≡ Menu

La liberté en équation

Mettre la liberté en équation pour tenter d’en donner une définition la plus succincte possible n’est pas si compliqué. La liberté consiste avant tout à pouvoir faire ses propres choix indépendamment du monde qui nous entoure sur un plan économique ou philosophique. Il m’a donc paru naturel de la définir sous la forme :

  • Liberté = Simplicité + Indépendance financière

Pour choisir, il faut être libre financièrement (les canadiens parlent de liberté financière et non d’indépendance financière) pour ne pas se laisser dicter ses choix par sa situation économique ou son employeur. Mais l’argent n’est que la seconde partie de l’équation, la simplicité est en effet fondamentale. La simplicité résulte de la combinaison de la non possession, d’un mode de vie différent qui ne suit pas les modes et d’un déconditionnement face au monde qui nous entoure :

  • Simplicité = Non possession + Vie hors mode + Déconditionnement

La non possession est une forme d’état d’esprit qui n’attribue aucune importance aux biens. Donc en n’ayant aucun intérêt pour les objets matériels autre que celui lié à la fonction qu’ils apportent, on raisonne en consommateur éclairé. C’est une étape très importante à franchir car la société de consommation nous offre de nombreuses tentations. Je pense avoir atteint cet état d’esprit car je peux rentrer dans un centre commercial ou un supermarché sans rien acheter si je n’en ai pas besoin. C’est absolument l’inverse de l’état d’esprit du collectionneur. Un mode de vie différent hors mode est nécessaire pour celui qui tente d’atteindre la simplicité. La mode, les tendances sont des pièges à consommateur. Elle nous force à acheter pour rentrer dans la « norme ».

Nous sommes tous conditionnés, moi y compris, par notre environnement. Notre éducation nous a montré ce qui est bien, mal et acceptable dans notre société sans que sur le plan moral ce soit bien évident. Le modèle économique mondial est basé sur une croissance éternelle (impossible à tenir) et tout bon parent a pour objectif d’engager ses enfants dans de longues et couteuses études pour qu’il devienne un salarié modèle dans un monde où la peur du chômage et de l’absence de retraite (donc de sécurité) peut servir à contrôler les gens. Les jeunes sont victimes du marketing des marques de vêtements par exemple. Se déconditionner c’est voir le monde autrement, pour ce qu’il est et non pour ce qu’on veut bien nous fait croire. Il faut sortir de la matrice (pour ceux qui connaissent le film Matrix).

Sommet de montagne

  • Indépendance financière = Épargne + Investissement + Mode de vie

L’indépendance financière, thème phare de ce blog, consiste à vivre du revenu de ses biens (au sens large) sans travailler. Pour cela elle implique généralement de posséder un capital. Ce capital résulte donc à la fois de l’épargne que l’on a pu dégager, mais aussi de la manière dont ce capital a été investi, car n’oublions pas que l’inflation est là pour détruire l’épargne si l’on n’y prend pas garde.

Plus qu’un bon gestionnaire de son argent, il faut aussi être un bon investisseur pour le préserver et le faire fructifier. Mais l’indépendance financière, ce n’est pas la richesse, c’est juste l’autonomie financière qui dépend donc du niveau de vie de chacun. C’est là ou le mode de vie rentre bien entendu en compte. Un moine dans une cellule vit pour presque rien et il est heureux … Il est donc important de souligner ce point, l’indépendance financière dépend du mode de vie de celui qui veut l’atteindre.

{ 6 comments… add one }
  • Cecile 28 octobre 2011, 19 07 12 101210

    Merci pour cet article ! Je suis d’accord avec ces equations en general.
    La non possession c’est une chose bien difficile a atteindre, surtout quand on a ete un collectionneur pendant des annees ! J’ai collectionne les billes a l’ecole, puis les bandes dessinees, puis les beaux livres… (certes c’est moins cher que les belles voitures, mais bon), j’avoue que j’ai du mal a ne pas avoir de livres !
    Mais finalement c’est un choix, si mon mode de vie me permet d’acheter deux livres par mois, ou est le mal ?

  • Supermeuh 28 octobre 2011, 20 08 10 101010

    Article intéressant.

    Cependant, je trouve qu’il y a tout de même une incohérence dans le raisonnement : la liberté est lié à la non possession, mais aussi à la possession d’un capital qui permet l’indépendance financière. Du coup, la soit disant liberté va se transformer rapidement à la quête permanente pour maintenir le capital, qui va s’éroder inexorablement au fil du temps…

  • Gilles from Objectifs Liberté 28 octobre 2011, 21 09 13 101310

    @Cécile :

    Un livre c’est un objet pas tout à fait comme un autre malgré tout, car il peut contenir la somme des connaissances de toute une vie (celle de l’auteur). Moi aussi j’ai des livres que je conserve mais j’essaie de ne garder que les meilleurs.

    @Supermeuh

    Ta remarque est pertinente, mais je me suis mal exprimé en fait. Quand je parle de non possession, je parle en fait de ne pas s’attacher aux objets physiques . En ce sens un capital financier ne prend pas de place dans ton salon ou la cuisine.

    L’indépendance financière demande en effet un capital financier qui grossit au moins au même rythme que l’inflation et qui fournit des revenus suffisants pour vivre. Avec quelques connaissances en économie et en fiscalité, il n’est pas si évident que le capital s’érode sans que cela demande un travail phénoménal. Mais on peut tout à fait acquérir une indépendance financière partielle par exemple et exercer un métier plus en accord avec ses aspirations mais moins rémunérateur. On peut aussi taper dans son capital (cela revient à sortir en rente) si l’on ne souhaite rien transmettre (pas d’enfants).

    La liberté je le répète c’est de pouvoir faire ses proches choix et non se laisser guider par ceux des autres.

  • marie 29 octobre 2011, 12 12 05 100510

    Du coup Liberté = Non possession + Vie hors mode + Déconditionnement + Épargne + Investissement + Mode de vie.
    (^_^)

    Merci pour cet article et ton approche

  • philbich 22 juillet 2012, 20 08 13 07137

    Par non possession je dirais plutôt qu’il ne faut pas être possédé par la société de consommation car il faut quand même posséder un patrimoine pour en jouir des interets.
    De même, il me semble aussi important de ne pas avoir qu’un patrimoine financier, au vu de ce que la Finance en fait, mais bien avoir un patrimoine principalement basé sur des biens réels. Donc limitez vos avoirs financiers.

  • Gilles from Objectifs Liberté 15 août 2012, 13 01 52 08528

    @Marie :

    Oui tu as bien compris l’équation de la liberté ! C’est bien pour cela que de temps en temps je fais des articles un peu plus sociaux ou politiques car comprendre le monde c’est aussi se déconditionner en comprenant les manipulations dont nous sommes victimes.

    @Philbich :

    Bien entendu Philippe, je parlais de possessions en termes d’objets et non de patrimoine. Vivre dans le dénuement financier ce n’est pas vivre libre de mon point de vue.

    Je m’aperçois en regardant un peu les statistiques que cet article est peu lu alors que de mon point de vue, il constitue une réflexion majeure sur la liberté que j’ai essayé un peu de formaliser, c’est dommage !

Leave a Comment

This site uses KeywordLuv. Enter YourName@YourKeywords in the Name field to take advantage.

*