≡ Menu

Le gaspillage alimentaire

Le gaspillage alimentaire se déroule de la production à la consommation. Un tiers des denrées alimentaires pour la consommation humaine est gaspillé. Ainsi des agriculteurs sont contraints de jeter une partie de leur production ne répondant pas aux exigences du client par exemple.

Si un pays comme les États-Unis réduisait ses déchets alimentaires de 50%, cela permettrait :

  • un nombre d’habitants en sous-nutrition « proche de zéro« ,
  • une économie de 150 millions de barils de pétrole,
  • une réduction de 12% de l’eau potable consommée sur tout le pays,
  • 15 milliards d’euros d’économies.

Pourquoi tant de gaspillage alimentaire?

L’une des causes du gaspillage alimentaire est la superproduction dû à la logique du système économique actuelle. Chaque changement de nos habitudes de consommation (provoqué ?) crée une demande. C’est justement cette demande qui va aboutir à une offre de bons ou de mauvais produits. Ce qui va aboutir soit vers une économie durable soit vers une économie basée sur l’illusion (détruire pour tout reconstruire) tel que le sophisme de la vitre cassée.

A l’instar du Japon, la culture du gaspillage et du recyclage est bien différente, c’est un autre monde (les éboueurs ne ramassent pas les poubelles mal triées). Le terme Muda désigne une forme de gaspillage. Des sociétés comme Toyota utilise les 7 règles du Muda pour réduire les coûts liés au gaspillage, tout en conservant une qualité irréprochable sur la production. Avec des ressources qui se réduisent ainsi qu’une décroissance inévitable, les entreprises devront adopter une autre façon de produire.

« Celui qui a eu faim ne gaspille pas » : la vieille génération qui a vécu durant la guerre reconnait les bienfaits des produits de la terre. Il vivaient généralement de réserves produites pendant la saison précédente. Mais beaucoup de personnes n’accordent pas autant d’importance à la nourriture. La société actuelle nous laisse cette impression de vivre dans l’abondance, cet effet étant accentué par une publicité intensive, par les rayons des magasins remplis à leur maximum et la prolifération d’aliments bon marché.

Gaspillage alimentaire

Les conséquence du gaspillage alimentaire

Qu’est-ce qui nous incite à gaspiller? Lorsque des aliments finissent à la poubelle, l’eau et l’énergie nécessaire à la production, l’emballage et le transport ne sont pas récupérer. Ce qui aboutit vers un gaspillage à tous les niveaux : temps, énergie et argent. En simplifiant, lorsque qu’un tiers des aliments est jeté, 30% des pesticides et d’eau sont perdus. Plus de 30% du pétrole lié au gaspillage est utilisé inutilement pour récolter, transporter et récupérer les aliments jetés. Une partie de la population travaille en vain, le gaspillage alimentaire entraine le développement d’autres services celui du nettoyage, de la récupération, de la déchèterie… Il faut penser à l’épuisement des ressources, notamment à la fabrication de camions pour transporter ces aliments qui seront finalement gaspillés. Une étude Anglaise de la WRAP indique que si les Anglais arrêtaient de gaspiller de la nourriture, cela aurait le même effet que de retirer de la circulation 1 voiture sur 5.

Jeter un steak équivaut à:

  • Rouler en voiture pendant 4,89km.
  • Allumer une lampe de 60W pendant 70h!
  • Faire tourner un lave-vaisselle 4 fois.

30% des aliments en France sont jetés sans avoir été déballés

En France chaque habitant jette en moyenne 20 kg de nourriture par an. Dans les cantine scolaire, 30% des assiettes finissent à la poubelle. Quand on sait que la qualité et le goût n’est pas présent, il est très difficile de finir son assiette.

Le poisson que vous payez si cher, et bien remarquez qu’entre 10 000 à 13 000 tonnes d’invendues sont jetées à la mer, rien qu’en France! Les industrielles vaporisent les poissons pour le rendre immangeable avant de les jeter. Pourquoi? Pour éviter d’inonder les marchés de poisson et de se retrouver avec des prix bas, c’est un marché totalement réguler par le secteur de la pêche qui ne profite pas au consommateur.

5 agriculteurs nourrissent 100 personnes

La mécanisation de l’agriculture a permis d’améliorer considérablement le travail de la terre. Durant les années 1900, la moitié de la population travaillaient dans l’agriculture. Aujourd’hui, 100 personnes sont nourries par 5 personnes. Si nous réduisons l’excès de nourriture, le gaspillage et la surproductivité, on pourrait nourrir facilement 12 milliards d’être humains.

Pourquoi devenir écolo?

En adoptant une approche écolo vous réduisez automatiquement vos déchets alimentaires. L’écologie c’est un équilibre entre l’homme et son environnement. C’est un comportement qui préserve les ressources et réduit l’impact négatif de l’homme sur l’environnement (produits chimiques, pollution..). Ce n’est pas un concept nouveau, il est courant que des peuples de par le monde pratiquent des gestes écologiques. En faisant certaine chose soit même comme un petit potager ou utiliser des recettes de grand mère (qui sont d’ailleurs très efficace pour rester en bonne santé  ). Il est très probable que vos grands parents s’alimentaient de produits issu de l’agriculture locale, biologique et ils ne gaspillaient que très peu de nourriture (car le gaspillage est un scandale    ) ! L’écologie rime avec économie. En voulant mettre en place des approches écologiques vous réduisez automatiquement vos dépenses superflues.

10 astuces pour réduire le gaspillage alimentaire

  • Acheter ce dont vous avez besoin notamment en établissant une liste.
  • Utiliser les produits secs (pattes, lentilles…) qui peuvent se conserver très longtemps même après la date conseillée.
  • Planifier vos repas, c’est grâce à un planning que vous achetez le nécessaire.
  • Congeler vos aliments avant qu’ils ne se périment.
  • Utiliser un doseur pour la préparation de vos repas.
  • Faire preuve de créativité pour créer de nouvelles recettes.
  • Le pain rassis est l’un des aliments le plus gaspillé. Réutiliser le pour en faire du pain perdu, de la chapelure, des croutons ou donner ces restes aux animaux.
  • Réutiliser les parties « saines » des fruits abimés pour en faire une compote ou une purée de fruit.
  • Les viandes : hachées pour faire de la farce ou un hachis parmentier.
  • Le riz et les pattes : sautés avec des légumes ou en salade.

Les économies réalisées en ne gaspillant rien peuvent s’élever à 400 euros par an pour une famille moyenne. Un milliard de personnes ne mangent à leur faim. Si vous n’êtes pas convaincu de cette folie du gaspillage, rendez-vous dans un Flunch et voyez le spectacle.

Références:

  • Conférence TED de Tristram Stuart : Le scandale du gaspillage alimentaire mondial
  • WRAP Campagne Love Food Hate Waste, www.lovefoodhatewaste.com 2007
  • Film documentaire Global Gâchis – octobre 2012
  • Film documentaire Prêt à jeter – février 2011
  • Les 7 règles du Muda – fiche wikipédia

 Article rédigé par Zakari du blog Ecofacile qui traite des différentes manières pour économiser intelligemment son argent.

{ 10 comments… add one }
  • Tan 13 décembre 2012, 12 12 52 125212

    C’est vrai que rien qu’à la cantine le midi, quand je vois ce qu’il reste sur les plateaux y a de quoi être surpris par le gâchis. C’est encore pire quand on va dans le chinois du coin où il y a un buffet à12 euros. Certains collègues chargent le plateau et n’en mangent pas la moitié, moi ça me fait mal pour le restaurateur qui perd de l’argent !

    Il faut un réel changement d’habitude pour que l’on respecte un peu plus la nourriture.

  • FredericB 13 décembre 2012, 18 06 23 122312

    @tan
    Ce qui fera changer les gens c’est le prix.
    Je me souviens qu’il y a 35 ans de cela petit garçon, j’avais été chez un ami qui avait acheté un fruit inconnu à l’époque : le Kiwi. Nous l’avions partagé à 4 !!!
    Nous avions dégusté ce met inconnu et pas jeté une miette.
    Le jour où la nourriture représente 40 % de revenu disponible, on fait attention.

  • Quentin 18 décembre 2012, 12 12 51 125112

    Le pire, c’est que nous n’avons plus la valeur et le sens des choses : Certains bouffent de la merde à pas cher pour pouvoir se payer leur forfait de portable.

    On a complètement oublié le caractère essentiel de la nourriture, c’est devenu un produit jetable…

  • Gilles from Objectifs Liberté 18 décembre 2012, 20 08 17 121712

    Lorsque l’on manque de ressources, on ne gâche pas. Donc le gaspillage alimentaire et le gaspillage en général se régleront avec la pauvreté, c’est triste mais c’est comme ça. Dans un continent comme l’Afrique on ne gâche pas grand chose et on recycle tout.

    Au quotidien, je fais attention à ne pas gâcher, c’est psychologique. Acheter pour jeter c’est comme si on prenait un billet de 10 euros par exemple et qu’on le déchirait. Personne ne va faire ça directement bien sur mais gâcher c’est exactement ça !

    Pour finir, pour ne pas gâcher il faut planifier et calculer (ses besoins).

  • Zakari 19 décembre 2012, 7 07 17 121712

    @Tan
    Pour compenser cette perte, c’est souvent au détriment de la qualité.

    @Quentin
    J’ajouterai que la nourriture c’est comme un carburant, dans tout les cas de figure, le type de nourriture que l’on consomme se reflète sur l’état de santé général. La pensée à très court terme est répandue, ce qui a pour effet de se tourner vers le produit le moins cher possible. Même s’il faut payer un peu plus cher un produit de meilleur qualité, ce sera toujours bénéfique sur le long terme.

    @Gilles
    J’aime bien l’exemple du billet et sans un électrochoc, les mauvaises habitudes alimentaires progresserons toujours plus. Effet, notamment accentuer par le confort de la vie moderne.

    Et encore merci pour la publication de mes idées sur le blog!

  • Etienne (Developpement Physique) 5 janvier 2013, 15 03 30 01301

    Bonjour à tous,

    C’est une question d’éducation je pense. J’applique chacun des points recommandé depuis bien longtemps, c’est du bon sens paysan 🙂
    Pour continuer le débat je vous invite à regarder une émission sur le sujet:
    http://www.developpement-physique.com/arretons-gaspillage/

    Bien cordialement,

    Etienne

  • InvestMan 13 janvier 2013, 4 04 50 01501

    Il est vrai que le gaspillage est énorme dans de nombreux pays du monde. J’ai même vu dans certaines régions du monde peu favorisées des subventions du gouvernement pour financer le pain qui sera revendu à un prix inférieur à son coût de production. Résultat, le pain est vendu pour presque rien, la population achète bien plus que nécessaire et il suffit de se promener dans les rues et de voir du pain partout déborder des poubelles, par terre, etc.

  • Nadia 29 janvier 2013, 15 03 56 01561

    Le pain est la denrée que j’ai vu le plus être gaspillée autour de moi (famille, amis). Mes parents avant donnaient leur pain dur au vendeur d’oeufs du marché populaire qui le prenait pour ses poules. Et il y avait un gros sac ! Quand à d’autres, ils s’embarassent moins et jettent leur pain aux ordures. Pour ma part, pour éviter de gaspiller, je fais mon pain moi même que je coupes en parts individuelles et que je congèle, pour ne sortir que ce qui est nécessaire chaque jour. Ainsi on n’a jamais gaspillé, au contraire on trouve cela tellement précieux ! Le fait de le pétrir soi même et de le faire cuire donne de l’importance à la denrée, selon moi. « Acheter ce dont on a besoin » c’est pour moi le truc imparable. Pour ma part, comme je sors chaque jour prendre l’air avec ma fille, je passes au hard discount du coin pour faire « mes courses ». Je divises mon bugdet nourriture (avec produits d’hygiène et d’entretien) par 30 jours, et chaque jour je ne dépenses que la somme prévu. Le fait de faire de grosses courses me perturbait car je me disais souvent « oui un petit chocolat en plus ne fera pas grand choses à la note finale ». Et finalement c’était devenu comme un « piège ». Maintenant je gère davantage, et je fais plus attention aux prix. Il m’arrive parfois d’avoir un ingrédient manquant alors que mon budget quotidien est atteint, alors je ne l’achète pas, car je réfléchis et me dis que si j’ai besoin de sauce tomate pour ma pizza au thon, je peux tout aussi bien m’accomoder d’une tartine grillée au thon. Ca sera quand même bon, simplement, faut pas être difficile ! Et si j’ai besoin d’aller dans la grande surface qui se trouve plus loin, je divises ma facture en nombre de jour pendant lesquels je ne ferais pas mes petites courses quotidiennes.

  • Laura A 19 novembre 2014, 17 05 59 115911

    Bonjour,

    Le gaspillage est un sujet sans fin. Personnellement, je n’en fais jamais. Ce qui est dépassé est quand même mangé (mais cuit), sinon au chien. J’ai bien peur et je suis peu-être pessimiste que ça n’aille pas en s’améliorant.Tu en expliques d’ailleurs les raisons. Mais mon côté optimiste me fait chercher les solutions. Tu n’en parles pas, mais aurais-tu des ressources à partager ?

    Merci

Leave a Comment

This site uses KeywordLuv. Enter YourName@YourKeywords in the Name field to take advantage.

*

Next post:

Previous post: