≡ Menu

Moins c’est mieux

Il y a quelque chose de formidable dans le minimalisme, cette forme de quête de la simplicité ultime. Moins c’est mieux pourrait en être le slogan de base. Mais comprenez bien que cela n’a rien à voir avec la réduction des dépenses, la réduction de la consommation, l’écologie. C’est avant tout une quête philosophique.

On peut catégoriser un besoin par sa fonction :

  • Se nourrir.
  • Se loger.
  • Se soigner.
  • Se déplacer.
  • Se distraire.
  • Se protéger.
  • Apprendre.

Table simple

Pour chacune de ces fonctions, il est possible d’appliquer notre objectif moins c’est mieux :

  • Se nourrir : il nous faut retrouver le goût des aliments de base cuisinés simplement et appréciés à leur juste valeur. Un simple œuf bio à la coq avec des mouillettes tranchés dans un pain aux noix par exemple est un plat extraordinaire et tellement simple. Les gens cuisinent aujourd’hui à la fois pour des questions économiques et culinaires, mais on reste malgré tout dans le règne de la cuisine compliquée. Moins de préparation, moins d’ingrédients, moins de cuisson, pour mieux manger.
  • Se loger : moins d’objets dans l’appartement ou la maison, un espace réservé à nos déplacements, des murs blancs illuminant la pièce, tout cela c’est le luxe dans la simplicité. Moins de couleurs, de mobiliers compliqués, de bibelots, moins de surface habitable mais plus de surface utilisable font le logement de l’adepte du minimalisme.
  • Se soigner : ton corps est ta maison donc il faut en prendre soin sans pour autant verser dans le narcissisme. Ne pas intoxiquer son corps avec des cigarettes et de l’alcool. Moins (de poids) c’est mieux. L’obésité, un problème mondial montre que nous portons le poids de notre fardeau, de notre consommation excessive et inutile.
  • Se déplacer : la marche, le vélo, le transport en commun quand c’est possible plutôt que l’utilisation de la voiture source de tous les ennuis (accident, agressivité au volant, coût, pollution…).
  • Se distraire : peux t-on encore apprécier les plaisirs simples. Faut-il vraiment se forcer à avoir des loisirs ? Ne peux t-on pas prendre du temps pour réfléchir, méditer, lire, flâner.
  • Se protéger : la protection au sens large de sa personne, de ses biens, de sa santé nécessite un mode de vie adapté et des assurances.
  • Apprendre : l’être humain est une formidable machine à apprendre mais là aussi il faut apprendre sur les domaines essentielles à la vie  comme les mathématiques, écritures, santé, … Mais inutile de connaître  toute l’histoire des timbres !

J’essaie d’appliquer ce principe à ma vie personnelle particulièrement sur le nombre d’objets que je possède. Êtes vous capable de compter l’ensemble des objets que vous avez chez vous ? Pour ma part non.  Car même en étant un minimaliste, j’ai déjà trop de choses. Je me contente donc pour chaque nouvel objet durable d’en enlever un autre pour ne pas augmenter la masse. Moins c’est tellement mieux !

{ 11 comments… add one }
  • Christian 20 janvier 2011, 23 11 56 01561

    cet article est criant de vérité, il nous touche tous, et pourtant nous en oublions les grands principes supposés nous protéger et nous faire évoluer.
    L’article « moins c’est mieux » représente une synthèse des articles précédents, toutes les rubriques sont interdépendantes, par exemple nous apprenons d’autant mieux que nous sommes en bonne santé(mal de tête), et que nous nous protégeons(du bruit par exemple qui nous disperse ).
    de mon côté, je procède comme Gilles, pour chaque objet ramené, j’en supprime un, voire deux la plupart du temps, mais on n’y pense pas toujours, il faudrait pourtant.

  • Jean Michel 21 janvier 2011, 21 09 12 01121

    Bonsoir Gilles,

    je souscris pleinement à ton énumération. Le retour à la simplicité met en évidence l’essentiel en dépoussiérant du futile tout ce qui fait notre vie moderne.
    Pour moi, c’est un refuge idéal quand tout va mal dans mon quotidien. Je me réfugie dans cette idée et j’y retrouve la paix.
    Je me pose souvent la question: que serais-je si je perdais telle ou telle chose, la réponse immédiate est « je serais moi, avec mes forces intérieures, mon potentiel et ma créativité ».
    J’ai lu il y a quelques temps un ouvrage sur le même thème et j’en ai gardé une vision positive de la vie.
    Bonne continuation,
    Jean Michel

  • Gilles (Objectifs Liberté) 22 janvier 2011, 15 03 39 01391

    @Christian : cette article peut être vu comme un synthèse des différents articles mais en fait chaque article apporte sa petite spécificité toujours subtile mais orienté vers la décroissance, la simplicité, la frugalité, la diminution des besoins artificiels. La règle qui consiste à enlever un objet pour chaque objet que l’on ramène permet d’éviter l’accumulation qui au fil des années devient problèmatique. Peu d’effort chaque jour nous préserve de ce souci.

    @Jean-Michel : tu as bien compris l’idée. Il faut être plutôt qu’avoir. Notre vraie richesse c’est nous et non toutes nos possessions. De plus nos possessions nous rendent souvent esclave … Je me souviens d’un journal télévisé qui m’a marqué il y a quelques années. Après des incendies dans le Sud, une femme dont la maison avait brulé pleurait en criant que sa vie était fini car elle venait de perdre son bien le plus cher, sa maison, qu’elle avait passé 20 ans à aménager, décorer, organiser. Pour ma part un bien reste un bien et si la perte de son logement peut être douloureuse, elle ne doit pas nous mener à ce type de pensée. C’est pour cela que je ne voue que peu d’attachement aux choses et que je ne passerais pas mon temps à entretenir un bien de cette façon. Nos biens ne doivent pas nous posséder.

    « Moins c’est mieux » peut aussi évoquer l’idée « Consommer moins, consommer mieux » mais elles sont un peu différente car le conseil moins c’est mieux peut s’appliquer non seulement aux choses matériels mais aussi aux pensées ou à nos occupations.

  • Jean Michel 23 janvier 2011, 19 07 35 01351

    Bonsoir Gilles,

    j’adhère complètement au discours de ton blog.
    Si tu souhaite rédiger un article de présentation,
    c’est avec plaisir que je l’accueillerais sur le mien.
    Bonne continuation,
    Jean Michel

  • fabrice 28 janvier 2011, 12 12 10 01101

    Entièrement d’accord!
    Le voyage d’ailleurs va dans le même sens et permet d’approcher cette philosophie!

  • Gilles (Objectifs Liberté) 28 janvier 2011, 21 09 29 01291

    @Jean-Michel : je suis content que le discours orienté simplicité (avec quelquefois une certaine forme de minimalisme) te plaise. Je ne manquerais pas de te contacter.

    @Fabrice : je suis un lecteur de ton blog de voyage passionnant. Peut-être plus que tout, voyager léger, est indispensable. Quand on voit des personnes partir en vacances avec 20 kilos de bagages chacune, on se dit que la vie n’est pas simple ! Pour le routard (que je ne suis pas) il vaut mieux bien calculer sa charge que l’on va transporter tout au long de son voyage et la moins c’est vraiment beaucoup mieux.

  • FredericB 29 janvier 2011, 0 12 55 01551

    Je souscris ce qui est dit. Il faut savoir se détacher des biens matériels.
    Pour autant faut-il s’imposer des règles toujours plus contraignantes ? Je me méfie aussi de cette posture qui peut être interprétée comme une incitation à la baisse de notre pouvoir d’achat et de notre qualité de vie. De plus en plus, on culpabilise les gens sur les aspects environnementaux. L’exemple de la voiture est éloquent : le bobo parisien qui « crache » sur le pauv’ type qui roule en Scenic, oubliant au passage que le pauv’ type n’a pas le choix : il doit aller bosser.
    Souvent, la simplicité n’est nullement un choix mais une nécessité, un sport de pauvre quoi. Je connaissais une voisine qui habitait (avant de déménager) un appart minuscule et vétuste (32m² à 3).
    Peu de gens sont attirés par simplifier leur vie alors qu’ils sont aisés. Les pressions diverses sont là pour inciter à accumuler plein de choses inutiles et futiles. En tout cas, cette personne vivait simplement, certes, mais elle en souffrait bien injustement (j’aurais sans douté souffert à place).
    La vie des gens, la nôtre aussi est de plus en plus dure. Doit-on arrêter de partir en vacances ? D’aller au cinéma ? D’utiliser la TV ? Doit-on tous vivre dans 30 m² sans confort ? Pour ma part je pense qu’il faut de la mesure et du discernement. Je ne me fixe aucune règle ni dans un sens ni dans l’autre. J’ai un IPhone, j’ai un véhicule et un appartement >30m², je pars deux fois en vacances et pourtant j’ai le sentiment de vivre simplement une vie constellée de plaisirs simples : amener mon fils à l’école, le regarder dormir, observer les étoiles, jouer de la musique, avoir quelques potes autour d’une table, etc.

  • Gilles (Objectifs Liberté) 29 janvier 2011, 20 08 08 01081

    @Frédéric :

    La philosophie « Moins c’est mieux » ne consiste pas à vivre comme un pauvre en se fixant des contraintes frustrantes mais bien au contraire à gagner du temps, de l’espace et de la tranquillité. Moins de possessions ne veut pas dire posséder des objets de mauvaise qualité bien au contraire.

    Si la simplicité n’est pas un choix pour certains, elle l’est pour d’autres qui s’y retrouvent avant tout pour eux même et non par culpabilité comme tu le dis pour l’écologie (que quelquefois on nous impose).

    Vivre dans un grand appartement pour accumuler des tas d’objets n’est pas selon moi une bonne motivation. Vivre dans un grand appartement dégagé avec de l’espace pour se sentir plus libre est une bonne raison ! Tu vois la différence.

    Il est sur que pas mal de gens se restreigne par nécessité mais ce n’est pas la simplicité, tu confonds. Regardes parmi les gens au revenus modeste ceux qui ont des caddies plein de choses inutiles et des appartements plein de bibelots à 50 centimes. On peut se compliquer la vie avec des revenus modestes ! La simplicité c’est un état d’esprit avant tout. Mes grands parents maternels avait de bons revenus mais un vie très modeste et vivait dans un 50m2 donc tu vois …

  • Jean Michel 2 février 2011, 9 09 09 02092

    Bonjour,

    le moins c’est mieux ne serait-ce pas tout simplement de remettre chaque chose à sa place et aller à l’essentiel?
    Nous avons tous un formidable cadeau qui nous est donné à la naissance, nous avons un potentiel et un univers où évoluer.
    Courir après l’argent si c’est pour accéder au bonheur n’est pas un mal en soi. Courir après l’argent parce que l’on est dans le besoin c’est tout autre chose. Le bonheur c’est peut-être aussi de vivre pleinement chaque jour, chaque minute, chaque seconde en profitant du temps présent avec les moyens dont on dispose (qui peuvent être limités) et ne pas chercher à copier ceux qui développent une idée surannée du bonheur.
    Je pense que nous avons tous des aspirations profondes et que c’est à la réalisation de celles-ci que nous devons nous attacher.
    S’engouffrer dans la « Rat-Race » pour faire comme son voisin n’est pas ma conception de l’épanouissement.
    « le monde est plein de belles choses, il suffit de fermer les yeux pour ne pas le voir ».

  • David Latapie 20 février 2013, 12 12 14 02142

    Je souscris totalement à cet article. Voici une astuce que je donne aux personnes que j’apprécie et que je sens quelque peu prisonnière :

    « Tu connais ‘ni oui ni non’, auquel on joue enfant ? Voici une variante : ‘ni falloir, ni devoir' ».
    Il s’agit juste d’essayer de remplacer « il faut » (« il faut que je maigrisse ») ou « je dois » (« je dois faire attention ») par d’autres verbes (« ce serait bien si je maigrissait », il serait intéressant que je fasse attention »).
    Ça ne va pas chercher bien loin, mais ce n’est pas du tout évident, ce qui montre notre endoctrinement. Surtout, je suis convaincu que les mots qu’on utilise impactent sur notre manière de penser. En évitant falloir et devoir, nous récupérons de la… liberté !

    A vous lire

  • King of GSM 26 avril 2016, 12 12 04 04044

    La simplicité est l’ultime sophistication !

    Belle leçon de vie que chacun devrait appliquer, cela pourrait soigner notre société de consommation qui gaspille tellement.

Leave a Comment

This site uses KeywordLuv. Enter YourName@YourKeywords in the Name field to take advantage.

*