux ayant un gros capital, utilisez un livret B. Le relèvement en 2012 des plafonds des livrets réglementés est une bonne chose pour l’épargnant qui possède quelques liquidités.
  • Or/Argent (20%) : L’or et l’argent sont des placements de protection contre une dévaluation monétaire. Il sont fait pour vous protéger de l’inflation du à la planche à billet qui tourne trop vite en Europe et aux États-Unis. L’or a monté en 2012; il montera sans doute encore en 2013. Quoi qu’il arrive dans un contexte totalement flou, il est l’investissement de protection idéal. Vous devez acheter en bourse des titres qui ont une contrepartie physique en banque et non calé sur des contrats à terme (du papier) , voir directement de l’or (pièces par exemple). L’argent est moins connu mais on peut également en prendre.
  • Actions (30%) : Comment alors que le CAC tourne autour des 3500 points fin 2012 (Début Décembre) ne pas conserver de beaux titres en portefeuilles ! Certaines belles sociétés s’en sortiront mieux que d’autres et en tout cas mieux que nos états largement endettés. Pour le long terme (10 ans) je conserve des convictions fortes sur certains pays (Chine, Inde) et certaines valeurs (Air Liquide, Bouygues, GDF Suez, Rallye, Saint Gobain, …). A noter que de belles valeurs du CAC servent de gros dividendes aux cours actuelles (supérieur à 5%). Il est donc important de toujours les détenir et de continuer à acheter (Stratégie « Buy and hold ») dans les creux ou en investissements programmés. Les deux supports supportant une fiscalité acceptable (pour l’instant …) sont l’assurance vie et le PEA. Pour la sécurité si vous n’êtes pas un boursicoteur, vous pouvez jouer soit un indice européen, soit le CAC40 en investissement programmé ou encore vous constituez un portefeuille de fortes capitalisations à gros rendement. La part actions en 2013 est resté stable 30% car les risques qui pèsent sur marché boursier augmente et il sera toujours temps d’y remettre des liquidités en cas de baisse autour de 2500 points sur le CAC.
  • Fonds euros (0%) : La crise de la dette en Europe rend les fonds euros bien risqués. L’assurance vie qui était un placement de père de famille l’est-il encore ? Je n’en suis plus sur du tout et donc je diminue de 10 à 0% cet actif qui compte tenu de la crise majeure qui secoue l’Europe présente un risque important (obligations des pays européens dont la solvabilité n’est pas certaine). De plus nous commençons à avoir certains alertes concernant l’allongement de la durée nécessaire pour retirer ses fonds sans être surtaxés.
  • SCPI (20%) : L’immobilier doit toujours avoir sa place dans une bonne allocation d’actifs. Les SCPI reste encore un placement intéressant mais les taux d’occupation sont en légère baisse. Le prix des parts a monté car la pierre est vue comme une valeur refuge à l’heure où l’épargne dans nos banques ou les actions en bourse semblent très risqués pour certains. Il faut toutefois être vigilant dans les choix des SCPI et bien lire les rapports trimestriels (taux d’occupation, loyers). Rappelons que les SCPI ont pour locataires des sociétés et si le secteur économique est fortement touché, les sociétés le seront aussi et les SCPI également … Cette année, l’ensemble des SCPI se sont plutôt pas mal comporté même si on note une baisse du taux d’occupation financier (vacances et renégociation des loyers à la baisse). Vous pouvez bien sur posséder de l’immobilier d’habitation en direct mais cela demande plus de moyens financiers que les SCPI et c’est un investissement moins automatique.
  • Résidence principale (10%) : je pense que le temps est venu de regarder du coté des prix qui vont baisser énormément en 2013 malgré les dénégations de ceux qui les entretiennent. Les avantages fiscaux ont disparu (tant mieux car je n’aime pas payer des impôts inutiles pour les riches). 10% représente l’apport possible qu’il est possible de mettre dans cet achat, le reste étant prix à crédit avec des taux en ce moment très bas. Je commence à penser très fort à une petite surface en grande province ou en lointaine banlieue.

Voici donc ma répartition d’actifs pour l’année qui vient, ce qui donne une idée d’où placer son argent en 2013. Vous pouvez élaborer votre propre scénario et tout comme moi en déduire votre propre allocation d’actifs, l’important étant avant tout de réfléchir à la question. N’hésitez pas à me donner votre sentiment pour cette année 2013, je serais heureux d’avoir votre avis.

{ 14 comments… add one }
  • philbich 12 décembre 2012, 10 10 54 125412

    Bonjour Gilles 🙂

    Tu as une bonne vision des choses j’aurais pas mieux dit ! juste que pour ma part je baisserai la part Action à 20% – il y a des risques de baisse (sauf à voir les cours trafiqués) – et créerai une catégorie cash de 10% pour couvrir le risque de bank-run ; la partie liquidités 20% servant de support pour remonter la part Action à moindre coût en cas de chute des cours.
    Pour le reste de la répartition pas de commentaire supplémentaire à ce que tu as déjà fort bien énoncé.
    Bonne continuation 🙂

  • Martin from Blog Chine 12 décembre 2012, 12 12 01 120112

    la CSG est si élevée que cela?

    Pour ton second message, les gens voient à court terme. Si un politicien propose une réforme qui fait perdre 1 000€ aujourd’hui mais gagner 10 000€ dans 10 ans, s’il la propose, il ne sera pas réélu et tout le bénéfice ira à son successeur… D’ou des politiques tres courttermistes et démagos…

    Je pense qu’avoir son épargne en dollars de Hong-Kong est pas mal. La monnaie est reliée au dollar, tout comme le yuan, ce qui fait que le HKD a une parité fixe vis a vis de ces deux monnaies. En outre HK est independant jusqu’en 2047, a une économie ultralibérale, n’est pas considérée comme paradis fiscal par l’administration francaise et mieux encore l’état de HK n’est presque pas endetté…

    Une autre solution: aller dans les pays émergents. Ma copine gagne environ 1 200 euros par mois en Chine et elle a trouvé ses 2 jobs (bureau + prof d’anglais) en quelques jours… Et le coût de la vie est plus bas qu’en France… Le centre de gravité mondial change: beaucoup d’Espagnols et de Portugais fuient au Brésil, et la Turquie devient désormais plus riche que la Grèce… Mais on est dans un Titanic où il n’y a pas assez de canots de sauvetage: seuls les plus rapides s’en sortirons…

    Enfin, tu peux parler d’investir de l’argent dans les start up innovantes ou dans sa propre société. Développer ses actifs est aussi une manière de se prémunir au moins partiellement de l’effondrement généralisé qui aura sans doute lieu, crise financiere ou écologique oblige…

  • FredericB 13 décembre 2012, 18 06 14 121412

    Pour moi, c’est cuit. J’avoue sans état d’âme à le dire.
    Plusieurs facteurs : la fin de l’énergie bon marché, l’épuisement des ressources, la fin d’un modèle de société, etc. Oserais-je le dire : la mise en place en Occident d’une Ineptocratie, où comment des incompétents (politiques, industriel, intellectuels, etc) sont en train de détruire les fondements de nos racines, de notre culture et de nos valeurs.

    @Martin.
    La solution n’est pas individuelle (en gros penser qu’on pourra bâtir quoi que ce soit seul). Pour ma part, je cherche plutôt à construire des structures locales avec des gens que je rencontre. Lorsque toute l’économie est mondialisée, aucun pays ne sera épargné. Simplement pour une chose les matières premières : lorsque les rendements agricoles vont s’effondrer (-30, -50 %) des régions entières vont crever de faim. La Chine ne sera pas auto suffisante (elle l’est juste actuellement avec des engrais, pesticides, etc). Rappelons nous les famines chinoises du XXe siècle. Et j’ajoute nombre de pays exportateurs de céréales n’exporteront plus à la Chine ou à quiconque.
    L’argent papier risque d’être inutile. Il faudra survivre. Je ne suis pas sûr que HK soit la destination de rêve. Je pense que l’avenir reviendra aux pays qui ont une agriculture et le savoir faire qui va avec. Ainsi je ne vois pas l’Inde avec les mêmes problèmes que la Chine : pour faire court, l’Inde c’est 800 M de pauvres et une agriculture relativement raisonnée.

    @tous
    Mais positivons… notre pays a des atouts formidables : climatiques, géostratégiques et agricoles. En effet, un climat unique au monde très très tempéré, une densité faible comparée à la surface agricole disponible (100 hab/km², 250 en Allemagne, 400 en Angleterre), pas ou peu de désert ou de zones inhabitables (comparé à la Chine, les USA, l’Australie, l’Afrique, l’Amérique du Sud. N’oublions pas que ce pays agricole contient nombre de village qui demande qu’à être réhabités. le nombre de communes en France est extrêmement élevé comparé aux autres pays européens.
    Je suis convaincu que notre pays survivra grâce à son terroir, son savoir ancestral (souvent décrié d’ailleurs), et sa faible densité.
    Il suffit de regarder l’histoire et de voire que la population était contrainte par les ressources disponibles, les progrès des techniques d’agricultures, et du climat. Grosso modo la population française n’a que fort peu progressé en 200 ans comparés aux autres. Notre pays n’aura pas de difficultés majeure à nourrir sa population (avec une adaptation douloureuse). L’Egypte, ce sera impossible…

  • Martin from Blog Chine 13 décembre 2012, 19 07 37 123712

    L’Inde aussi avait ses famines, mais je te rejoins sur ce point. On vit dans un ecosysteme financier qui s’il s’effondre nous touchera tous. Mais l’exemple de la Grece montre qu’il ne faut rien d’attendre du sommet, c’est la base (mouvements citoyens, entrepreneurs…) qui pourront faire la différence.

    A chacun de prendre conscience (ou pas) de ce fait pour en tirer ses conclusions 😉

  • FredericB 14 décembre 2012, 18 06 01 120112

    @martin
    La Grèce est un bon laboratoire du futur que nous promettent les banquiers : coupes drastiques dans les dépenses publiques, santé au rabais (plus de médicament contre le cancer par ex…), acquis sociaux revus à la baisse, salaires diminuant de 30 %.
    La base ne réagit pas ou alors dans les urnes : Aube dorée parti néonazi a cartonné. Si l’on regarde les faits historiques ce n’est jamais le peuple qui décide de prendre les armes mais une élite (bourgeoise pour la révolution française). Je suis convaincu que les élites ne sont pas du tout bienveillantes à notre égard.
    Une fois qu’on a compris cela, on acquiert une forme de liberté (de pensée) : ne rien attendre du « sommet » et agir en conséquence.

  • Sovanna Sek from GenY Finances 14 décembre 2012, 22 10 39 123912

    Bonsoir,

    Coté macroéconomique, je ne pense pas que la crise est derrière nous. Un article d’Economie Matin nous montre que les citoyens français sont très réaliste sur la situation économique de notre cher pays.
    Voir le lien : http://www.economiematin.fr/les-experts/item/2847-crise-zone-euro-france
    Pour ma part, je suis d’accord car la France a tous les atouts pour devenir la nouvelle Espagne. Des points communs subsistent : chômage des jeunes, secteur privé en berne, bulle immobilière sur le point d’éclater dans les prochaines années. Mais ce qui nous sauve à l’heure actuelle, c’est l’épargne importante des Français qui peut compenser une grosse partie de la dette publique.

    Coté investissement financier, fuyez les obligations souveraines des pays matures (Europe, USA et Japon) au profit des pays émergents. En effet, ses derniers sont peu endettés.
    Pour les actions, je sélectionnerai celles qui répondent aux thématiques d’avenir des prochaines décennies tels que le réchauffement climatique, le vieillissement de la population, l’émergence d’une classe moyenne dans les pays émergents ou encore la croissance démographique.
    Enfin, je reste méfiant sur le marché immobilier résidentiel (pour devenir propriétaire) en raison de la bulle. Par contre, je suis favorable pour les SCPI et les parkings car l’inflation sortira tôt ou tard du tube de dentifrice à cause des politiques monétaires non conventionnels.

    Cordialement.

  • fabrice from blog voyageur 17 décembre 2012, 1 01 51 125112

    Bien d’accord avec la première partie, le peuple est con. Il y a des choses qui changent pas ou très peu au cours des siècles…

    Pas d’immo comme investissement donc pour toi?

  • Julien from acheter un box garage 17 décembre 2012, 16 04 18 121812

    Bonjour Gilles,

    le tableau est bien noir et l’horizon n’est pas dégagé.

    Penses-tu vraiment que les peuples vont se rebeller face à leur gouvernement qui ne sait pas gérer un budget ?

    Julien

  • Vincent 19 décembre 2012, 1 01 30 123012

    Bonsoir,

    oui, le tableau semble bien noir, et d’après LEAP, l’année qui vient risque d’être « agitée » (mouvements protestataires forts, …)

    Par contre, il n’y a pas eu que du négatif pour l’année 2012. La preuve en est le changement de ton dans les média anglo-saxon, qui sont passés du « Haro sur l’euro » à « M… ça résiste ». Il y a encore quelques soubressauts sur ce thème, mais ce qui est important, c’est que les US peuvent maintenant difficilement rejeter leur responsabilités sur d’autres régions du monde, et sur l’UE en particulier. Toujours d’après LEAP, on assiste à une régionalisation des pouvoirs économiques (et militaires) : Asie, UE, Afrique, Amérique du Sud … Et si les politiques ne s’emmèlent pas trop les pinceaux, l’UE et les pays qui la composent devraient être « attractifs », car relativement « stables ». Et la stabilité risque d’être une denrée rare dans les années qui viennent. Mais pas d’amélioration avant longtemps … Par contre, à long terme, l’UE ne devrait plus qu’être un marché marginal dans l’économie mondiale face aux nouveaux géants.

    Quel impact sur nous au quotidien pour les années qui viennent ? Comme le souligne FredericB, on a vraiment l’impression d’être complétement impuissant, et placer sa confiance dans des politiciens semblent complétèment abhérant, vu la puissance des lobbies de tout poil (sachant que ceux sont les lobbyistes qui « aident » à rédiger les lois, ça laisse rêveur …).

    Alors on va faire comme Martin, Sovanna et GilleS, on sert les dents et on laisse passer la tempête . La répartition des investissements proposée par GilleS semble vraiment appropriée, et comme Martin le souligne, pourquoi ne pas aller voir ailleurs si on y est, ou au moins essayer de diversifier ses actifs au maximun. Et se préparer au pire. Peut être aura-t-on une bonne surprise au final, qui sait ?

    Vincent

  • Christophe 20 décembre 2012, 16 04 26 122612

    Nous voyons le matraquage d’impôts et de taxes pour cette année à la recherche de 30 milliards d’euros (seulement).
    30 = 10 milliards sur les ménages + 10 milliards sur les entreprises + 10 milliards sur les économies de l’état (en réalité, baisse des prestations en tout genre et pas du train de vie).
    Qu’en sera-t-il l’année prochaine ou les économismes se demandent comment le gouvernement fera pour trouver entre 60 et 70 milliards d’euros supplémentaires pour ficeler le budget.

  • Tom from Dépenser moins 4 janvier 2013, 23 11 03 01031

    Le ton de ce billet est sympathique et rappelle comment il ne faut pas faire confiance au système. Les gauchistes qui ont voté Hollande vont bientôt se mordre les doigts de voir que Hollande ou Sarkozy, c’est bonnet blanc… Mais passons.

    Il y a une chose qui me chagrine dans ta répartition : comment peut on à la fois prôner 20% de SCPI, et de l’achat de résidence principale « parce que ça va baisser ». Si l’immobilier résidentiel chute, il y aura probablement contagion sur l’immobilier de bureau ?

    Personnellement je pense que tant que les taux d’intérêts sont maintenus artificiellement bas, les prix immobiliers vont stagner (donc baisser lentement en euros constants). Il est donc important d’avoir un remboursement de prêt de mensualité inférieure au loyer pour la même surface. Cela permet que l’investissement soit très vite rentable (cash flow meilleur que sur une location).

    De toute façon ça va finir par péter. 1914, 1814, 1715, etc… chaque siècle c’est la même chose.

  • Etienne (Developpement Physique) 5 janvier 2013, 14 02 53 01531

    Bonjour à tous,

    Un autre secteur ou nous devrions certainement investir n’est autre que notre santé physique et mentale pour nous aider à traverser la crise et pour également ne pas avoir à se saigner pour des dépenses médicales 🙂
    Un peu sévère avec les fonds en euros. Je pars du principe que si les fonds en euros venaient à faire défaut, c’est tout le système qui tomberai vu la proportion d’épargne que les Fraçais détienne de ce côté là. J’ai du mal a y croire.

    Sportivement,

    Etienne

  • David Latapie 20 février 2013, 11 11 42 02422

    Bonjour à Gilles comme aux commentateurs,

    Voici mon allocation d’actifs (je ne connaissais pas votre blog à ce moment-là). 20 % de mon salaire en épargne.

    1. 80 % en PEE (mon calcul me donne 28 % d’intérêt par l’abondement, le 80 % étant calculé pour que j’obtienne exactement le maximum d’abondement)
    2. 10 % en argent-métal (sous forme de 50 francs Hercule, moins chères que le lingot et avec une meilleure fiscalité puisque c’est du démonétisé alors que le lingot est du bien industriel), l’argent étant terriblement sous-évalué et ayant une meilleure valeur à long-terme que l’or, puisqu’il est à la fois quasi-irrécupérable, très demandé dans demandé dans l’industrie et irremplaçable — http://david.latapie.name/blog/argent-metal-pourquoi-et-comment-investir/
    3. 10 % dans un LEP (ben oui, je ne suis vraiment pas riche)

    Qu’en pensez-vous, webmestre comme commentateurs ?

    C’est lié à une situation bien particulière : j’ai accès à un PEE et j’ai un faible salaire. Si je ne devais plus avoir accès à un PEE ou que mon salaire devait augmenter, alors je pourrais m’orienter davantage vers votre proposition.

    A vous lire,

  • Bourdoiseau 2 juin 2013, 15 03 03 06036

    Moi je pense qu’en 2013 si la loi Franklin Roosvelt de 1933 le Glass-Streagall n’est pas remise en marche pour l’Europe et les Etats-unis c’est un grand kao et une plus grosse crise qui arrive!
    Pour moi il n’y aurait plus que les habitations et les terres à exploiter de valables en placement car il arrivera que cela manquera pour notre alimentation! La culture,l’élevage,le jardinage,deviendront une richesse où un partage si on ne veut plus parler d’argent : http://www.ladesargence.org la tout la Monde s’y met si les Banques et les états ne veulent rien faire de positif!

Leave a Comment

This site uses KeywordLuv. Enter YourName@YourKeywords in the Name field to take advantage.

*

Next post:

Previous post: