≡ Menu

Consommer, c’est voter

Nous sommes dans une société dite de consommation, où tout est fait pour nous faire acheter le plus de produits possibles. C’est bien normal, car c’est ainsi que fonctionne le système  actuel. Mais nous disposons cependant d’une marge de manœuvre pour faire entendre notre opinion, même si les lobbys savent jouer des coudes.

Tout achat que nous faisons est un vote, un message délivré aux producteurs (industriels, agriculteurs, …). Nous sommes dans une époque gagnée par la mesure et le marketing. Quand un produit sort, les résultats des ventes et les habitudes des consommateurs sont analysés. Notre point de vue est donc pris en compte; a quoi servent les panels de consommateurs sinon.

Si je prends l’exemple du bio, il y a plus de 20 ans, les consommateurs bio étaient considérés comme des hippies. Aujourd’hui avec les scandales sanitaires, et aussi la mode écologique, les gens s’interrogent et achètent du bio. Les supermarchés se sont donc massivement lancés sur ce créneau. Les entreprises sont donc bien à l’écoute des consommateurs, certains disent d’ailleurs des consomacteurs, et prêt à changer leurs habitudes pour vendre, sinon elles meurent tout simplement.

Si je fais mon marché au lieu d’acheter des légumes insipides en grande surface, il y a des chances pour que les marchés se développent et que les grandes surfaces fassent des efforts. Je n’achète pas non plus de produits premiers prix car ils sont bien souvent de qualité très médiocres quand on regarde la composition. Certains me rétorqueront que tout le monde n’a pas le choix. C’est quelquefois vrai, mais quelquefois on rechigne à cuisiner et on achète des choses inutiles. En tout cas, je me suis fixé comme règle pour ce qui concerne les produits alimentaires, d’acheter  du bio de temps en temps (10%) et de vérifier la composition des produits. Je suis sur que cette manière de faire à un impact qui joue de faveur positive sur la qualité future de ces produits et des produits concurrents.

Dans une démarche personnelle, réfléchir à sa consommation et acheter en conséquence, va donc avoir une influence sur les industriels producteurs. Je ne comprends d’ailleurs toujours pas pourquoi pour défendre la production française contre l’import massif de pays à bas cout comme la Chine, on n’introduit pas sur nos produits une sorte de label (tout fait en France) avec certains critères de qualité. Pour ma part j’achèterais même pour quelques euros de plus car à l’arrivée on serait tous gagnants. Mais ceci étant dit, l’impact de nos modes de consommation est réelle. Par exemple, la publicité sur une grande majorité des produits alimentaires n’insiste plus sur le gout des produits, mais sur les bienfaits pour la santé qu’ils procurent (réels ou supposés !), ce qui montre que le comportement des consommateurs à un impact important. Il reste cependant à vérifier que l’impact à bien lieu sur le produit délivré et non uniquement sur le message marketing.

Urne pour voter

Pour des produits plus durables, j’achète généralement des produits de qualité dont la durabilité est supérieure à la moyenne même si aujourd’hui ce n’est pas simple de juger de la qualité d’un produit. Il faut noter aussi que de nombreux équipements ne sont quasiment pas réparables, même par un professionnel. C’est pourquoi j’ai pris l’habitude de prendre une garantie cinq ans sur tous mes gros équipements, malheureusement.

En tous cas, je montre clairement par ma démarche de consommateur ce que je souhaite ou non. J’évite autant que faire ce peu de suivre les modes et les messages marketing subliminaux du style machin l’utilise donc c’est bien. Mon mode de consommation est majoritairement guidé par l’amélioration de la qualité en général (sauf quand je me lâche pour un kebab, ce qui est peu fréquent cependant). A noter que ce raisonnement s’étend également aux services.

{ 11 comments… add one }
  • Retaill and Co. 12 février 2012, 14 02 26 02262

    J’ai beaucoup aimé ton article, je me retrouve dans ce que tu dis.

    « Tout achat que nous faisons est un vote, un message délivré aux producteurs  »
    « Je n’achète pas non plus de produits premiers prix car ils sont bien souvent de qualité très médiocres »
    « Pour des produits plus durables j’achète généralement des produits de qualité dont la durabilité est supérieure à la moyenne  »

    A chaque fois que je consomme, je le fais dans un but d’utilité, je ne souhaite pas acheter uniquement pour me faire plaisir.

    Je pense que la France va connaitre d’ici quelques décennies la même chose qu’aux États-Unis : la majorité des gens cherchent à payer le moins cher possible les produits sans se soucier de la qualité. Du coup les producteurs et les fabricants cherchent alors à leur tour à baisser le coût de production et baissent et doivent baisser ainsi drastiquement la qualité pour être toujours rentable.

    On arrive ensuite vers une situation où le prix de la nourriture de mauvaise qualité aura une tendance baissière, et de l’autre côté il y aura les consommateurs prêts à payer pour manger de la bonne viande et des bons produits.

    Quand les gens prennent / auront pris l’habitude de vouloir toujours payer le moins cher possible leurs denrées alimentaires : ils se réveilleront un jour et diront : la nourriture (bonne) coûte vraiment trop cher !

  • gunday 12 février 2012, 19 07 14 02142

    Effectivement, l’impact de nos modes de consommation est énorme.
    Le meilleur moyen pour bien consommer, commence par éteindre la télévision.

    Ainsi pas de publicité, donc pas de formattage.

    Pour les extensions de garantie, je ne les prends jamais pour une simple raison : si il te la vende, c’est qu’ils sont quasiment sûr que l’appareil tiendra les 5 ans de la garantie (la durée de vie pour laquelle l’électroménager est prévu est de 7 ans, donc ils ont de la marge).

    J’essaye également d’acheter du bio, ou du non bio, mais directement chez le producteur

  • Tommy@solution de partage de fichiers 12 février 2012, 21 09 52 02522

    Le probleme des « messages subliminaux » dont tu parles, c’est qu’effectivement ils ont un effet sur toi que tu le veuilles ou non (et c’est pour ca que malgre le fait que 99% des gens s’accordent a dire que la pub a la TV est debile et n’a aucune influence sur eux, les annonceurs continuent d’allonger les cheques pour les campagnes de pub – c’est toujours effficace).

    Meme quand on croit pouvoir exercer son libre arbitre, on n’est pas toujours aussi libre qu’on le croit. La psychologie et la cognition sont fascinants 🙂

  • marie sans importance 13 février 2012, 13 01 51 02512

    C’est exactement pour toutes ces raisons que je boycotte les McDo et autres marques mondiales (dont celles qui font travailler les enfants – au vu et au su de toute la communauté). Le fait que je ne leur donne pas mon argent n’a strictement aucun effet si je suis seule à le faire, si nous sommes des milliers (des millions ??), cela pourra influencer leurs choix de production.
    Et en attendant qu’on soit nombreux, je me dis que je n’ai pas travaillé pour les engraisser (ou au moins, pas directement).

  • gunday 15 février 2012, 8 08 56 02562

    @Marie, j’ai quand même un doute sur le bien fondé du boycott de certaines marques. McDo par exemple, car si on regarde bien, ils emploient de la main d’œuvre local, utilise des produits également locaux (en 2010 52% de la viande bovine étaient française, le reste étant européen. le blé est français …), et paye des impôts locaux.

    Après bien sûr que le boycott peux fonctionner, mais il faut qu’il soient suivi.
    Pour information, j’évite également le mcdo, mais surtout parce que je trouve que le rapport qualité/prix est très mauvais (la qualité du repas est mauvaise donc…)

    @Tommy, sans parler des message subliminaux, il y a un effet plus simple de la publicité à la télévision : lorsque vous achetez un produit, vous avez déjà entendu parler de celui qui fait de la publicité, contrairement à la concurrence. De même, vous êtes davantage capable de le reconnaitre.

  • marie sans importance 16 février 2012, 11 11 27 02272

    Main d’oeuvre locale oui, mais vu comment elle est traitée il lui serait sans doute plus profitable de travailler ailleurs (je connais beaucoup de personnes ayant « travaillé » dans des McDo) !!! Et il y aurait sans doute des « ailleurs » si McDo ne prenait pas toute la place !

  • Gilles from Objectifs Liberté 17 février 2012, 9 09 18 02182

    @Retaill :

    Tu as raison avec la baisse du pouvoir d’achat, les gens cherchent à acheter le moins cher possible alors que pour quelques poignées de centimes de plus par produit (quand c’est alimentaire par exemple) tu peux prendre un produit un peu meilleur. Même en ayant un, budget serré on peut faire certains choix, au moins celui de ne pas prendre le produit dont la composition est vraiment de qualité exécrable. Tu soulignes bien le problème engendré alors : c’est que la qualité disparaît ou devient inabordable car rare ! Consommer en faisant attention à la qualité du produit et en tenant compte de son budget tout de même amène un vote auprès des distributeurs, par exemple que certains produits premiers prix sont de tellement mauvaises qualités qu’il vaut mieux qu’ils disparaissent des rayons. Je ne vais pas citer de marque mais prenez un pâté de porc premier prix et regarder la composition (bon appétit).

    @Gunday :

    Je ne regarde plus beaucoup la télévision en fait car je passe du temps sur ce blog à la place !

    Pour revenir sur les extensions de garanties, sachant que le matériel n’est pas réparable ou à un prix inabordable, je prends quand même l’extension.L’expérience m’a montré qu’elle présentait certains avantages (car malheureusement il y a pas mal de petites pannes avant les 5 ans) et je veux être tranquille d’esprit.

    @Tommy :

    Tu soulignes un point important : même si l’on n’en est pas conscient, on est réceptif aux messages publicitaires, ne serait ce que par l’effet notoriété de la marque. Donc une seule solution, couper la publicité à la télévision qui est la plus intrusive. Intrusive, car pour les publicités, le volume sonore augmente pour qu’on entende bien et que le message passe. Et aussi se poser les bonnes questions, car si notre inconscient nous trahit, faisons appel à notre raisonnement !

    @Marie (Pourquoi sans importance ?!):

    Pour Mac Do, comme le dit Gunday il utilise la filière locale ce qui n’est déjà pas si mal. Ils ont servi de cible principale pour la malbouffe qui existe, soit dit en passant, aussi dans les restaurants « français » quelquefois en bien pire … Je ne suis pas un défenseur de Mac Donald car je n’y vais presque jamais (ou en dépannage 1 fois par an) pour la simple et bonne raison que le hamburger sur la publicité à l’air superbe et quand tu vois le truc ridicule dans ton plastique, tu te dis qu’il doit y avoir une erreur.

    Pour le conditions de travail, je suis d’accord qu’elles ne sont pas idéales, mais il y a tellement d’endroit ou elles ne le sont pas non plus. De plus, cela dépanne des étudiants qui y travaille à mi-temps (difficile en France de travailler à mi-temps). Cibler Mac Donald c’est oublier tout le reste malheureusement et c’est pourquoi je ne les considère pas comme pire que les autres. Il faut aussi noter que l’environnement dépend pas mal du gérant (pas la bouffe par contre !).

    Pour les ailleurs au Mc Doc j’ai des doutes car vu les taxes, manger pas cher est difficile. Espérer qu’il soit remplacer par un restaurant ou l’on mange bien et pas cher me parait difficile. Lorsque l’on veut manger correctement, il faut y mettre le prix ou le faire chez soi malheureusement.

  • Retaill and Co. 17 février 2012, 18 06 02 02022

    « Je ne vais pas citer de marque mais prenez un pâté de porc premier prix et regarder la composition (bon appétit »
    >> Ca va que je ne suis pas en train de manger..!

    Avant je prenais quasiment que des marques de distributeurs, maintenant c’est 60% et pour le reste je prends de la marque. Je pense vraiment que c’est essentiel, en plus les distributeurs proposent de plus en plus des remises de 50% sur ces produits (remise crédité sur la carte de fidélité), c’est toujours bon à prendre et ça baisse un peu le coût du caddie.

  • Matt (Acide Ici) from acide ici 29 février 2012, 11 11 07 02072

    « Consommer, c’est voter » est un apophtegme que je porte volontiers à ton crédit ; la formulation est excellente.

    Bien entendu, un homme libre (donc un consommateur libre) n’a pas la télé (j’avais écrit il y a pas mal de temps un article là-dessus), cela shunte pas mal du problème marketing (bien qu’il en reste des bouts).

    Je suis moi aussi complètement dépassé par le fait qu’on scie la branche sur laquelle on est assis en cherchant à concurrencer la daube à bas prix importée de là où les salaires sont à 1$/jour : on ne pourra pas. Alors qu’investir de la qualité, le haut niveau, le luxe, quoi, défendrait vraiment la production locale. N’oublions pas qu’en termes de nourriture, il ne s’agit pas de je ne sais quel appareil électronique qui fonctionnera ou pas, mais de ce que l’on se met dans le corps et qui nous maintiendra vieux et en bonne santé… Ou tout le contraire ! Les producteurs français n’ont vraiment pas les yeux en face des trous.

    Quant aux consommateur, la mode de l’ultra discount sur la nourriture les a amené à dépenser moins que leurs parents et grands-parents à leur époque sur ce poste, alors qu’ils gagnent plus. Ils en auraient donc les moyens. Mais la nourriture est devenue un poste d’arbitrage : un écran plasma, 10 box DVD, un iPhone, une grosse carte vidéo, un forfait téléphonique illimité, voire deux grosse voitures financées par Cétélem à 14%/an, ce n’est pas cher, mais 3€ pour un kilo de patates, c’est du vol, il faut râcler les étalages jusqu’au bas de la qualité.

    Accessoirement, le jour où l’on ne vendra plus que de l’importation, un certain nombre de consommateurs n’auront plus d’argent pour acheter, car il n’auront plus de taf, mais là, on entre dans un débat sur le protectionnisme économique, qui est un débat politique sur lequel je n’ai pas d’avis et qui ne serait de toute façon pas à sa place ici je suppose.

    Ah, oui, j’oubliais : mais grand dieux, qu’allez-vous donc faire chez Mac Do, même une fois par an ?? 😉

  • Gilles from Objectifs Liberté 29 mars 2012, 17 05 59 03593

    @Retaill :

    Je privilégie la qualité quand je peux. Et sur la nourriture c’est encore plus important, c’est l’essence de notre corps. Donc dépenser un peu plus niveau alimentation c’est aussi un investissement et un signal fort aux distributeurs pour qu’ils améliorent leurs produits.

    @Matt :

    Je partage ton analyse : consommer qualité, local et éviter de chipoter sur 20 centimes sur un kilo alors que l’on paie un canapé ou un écran plat plusieurs centaines d’euros … L’alimentation est devenu un poste à arbitrer. Comme les gens mettent de plus en plus d’argent dans l’immobilier et le transport, il faut bien qu’ils se récupèrent ailleurs. Et malheureusement si consommer c’est voter, on peut admettre qu’en matière d’alimentation nos votes ne sont en moyenne pas terrible.

    Je ne vais plus au mac do car c’est pas génial (belles photos sur les publicités mais non conformes en tout cas au niveau de la taille des burgers) mais de temps en temps je me fais un kebab (je connais des adresses !) j’avoue … Bon je compense en achetant 10% de produits bio.

Leave a Comment

This site uses KeywordLuv. Enter YourName@YourKeywords in the Name field to take advantage.

*