≡ Menu

Analyse sur le pouvoir d’achat des français en 2013

Le pouvoir d’achat des français, les hommes politiques aiment bien nous en parler pour nous dire généralement qu’il s’améliore. Mais sans chiffres précis à l’appui, difficile de se faire une idée juste même si l’on sent en passant à la caisse que c’est de plus en plus dur, avec en plus des salaires en berne.

Le CSA a mené une enquête exclusive pour Cofidis, sur les Français et le pouvoir d’achat. L’enquête a été réalisée en juillet 2013 sur un panel de 1000 répondants représentatifs de la population française. Mais détaillons cette étude qui est jointe en fin d’article et lançons nous dans une petite analyse :

Comment les français jugent leur pouvoir d’achat ?

En fonction de la catégorie socioprofessionnelle, les avis divergent. Ils le jugent faible à près de la moitié chez les ouvriers et à moins de 10%chez les cadres. Les ouvriers sont généralement les plus proches du SMIC et dispose de peu d’épargne, ils n’ont donc pas d’autres revenus que leurs salaires. A l’opposé les cadres sont peu nombreux à s’en inquiéter sans doute parce que leurs salaires sont plutôt élevés, qu’ils disposent d’un capital (mobilier, immobilier et/ou épargne). A noter aussi que les couples sont souvent de la même catégorie sociale et donc un couple de cadre dispose d’un très bon niveau de revenus par rapport à un couple d’ouvrier. En tous cas, on voit que la France d’en bas souffre.

On note aussi que 65% des français estiment que leur pouvoir d’achat a diminué (soit +6% par rapport à 2012). Les français ne sont pas stupides non plus, ils voient bien la hausse des impôts, des services publics et de l’alimentaire.

Et l’année prochaine ?

60% ont le sentiment que la baisse de leur pouvoir d’achat va s’accentuer en 2014. En général un sentiment est souvent motivé par les expériences récentes et le pessimisme ambiant s’explique probablement par la perte de pouvoir d’achat qu’ont subit les français depuis les années 2000 avec un passage à l’euro dévastateur en terme de prix. Entre temps l’immobilier a atteint en France des sommets qui obligent les français à prendre des crédits de plus en plus longs. Si on ajoute à cela que les taxes augmentent et que les salaires stagnent on n’est pas si étonné du pessimisme (ou du réalisme) !

Quels sont les recours en cas de dépenses imprévues ?

Face à une dépense imprévue, les moins impactés puisent dans leur budget épargne (64%, contre 34% pour les plus touchés). Évidemment on tape dans l’épargne quand on en a et plus notre pouvoir d’achat est élevé, à l’opposé quand il est faible on se serre la ceinture et on change ses habitudes de consommation.

Les plus concernés par la baisse du pouvoir d’achat sont également les plus à même de contracter un crédit (8%). Le crédit est donc vu comme une solution alternative pour palier les imprévus.

Les dépenses sacrifiées en priorité cette année

Comme une partie des français choisissent de changer leurs habitudes de consommation, ils font des arbitrages et sacrifient certains achats parmi les moins indispensables (30% économisent sur les loisirs, 24% sur les vêtements, 11% sur les équipements des maisons).

Et l’année prochaine ?

Le poste le plus sacrifié sera les équipements de la maison pour 55% d’entre eux presque à égalité avec l’habillement et les loisirs à 53%. En général on fait durer les équipements et on achète de l’occasion, idem pour les vêtements. On peut aussi imaginer que les français partiront moins en vacances et iront moins au restaurant donc certaines professions risque d’être sévèrement touchées par ces nouveaux comportements, à part les hard discounters !

Les français sont-ils à découvert ?

Oui quand même, ils sont prêts de 39% en 2013 à avoir été à découvert au moins une fois, mais le chiffre est en baisse de presque 10% par rapport à 2012 signe que les français commencent à faire leur compte ?!

Malgré la crise les français ont des projets.

1 français sur 2 a des projets ce qui est bien logique : mariage, voiture, maison, voyage, … Donc malgré l’ambiance morose et la baisse de pouvoir d’achat, les français ont encore l’envie d’avancer dans la vie.

Pour ceux justement qui ont un projet, un prêt personnel Cofidis, le commanditaire de cette étude peut être une solution envisageable.

Le pouvoir d'achat en France en 2013, étude Cofidis

{ 15 comments… add one }
  • yves 2 décembre 2013, 10 10 43 124312

    C’est le thème à la mode depuis qlq temps mtn et c bien triste mais il y a de plus en plus de gens qui ont du mal à joindre les 2 bouts. J’avoue ke par moment j’aimerais tout plaquer et partir loin d’ici et m’acheter un appartement de luxe casablanca. c’est un peu loufoque mais j’y pense de plus en plus et ca ne me parait si irreflechi que ça. Avec tous ces impots et ces pertes d’emploi, la vie devient de plus en plus dur et à ce qu’il parait les pays du Maghreb ou encore l’Inde, la Chine et le brésil offrent de plus en plus d’opportunités aux expatriés. Un bon salaire, un bon niveau de vie, moins d’impot, en plus il se pourrait mm que je me trouve une petite autochtone à marier. Elle n’est pas belle la vie sous d’autres cieux ?

  • Johan 6 décembre 2013, 10 10 51 125112

    Inciter à souscrire un prêt chez cofidis sur un blog qui prône liberté me paraît paradoxal! Ne s’agit-il pas d’un article sponsorisé?

  • David.L 6 décembre 2013, 11 11 11 121112

    A force d’écrire de telles choses les gens finissent par y croire. Ceci est bien loin de la vérité car le pouvoir d’achat à baisser seulement pour une infime partie de la population qui c’est retrouvée au chômage.
    La peur de se retrouver avec un pouvoir d’achat qui baisse force les gens à faire des économies. Ces économie ne seront pas réinvestit sur le marché et risque à ce moment là de créer du chômage.
    Un peu d’enthousiasme alors et vous verrez que tout rentrera dans l’ordre si notre gouvernement laisse un peu les entreprises tranquilles au lieu de leur taxer le premier centime gagné.

  • Gilles from Objectifs Liberté 6 décembre 2013, 17 05 37 123712

    @Yves :

    Oui tu as sans doute raison, partir vivre à l’étranger pour y trouver un niveau de vie supérieur est une solution envisageable surtout avec la situation en France.

    @Johan :

    J’ai moi-même fait 2 prêts consommations pour des raisons fort précises sur ces dernière années, donc je ne suis pas contre quand on a un projet associé. Bien entendu quel que soit l’établissement qui délivre les prêts il faut faire attention au taux en vigueur. A l’heure où j’écris ces lignes, on peut dire que tout prêt au dessus de 5% n’est pas une bonne idée. L’étude réalisé dans l’article provient de Cofidis qui est un établissement de crédit, qui « vend » des prêts. Il convient à chacun de s’assurer que les taux proposés sont acceptables et non dans des fourchettes entre 10 et 18% comme nous ont malheureusement habitués ce type d’établissement. Dans le cas de Cofidis, sur certaines durées et certains montants, on a des taux intéressants mais sur d’autres durées et d’autres montants ils ont moins bons, c’est pour cela qu’il faut toujours être vigilant.

  • Cristina 9 décembre 2013, 8 08 46 124612

    L’avantage avec les crises, c’est qu’elles nous permettent de faire émerger de nouvelles idées pour s’y adapter et peut être même aussi pouvoir améliorer son quotidien. C’est dans nos gênes de nous adapter et d’évoluer, dommage que beaucoup de personnes marchent plutôt avec le bâton plutôt que la carotte ! En tout cas tu fais bien de faire un article de la sorte pour montrer que tout n’est pas noir, si on se centre sur la solution et non le problème 🙂 –

  • David 9 décembre 2013, 9 09 57 125712

    Comme l’autre David, je trouve le débat sur le pouvoir d’achat un peu malsain.
    Typiquement, dans notre foyer, nous avons un salaire en moins.
    Par contre notre pouvoir d’achat est resté stable, et l’épargne a un peu baissé.
    Mais cela n’a pas un impact flagrant sur la vie quotidienne, car nous continuons dans notre rythme.

  • Jean 10 décembre 2013, 10 10 43 124312

    Le souci avec le pouvoir d’achat c’est qu’en plus il est mal réparti. Si on prend par exemple les étudiants, les derniers chiffres montrent que la majorité d’entre eux vie avec juste un peu plus de 600€ par mois et pour payer un loyer, les factures et la nourriture c’est plus que juste …
    Sachant que ce sont les étudiants d’aujourd’hui qui seront les travailleurs de demain, il semble sage de faire en sorte que leur pouvoir d’achat augmente un minimum pour réduire le stress et qu’ils puissent se concentrer sur leur formation.

  • Albert 30 décembre 2013, 18 06 54 125412

    Cet article met bien le projecteur sur les personnes vulnérables, celles qui sont en bas de l’échelle sociale et qui n’ont que leur salaire pour vivre. Mais je trouve qu’il ne met pas assez en lumière une autre catégorie de personnes, qui appartiennent à la classe moyenne : elles travaillent, paient des impôts pour toutes les autres catégories et ont peu de retour de leurs efforts en terme de prestation. Les plus riches s’en sortent toujours, ce n’est donc pas le propos ici

  • Sydonie 3 janvier 2014, 16 04 55 01551

    Personnellement, je suis entièrement d’accord avec Jean, il faut réellement que l’on se penche sur le cas des étudiants et de ceux qui sont actuellement en formation professionnelle car après tout, ils sont l’avenir non? En outre, pour cette nouvelle année, espérons que la majorité des gens commencent à regarder aux solutions et non aux problèmes, ça changera un peu 😉

  • Rakabulle 20 janvier 2014, 16 04 44 01441

    En tant qu’étudiant en alternance, je ne peux que confirmer les propos de Jean et de Sydonie. Les temps sont de plus en plus durs pour nous les jeunes, les projets d’avenir sont remis à plus tard, en espérant qu’une épargne suffisante nous permettra d’atteindre nos objectifs…

  • Emile 22 janvier 2014, 17 05 26 01261

    Comme David précédemment ce débat est un peu malsain. Il est clair que notre pouvoir d’achat n’a pas augmenter en plusieurs années et cela est amplement du à la non-hausse des salaires actuels…
    Après il faut voir que la plupart d’entre nous s’en sort..on fait juste un peu plus de concessions qu’avant.

  • Stephane Richard 25 mars 2014, 14 02 50 03503

    L’infographie est très intéressante. Le pouvoir d’achat est en baisse constante, la population française se retrouve obligée de modifier son mode de vie en faisant des concession. A mon avis, ce sera toujours en baisse tant qu’aucune solution viable ne sera mise en place. Les jeunes sont les principales cibles de ce problèmes, comme le dit Rakabulle, beaucoup de jeunes se retrouvent ralentis voir même bloqués dans leur projet à cause de ce pouvoir d’achat en baisse.
    Ce sujet m’intéresse beaucoup, merci pour cet article et pour l’infographie, à bientôt!

  • thomas 27 mars 2014, 12 12 51 03513

    je pense que les français sont tellement attaquer par les média qui parlent de crise toute la journée qu’ils finissent par y croire, je ne veut pas me lancer dans un débat politique mais notre gouvernement n’est pas vraiment très bon non plus sur la communication !

  • Cedric 15 novembre 2014, 18 06 28 112811

    Nous sommes au bord de la déflation paraît-t’il…c’est bizarre, demandez à n’importe qui dans la rue en faisant un micro-trottoir, personne ne vous dira que les prix baissent… y’a que nos salaires qui sont en berne !
    Tout le reste ça augmente. Je me demande ce que ça va être quand nous serons en inflation alors !

  • david 14 juin 2017, 11 11 39 06396

    Je pense que c’est normal que les découverts ont baissé depuis 2012, les banques vous prennent tellement d’argent qu’il vaut mieux éviter, je suis ouvrier et ce qui est le plus lourd c’est ma location en Dordogne, les loyers sont extrêmement cher et d’un autre coté je pense au propriétaire qui lui doit rembourser son emprunt, c’est complexe

Leave a Comment

This site uses KeywordLuv. Enter YourName@YourKeywords in the Name field to take advantage.

*