≡ Menu

Ou placer son argent en 2011 ?

L’année 2011 sera sans doute une année agitée économiquement (donc boursièrement). Elle l’a déjà été de manière fiscale avec des mesures très poussées pour aller à la chasse aux sous chez les épargnants mais aussi chez les salariés. Comment placer son argent en fonction d’une situation économique donnée et du scénario que l’on envisage, est un exercice fort instructif car la majorité des épargnants ne font aucun scénario et regarde uniquement les rendements à l’instant t.

Comprendre l’économie peut vous aider à préserver votre capital, qui je vous le rappelle est le gage de votre indépendance financière (partielle ou total). De plus, cela s’avère un bon calcul pour celui qui cherche du travail ou décide de quitter le sien. Si vous anticipez un marasme économique  ce n’est peut-être pas le moment de démissionner de votre poste la fleur au fusil. Si vous souhaitez tenter une nouvelle aventure, il peut être judicieux de choisir un secteur d’avenir. Bref la compréhension économique de votre environnement peut vous aider dans la vie de tous les jours autant que pour réaliser vos placements.

Placer son argent répond avant tout à un souci de protection de votre capital car l’inflation le détruit si vous ne faites rien, puisque vous n’êtes pas à l’abri de contracter un jour un crédit. Mais revenons sur cette fameuse année 2011 qui nous intéresse. Si vous avez l’habitude de lire ce blog, vous constaterez que j’ai une prédilection pour la facilité de gestion des placements ce qui exclut l’immobilier physique résidentiel, mais cela n’est pas bien grave car vu les prix c’est un mauvais placement sauf exception.

Mon scénario pour l’année 2011 est plutôt pessimiste : c’est un récession moyenne sur fond d’inflation des matières premières dont malheureusement aussi des matières agricoles. On risque d’assister à de nombreuses émeutes de la faim comme en 2008 avec une augmentation à deux chiffres du pétrole vu la situation explosive au moyen-orient. Les états-unis sont dans une situation peu enviable et certains économistes indiquent que les chiffres réels du chômage seraient autour de 20%. En effet, les chômeurs pris en compte par les gouvernements sont les demandeurs d’emploi régulièrement inscrits donc c’est toujours très sous-évalué. Ne parlons même pas de la planche à billet qui tourne à toute vitesse aux USA et qui risque à terme d’entrainer la chute du dollar, sauf si l’Europe se met à faire pareil pour sauver les états européens les plus à risque.

Année 2011

A partir de ce scénario économique, je vous propose une allocation d’actifs dont tout un chacun en fonction des frais et de la somme qu’il possède en fera le meilleur usage. Pour ma part cette répartition est idéale mais elle ne correspond pas à ma situation actuelle car j’ai déjà des actifs que je suis obligé de redistribuer intelligemment en fonction de la fiscalité et de la disponibilité de ceux-ci mais cette allocation est pour moi un objectif (toutefois partiel) :

  • Liquidités (10%) : Ces sommes destinées à la fois à l’épargne de précaution et à l’investissement en cas d’opportunités peuvent être avantageusement placées dans un Livret A (2% annuel de rendement, plafond de versement 15300 euros) et/ou un LDD – Livret de Développement Durable (2% annuel de rendement, plafond de versement 600 euros). Pour un épargnant moyen ces deux livrets défiscalisés devraient largement suffire.
  • Or/Argent (10%) : L’or et l’argent sont des placements de protection contre une dévaluation monétaire. Il sont fait pour vous protéger de l’inflation du à la planche à billet qui tourne trop vite. Vous me direz que ce sont des placements quasiment de papy en temps de guerre avec le lingot sous le lit. Le problème c’est qu’avoir un lingot sous son lit c’est dangereux et stressant, sans compter le prix si vous avez un petit capital (vous pouvez toujours acheter un Napoléon !). Vous pouvez acheter en bourse des titres qui ont une contrepartie physique en banque et non calé sur des contrats à terme (du papier)  comme le GBS (Gold Bullion Sec) de code ISIN GB00B00FHZ82.
  • Actions (40%) : Les sociétés (certaines) s’en sortiront mieux que d’autres et en tout cas mieux que nos états. Pour le long terme (10 ans) je me suis forgé des convictions fortes sur certains pays (Chine, Inde), certains fonds (Agressor) et certaines valeurs (Air Liquide, Altamir, Rallye) que j’estime d’avenir quelque soit l’environnement économique. Il est donc important de toujours les détenir et de continuer à acheter (« Buy and hold ») dans les creux ou en investissements programmés. Les deux supports supportant une fiscalité acceptable sont l’assurance vie et le PEA. L’assurance vie à l’avantage d’avoir une liste de fonds que l’on peut arbitrer et sur lesquels il est possible de faire des versements programmés sans frais (enfin sur certaines assurances vie). Pour la sécurité vous pouvez jouer un indice européen ou le CAC40 en investissement programmé ou vous constituez un portefeuille de fortes capitalisations à gros rendement.
  • Fonds euros (20%) : Aujourd’hui obtenir 3,5% (brut) sans risque ce n’est pas si mal. De plus le contexte rassurant de l’assurance vie est intéressant pour l’épargnant. Il est possible en cas de forte baisse des marchés actions d’arbitrer une partie du fonds euros vers des fonds plus dynamiques. Je préconise donc d’utiliser le fond euro comme une réserve de liquidités en cas de baisse des marchés. D’une certaine manière je suis pour 30% de liquidités, ce qui vous donne la mesure de mon pessimisme et de mes interrogations sur 2011.
  • SCPI (20%) : L’immobilier est obligatoire dans une bonne allocation d’actifs mais pour répondre à la facilité de gestion je prends des parts de SCPI de préférence à crédit pour constituer mon capital. J’évite les foncières cotés car on ne peut pas emprunter pour en acheter (ce sont des actions) et leurs niveaux d’endettement les fragilise raient en cas de baisse importante du marché de l’immobilier.

Je vous ai donné le scénario et la répartition d’actifs qui le prend en compte. Mais vous pouvez parfaitement élaboré le votre et faire votre propre répartition, l’important étant avant tout de réfléchir à la question.

{ 3 comments… add one }
  • Tan 26 février 2011, 18 06 21 02212

    Je m’attendais à quelque chose de très concret pas des orientations comme cela ! Je comprends bien l’aspect vision économique mais quand il faut passer à l’action je vois bien bien. Prends mon cas je n’ai pas de grosses sommes en banque, comment est ce que je fais avec ces conseils ? Supposes que j’ai 10000 euros (en fait ce sont toutes mes économies actuellement et au passage un grand merci pour mes parents qui m’en ont donné une partie) je ne vois pas comment appliquer cette répartition concrètement. Merci de tes lumières. Peux tu détailler car j’aimerais bien suivre tes conseils mais appliqué à ma situation personnelle qui suis un investisseur débutant ?

  • Gilles (Objectifs Liberté) 26 février 2011, 21 09 48 02482

    Je m’attendais à cette question Tan. Donc je vais répondre longuement pour expliquer ce que devrait faire un investisseur débutant (toi ?) pour optimiser au maximum le placement de ce petit capital en tenant compte de mon analyse économique. Pour cela je suis obligé de rentrer dans le détail des supports dont tu devrais disposer.

    Avant tout tu dois ouvrir si ce n’est déjà fait :

    – Un livret A
    – Un PEA (je crois que tu en as un)
    – Une assurance-vie

    Puis que faire avec les 10000 euros :

    – Mettre 2000 euros le livret A. Cet épargne constitue ton fond de sécurité. Je suppose que tu n’as pas besoin de plus car tu es jeune, informaticien (je commence à te connaitre) et plein d’avenir. En cas de licenciement tu touches le chômage donc je ne respecte pas la règle des 3 mois de salaire pour le fond de sécurité.

    – Acheter pour 10000 euros de parts de SCPI : 2000 euros au comptant et 8000 euros à crédit. La partie comptant te rapportera des revenus suffisants pour que ajoutée au loyer elle couvre totalement tes remboursements si on est dans des rendements de l’ordre de 6%.

    Il nous reste 6000 euros à placer :

    – Une première prise de risque que tu pourras tenter est de prendre un FCPI pour 1000 euros qui te permettra de déduire 220 euros d’impôt (22%) car j’ai cru comprendre que tu étais célibataire donc pas mal imposé.

    – Dans ton PEA tu prendras pour 1000 euros d’actions Air Liquide que tu passeras au nominatif administré (pour disposer de la majoration des dividendes au bout de deux ans) et 1000 euros de tracker CAC40.

    – Le reste 3000 euros part dans ton assurance vie sur un fonds euros. Chaque mois tu en arbitres une partie (300 euros) sur une répartition action comme je l’ai décris dans l’article mais cela suppose que les frais d’arbitrage soit de 0 euros sinon ce n’est pas rentable.

    Je te décris donc une stratégie très offensive pour bien placer ton capital et le développer grâce au crédit. Pour tes économies mensuelles et vu ton age je te conseille des versements réguliers sur l’assurance vie et le livret A. En fin d’année bascule 1000 euros si tu le peux dans ton PEA pour investissement.

    Et comme je le dis dans l’article laisse tomber l’immobilier (même la résidence principale) car en Ile de France c’est trop cher !

    Un mot tout de même : il est bien entendu plus facile de faire une bonne allocation d’actifs avec un capital important car la plupart des supports supportent des frais minimaux (ordre de bourse, frais de garde, arbitrage, …) qui n’aide pas les petits épargnants …

  • Gilles (Objectifs Liberté) 10 mai 2011, 8 08 36 05365

    Les fonds euros sont en baisse en effet et il n’est sur au niveau de la crise actuelle en Europe que certains fonds ne souffrent pas, d’où l’importance de bien connaitre les produits sur lesquels on investit. Une fois la stratégie d’investissement fixée, la recherche aux bons produits avec peu de frais et une gestion sérieuse est de rigueur.

    La fiscalité va forcément devenir de plus en plus confiscatoire. Les prestations sociales vont baisser j’en suis certain. Si le contexte économique se dégradait fortement le seul refuge serait l’or comme pendant la guerre c’est pour dire … D’autant que si la Grèce reste dans l’euro il va bien falloir l’aider et la planche à billet va tourner fort. Ne parlons pas des PIGS comme les appellent les journaux financiers (Portugal, Irlande, Grèce, Espagne-Spain en anglais).

Leave a Comment

This site uses KeywordLuv. Enter YourName@YourKeywords in the Name field to take advantage.

*