≡ Menu

Investir dans la simplicité

Quand on pense à l’investissement, on cite quasi immédiatement trois sources d’enrichissement au sens large du terme :

Pourtant, il existe une quatrième forme d’investissement qui découle d’un mode de vie axé sur la simplicité. Car la simplicité permet de « gagner de l’argent ». Elle a de plus un caractère intemporelle. Il est possible de perdre tout son argent, mais les connaissances restent. La simplicité est une forme d’investissement durable !

La simplicité est un bon investissement pour deux raisons principales :

  • L’acceptation d’un mode de vie simple avec moins de possessions.
  • L’acquisition de compétences.

Lorsque l’on adopte un mode de vie simple (choisi et non contraint), la relation aux choses changent et on vit mieux avec moins. Posséder moins en terme d’objets physiques est terriblement positif, car les possessions ont un coût. La moyenne des gens passent leur temps à travailler pour s’acheter des objets qui ne leur apportent rien ni en terme d’utilité, ni même en terme de plaisir une fois la phase d’achat passée. De plus, hormis le coût d’achat, il faut aussi inclure le coût d’achat, d’entretien et de stockage des objets. Il est utile de garder présent à l’esprit qu’être est plus important qu’avoir, et que ce ne sont pas nos possessions qui doivent nous définir ! Une fois que l’on a compris, la fièvre acheteuse disparait.

Vie simple de moine

Quand on sait cuisiner, jardiner, réparer, entretenir, on ne fait plus appel à des professionnels et on n’achète plus certains produits. Changer un joint de robinetterie économise 50 euros de plombier. Savoir entretenir sa maison avec des produits simples comme le vinaigre blanc ou le bicarbonate de soude est économique et écologique. Bref les compétences acquises peuvent véritablement permettre d’économiser pas mal d’argent et quelquefois aussi du temps.

Mais l’acquisition de compétences a un double effet de réduction des dépenses et de gain d’argent. Les gens pensent qu’une vie simple est seulement basée sur des frais moindres, mais les compétences acquises offrent aussi un moyen de gagner un peu d’argent et de se constituer d’autres sources de revenus. Par contre, il faut être capable de vendre ses compétences et donc disposer d’un bon réseau social, ou de disposer de connaissances de base en marketing si l’on veut vendre ses compétences à des entreprises. De nombreux emplois de services ont été créés pour faire des petites réparations chez les particuliers (réparation d’un poignée de porte, entretien, jardinage). Les connaissances d’un simplicitaire ont donc une vraie valeur car elles sont monnayables ! Il est même possible d’écrire un livre ou de vendre ses connaissances sur internet.

Disposer via une vie simple où les possessions ont peu d’importance et où l’on acquiert du savoir un peu perdu à notre époque car le temps manque (avec un temps énorme passé au travail et dans les transports pour la grande majorité d’entre nous) est un véritable investissement. Tout cela est progressif et on apprend toute sa vie, mais une fois que l’état d’esprit a changé et que la simplicité prend le dessus, de nouvelles perspectives s’offrent à nous. La simplicité devient alors un investissement à part entière.

http://www.objectifsliberte.fr/category/immobilier
{ 7 comments… add one }
  • gunday 3 octobre 2011, 9 09 39 103910

    Bonjour
    J’aime bien cet article!
    Mais effectivement pas toujours facile d’acquérir des compétences lorsque le travail est gourmand en temps!.

    D’ailleurs, je cherche à apprendre la mécanique (mes connaissances sont proche de 0), comment devrais je m’y prendre? J’ai envisager de lire et de jouer avec la voiture, mais je suis pas sûr que ce soit une solution adéquat!

  • Gilles from Objectifs Liberté 10 novembre 2011, 7 07 19 111911

    @Gunday :

    Les compétences (acquises par un simplicitaire) ont une valeur car on peut :

    – Les vendre.
    – S’en servir pour réduire ses coûts.

    Moi je ne connais rien au voiture car je vis sans donc je ne peux pas t’aider du tout. Les compétences que je cherche à développer concerne la cuisine et les propriétés santé des aliments.

    Il faut faire attention à ne pas se faire déborder par son travail (plus facile à dire qu’à faire mais possible) pour conserver du temps pour soi et à son amélioration personnelle.

  • Delphine 29 décembre 2011, 12 12 40 124012

    Bonjour Gilles,

    Je viens de lire l’ « art de la simplicité de Dominique Loreau » dont tu m’avais recommandé la lecture (tu n’es d’ailleurs pas le seul). J’ai été un peu déçue, elle parle beaucoup trop d’objet pour en être vraiment détachée et elle s’adresse à exclusivement aux personnes qui possèdent trop de choses…(j’ai posté à ce sujet un avis plus détaillé sur mon blog).

    A très bientôt.
    Excellente année 2012 !

  • Gilles from Objectifs Liberté 1 janvier 2012, 14 02 18 01181

    @Delphine :

    Le livre de Dominique Loreau « L’art de la simplicité » est un excellent livre, je maintiens.Il est centré sur la non possession et nous incite à vivre avec moins d’objets. Vivant au Japon, elle est influencée par la culture minimaliste de ce pays (enfin une des formes de culture japonaise). Bien évidemment si tu es déjà une simplicitaire et que tu possèdes peu, je peux comprendre ta déception, car tu étais peut-être déjà dans la philosophie qu’elle développe ? Mais son livre est à la fois philosophique et pratique ce qui le rend intéressant. Merci pour ce retour.

  • Delphine 1 janvier 2012, 15 03 06 01061

    Bonjour Gilles,

    Bonne année 2012 ! Tu as raison, je suis sans doute une simplicitaire qui s’ignore :-). Je possède peu tout simplement parce que je gagne peu, et que les possessions matérielles ne m’apportent pas beaucoup de satisfaction. Aucune philosophie ne sous-tend mon comportement. Si je gagnais mieux ma vie, je pense que je voyagerais plus, je sortirais plus, j’aurais beaucoup plus de loisirs, je m’acheterais enfin une voiture…mais je ne crois pas que j’aurais une maison plus grande ou plus d’objets !

    Bises.
    Delphine

  • zak 1 mai 2012, 19 07 10 05105

    Cet article me fait penser au livre « Walden ou la vie dans les bois » l’histoire d’un homme qui décida de vivre simplement en réduisant sa consommation. Il construisit sa petite cabane dans une forêt et utilisa ses compétences pour les monnayer (vendant une partie de sa récolte..)

  • régis 9 mai 2014, 13 01 13 05135

    L’accumulation de biens matériels n’apporte pas de satisfactions. Il ne faut garder que ceux qui sont utiles, car utilisés au quotidien. Je possède très peu, les bouquins de Dominique Loreau ne vont donc pas m’apporter beaucoup. Je vous conseille plutôt Early Retirement Extreme de Jacob Lund Fisker, qui lui parle de la retraite anticipée par une vie simple.

    Bisous à tous.

Leave a Comment

This site uses KeywordLuv. Enter YourName@YourKeywords in the Name field to take advantage.

*