≡ Menu

L’argent ne fait pas le bonheur …

L’argent ne fait pas le bonheur … de ceux qui n’en ont pas. Bien évidement le proverbe original (« L’argent ne fait pas le bonheur ») est un des plus bêtes que l’on entend souvent. Un peu comme quand on dit qu’une fille ne peut pas être belle et intelligente, ça rassure celles qui sont moches et stupides. Là, ça rassure les pauvres (sans connotation négative de ma part). Car après tout quand on a pas grand chose, il est bon de se dire que ceux qui ont les moyens ne sont pas heureux, ça rend la pauvreté moins dure à supporter. Mais ça n’encourage pas vraiment à l’action par contre ! Car si la clé du bonheur n’est pas l’argent, à quoi bon se fatiguer à essayer d’améliorer sa situation financière ?

Pourtant, avoir suffisamment d’argent est une condition nécessaire mais non suffisante (j’ai fais des mathématiques vous voyez) au bonheur. Il est difficile d’être pauvre et heureux, car dans nos sociétés l’argent permet de résoudre de nombreux problèmes de la vie quotidienne.

Au états-unis, il existe une expression pour désigner les salariés qui sont à un mois de salaire de la rue. C’est-à-dire que s’ils perdaient leur emploi, en moins d’un mois ils ne pourraient plus payer leurs factures. C’est très inquiétant, et je ne peux pas imaginer que vivre au jour le jour dans un état d’insécurité financière permanente mène au bonheur. Certes on peut relativiser et se dire que dans certains pays sous-développés ils n’ont presque rien, mais souvent ils ont la solidarité qui nous fait défaut et risquent moins la rue que nous.

L'argent ne fait pas le bonheur

Donc on le voit bien, l’argent participe au bonheur. Mais la société française est souvent hypocrite sur les questions d’argent. Pourtant l’important c’est de comprendre tous ce que peut apporter la sécurité financière. Bien entendu, l’argent est un outil nécessaire à notre service, mais ce n’est qu’un outil. Notre bonheur passe par d’autres choses. Pourtant lorsque l’on lutte en permanence pour sa survie, je peux vous dire que  l’esprit aura bien du mal à trouver la tranquillité. Il y a un autre proverbe génial je trouve concernant l’argent : « Il faut avoir assez d’argent pour oublier l’argent« . Cela résume bien le fait qu’avoir de l’argent permet de se concentrer sur autre chose qu’avoir en permanence à en trouver pour finir les fins de mois.

C’est d’ailleurs pour cela que quand on commence à  travailler il faut se créer un fond de sécurité au cas où. C’est l’étape indispensable, celle qui permet d’avoir une petite marge de manœuvre pour changer de travail, de ville ou en cas de souci de santé. De plus nos systèmes sociaux explosent, l’état nous prend plus pour nous en donner moins  … Il devient donc très important d’avoir de l’argent pour faire face.

Paris ne s’est pas fait en un jour et on acquiert un capital qu’avec le temps, mais il est important d’être conscient que l’argent (via la certaine sécurité financière qu’il apporte) est un prérequis au bonheur pour la quasi majorité d’entre nous. Qu’en pensez vous ?

{ 12 comments… add one }
  • Zakari 11 juin 2012, 23 11 24 06246

    Bonjour,

    Je suis d’accord l’argent n’est qu’un outil, mais pas une finalité en soi. Beaucoup courent toute leur vie après l’argent, alors que l’on devrait courir après un objectif et utiliser cet argent pour l’accomplir.

    Mais je pense, que si pour obtenir autant d’argent on se doit de mener une vie stressante, effectivement l’argent ne fait le bonheur. Le mode de vie joue énormément.

  • Julien 12 juin 2012, 18 06 21 06216

    Bonjour Gilles,

    Ta dernière phrase est très pertinente. Ce n’est pas l’argent qui fait le bonheur. En revanche, les possibilités qu’il donne y contribuent. Les gens heureux sont ceux qui font le choix de l’être (et qui ont la possibilité de l’être). L’argent peut donner, en partie, cette possibilité.
    C’est pour ça que certains sont heureux sans argent : ils ont déjà la possibilité d’avoir ce qu’ils désirent.
    L’une des difficultés aujourd’hui est que la société/notre mode de consommation nous incite à désirer plus. L’argent, qui n’est à la base qu’un outil, devient alors une nécessité. Peut être est ce là son plus grand mal.

  • Cecile 12 juin 2012, 19 07 40 06406

    Gilles, je suis tout à fait d’accord avec ce que tu dis dans cet article. Pour ma part quand je vois le niveau de sérénité que j’ai gagné depuis que j’ai presque un an de dépenses en réserve, je vois bien qu’il n’y a pas photo !
    Je suis d’accord avec Julien, le problème c’est quand on désire toujours plus. Je ne pense pas qu’on puisse être serein si on désire toujours une voiture plus chère, une maison plus grande, une rolex plus grosse etc… Il faut apprendre à réduire un peu nos désirs. Comme ça, on peut enfin être satisfait, et avoir « assez » d’argent pour être heureux 😉

  • Nouredine 17 juin 2012, 10 10 09 06096

    Je plussoie avec les commentaires précédents. Cela me rappelle le sketch de Jean-MarieBigard où il déclare avoir trouvé le moyen de bannir les fins de mois difficile à des millions de Francais. Il suffit de mettre un mois d’avance de côté et tout le monde aura un mois d’avance à vie !
    Tellement simple et évident que peu le font.
    Si vous avez l’occasion, je vous conseille de (re)voir le film Topaz de Marcel Pagnol avec Fernandel datant des années 50 et étant toujours d’actualité . La morale finale étant « la négation des proverbes est le début de l’enrichissement ».

  • Gilles (Objectifs Liberté) 18 juin 2012, 9 09 32 06326

    @Zachari
    @Julien :

    Après vos deux commentaires, j’ai relu mon article pour être sur qu’il n’était pas ambigu et après relecture pas de souci ! Car vous l’avez mal interprété ou mal lu je crois. Je dis dans cet article que l’argent est nécessaire (tout au moins en partie) pour avoir une certaine sérénité d’esprit et accéder au bonheur. En fait, il faut avoir suffisamment d’argent pour ne pas être en permanence à racler les fonds de tiroirs pour finir les fins de mois … On peut sans doute être heureux sans argent mais cela ne concerne qu’une part infime de la population (les hommes d’église par exemple).

    Le titre de l’article est « L’argent ne fait pas le bonheur de ceux qui n’en ont pas ».

    @Cécile :

    Tu m’as bien compris et je vois que tout comme moi, tu as bien réalisé qu’une petite (et a fortiori une grosse) cagnotte aide à une certaine sérénité d’esprit. Nous ne sommes jamais à l’abri d’un accident de la vie : licenciement, maladie, réparations couteuses, … et le simple fait de se dire qu’on peut tenir 1 an par exemple entraine une tranquillité d’esprit qui n’a pas de prix. J’ai connu des gens autour de moi qui ne changeaient pas de travail car c’était trop risqué de leur point de vue (crédit résidence principale à payer sur 20 ans et 1000 euros sur un livret A pour toute économie) : scotchés à vie !

    Pour le reste chacun a des espoirs, des rêves. Celui dont les rêves sont très matérialistes devra pour les réaliser faire de gros efforts et sacrifices, en risquant de passer à coté de l’aspect social et humain de l’existence. Pour ma part mes rêves sont abordables !

    @Nouredine :

    En effet il suffit d’avoir un mois d’avance à vie 😉

    Les proverbes ne sont pas toujours de bon sens. Par exemple « Il n’y a pas de fumée sans feu » est aussi un grand classique un peu idiot. Mais il y en a des bons quand même « L’argent est un bon serviteur et un mauvais maitre ».

    Je croyais qu’il n’y avait que mon ami Martin du blog Candix qui employait le verbe plussoyer. Celui-la, je l’avais bien noté pour le ressortir dans les diners en ville.

  • Nouredine 19 juin 2012, 0 12 20 06206

    Les mots ou les verbes qui rentrent dans un dictionnaire, il faut bien les inventer et les diffuser avant 😉
    Dans la catégorie proverbe à éviter : un tien vaut mieux que deux tu l’auras (on t’invite à ne pas risquer), pierre qui roule n’amasse pas mousse (et l’effet boule de neige alors?), l’argent ne fait pas le bonheur ( rendez- le !)…

    Sinon jaime bien : Si de beaucoup travailler on devenait riche, les ânes auraient le bât dorés

  • Tommy 22 juin 2012, 12 12 16 06166

    C’est un sujet tellement vaste 🙂

    La securite financiere est a la base de tout. Ne plus craindre d’etre vire car on ne pourra pas retrouver un emploi, ne pas continuer le meme boulot qui nous pourrit la vie parce qu’on n’a pas d’autre choix, etc. Etre acteur de sa vie et ne pas la subir. Plus facile pour ceux d’entre nous qui ont ete gates par la vie (j’en fais partie).

    Certains partent de plus loin que d’autres et cela demandera plus d’efforts. Comment d’ici 1 an, 2 ans, 5 ans, pourrai je me retrouver dans une situation de securite financiere? Cela peut passer par une reconversion, un changement de boulot, une expatriation, etc. Mais cela passe d’abord et avant tout par reconnaitre que l’on est seul maitre de notre propre vie, et que chaque decision que l’on prend aujourd’hui a un impact sur notre vie future.

  • philbich 4 juillet 2012, 14 02 20 07207

    @Tommy : +1

    L’argent est un bon moyen pour atteindre le beau but qu’est le bonheur !

    Le bonheur est qualitatif et l’argent quantitatif. Le jour où vous commencerez à quantifier le bonheur c’est que pour vous l’argent est qualité, alors vous serez mûrs pour consulter un psy ^^

  • thcharles1 9 septembre 2013, 16 04 14 09149

    tous les commentaires sur « l’argent, le bonheur etc… » sont très intéressants et enrichissent notre réflexion; simplement disons que dans nos sociétés si vous n’avez pas une avance minimum, vous êtes en difficulté permanente. Donc la solution:1/ c’est de se battre contre l’endettement (les établissements bancaires n’apprécient ma façon de gérer mes comptes…) de rembourser les dettes… 2/de continuer à épargner pour se constituer une avance confortable (à chacun de juger son niveau de confort)… 3/c’est de maintenir cette « reserve » et de la reconstituer lorsqu’on l’utilise… 4/de ne plus utiliser le crédit: dés qu’un appareil électro-ménager est à changer on le paie « cash »… 5/et je continue à épargner, je peux régler mes factures plus aisémment, je peux ouvrir un livret A, je peux « faire face aux imprévus », je peux facilement préparer mes vacances etc…. Pour terminer: dès que vous gagner un peu d’ argent, bloquez-le ne le lachez plus! vous allez apprécier votre nouvelle vie….

  • philbich 10 septembre 2013, 8 08 09 09099

    @thcharles1: c’est exactement ça ! la liberté financière commence par ne pas être dépendant / esclave de l’argent, c’est-à-dire de ne pas avoir de prêts, crédits et autres réserves de trésorerie « généreusement » proposées.
    C’est le premier but que l’on doit avoir : se libérer du joug des établissements créanciers. Cette drogue tout aussi dangereuse a l’accoutumance tenace.

  • thcharles1 10 septembre 2013, 19 07 49 09499

    bonjour « philbich »: je voudrais ajouter que se libérer de cette « assistance contrainte » des établissements bancaires et financiers n’est pas facile à réaliser, il convient de dire, à toutes les personnes en difficulté et souvent surendettées, que l’effort à fournir est « énorme »…… mais on n’a pas le choix, il faut se discipliner et mettre en application toutes ces bonnes paroles…… (cette méthode,qui est la mienne, peut certainement être améliorée et chacun(e) d’entre-nous peut l’ adapter à sa situation personnelle, sachant que lorsqu’ on ne paie plus de frais de découvert, d’intérêts de crédits, « qu’ on n’a plus peur des services-contentieux et des huissiers »: l’ horizon s’ éclaircit, les factures sont moins élevées etc……. on respire enfin…) Bon courage les amis, si cela peut vous aider, sachez que je pense à vous…..

  • philbich 11 septembre 2013, 8 08 10 09109

    @thcharles1: effectivement cette astreinte aux bonnes finances commence déjà par ne pas avoir ses comptes bancaires à découvert, le découvert n’étant ni plus ni moins qu’un crédit conso permanent à des taux quasi usuraires. Dans ce cas là c’est absurde de mettre chaque mois une somme sur un livret A qui rapporte moins que l’inflation et qu’à côté le compte courant fasse apparaître un découvert à un taux à deux chiffres !

Leave a Comment

This site uses KeywordLuv. Enter YourName@YourKeywords in the Name field to take advantage.

*